#OnEstPret : les gourdes qui sauvent le climat

Je vous arrête tout de suite : ce titre n’est pas un jugement dépréciatif sur les youtubeurs qui se sont lancés dans l’initiative #OnEstPret. Non, non, non. Il est ici question de vraies gourdes, celles dans lesquelles on met de l’eau. Parce que figurez-vous que, grâce à elles, on évite le plastique, et donc la planète va mieux. Chez #OnEstPret, ils ont vraiment pensé à tout.

Nouvelle vidéo, donc, publiée par l’initiative spontanée et désintéressée #OnEstPret (sur laquelle Cédric a déjà réagi ici et ). Il ne semble pas y avoir moyen de la partager, désolé donc de ne pas vous mettre en incrustation ce moment de bravoure, mais vous pourrez vous consoler avec quelques copies d’écran.

Version courte : le plastique c’est maléfique.

2mptys

Version longue : Les bouteilles d’eau en plastique et les gobelets de la même matière sont l’invention du diable et doivent être proscrits. Heureusement #OnEstPret, et donc on utilise une gourde pour remplacer les premières, un mug pour remplacer les seconds. Séquence télé-achat.

La présentatrice de la vidéo est « Hélène de Vestele – Edeni ». Non, Edeni n’est pas une partie de son patronyme : c’est le nom de sa société, qui vend notamment des camps de vacances bootcamp où l’on suit « comme un vrai rangers (sic) écolo, une formation intensive afin d’acquérir des outils clefs pour comprendre les enjeux du XXIe siècle et les moyens d’agir au quotidien en commençant par le ZeroWaste. »

Comme quoi nos youtubeurs sauveurs de planète veulent bien réduire le PIB global mais ne le confondent pas avec leur propre chiffre d’affaire.

Vous vous demandez pourquoi le plastique c’est si mal ? Voici :

… les gobelets en plastique, chaque année en France, c’est trente mille tonnes de déchets. C’est énormissime.

2mq010

La magie rhétorique des grands nombres en action. Bien qu’élevée en valeur absolue, cette quantité n’a en réalité rien de très impressionnant, comme le montre un calcul simple.

Supposons nos gobelets en polypropylène. Leur masse volumique est alors d’environ une tonne par mètre cube. Nos 30 000 tonnes occupent donc 30 000 m3. À la grosse louche, c’est le dixième du volume de la tour Montparnasse. On a certes vu plus joli que de mettre une nouvelle tour Montparnasse en polypropylène tous les dix ans quelque part en France, mais on ne peut quand même pas dire que ce soit la fin du monde.

Autre donnée numérique censée éveiller nos consciences de gros égoïstes et de pollueurs compulsifs :

99% des ressources qui sont puisées de la planète deviennent des déchets en moins de 42 jours

Je n’ai pas vérifié cette affirmation, mais je suis enclin à y croire. Surtout, j’ai du mal à comprendre en quoi ce serait inquiétant. Ça paraît assez logique, au fond. D’une part, quand on produit quelque chose, on le vend dès que possible. D’autre part, une fois qu’on a un logement, des meubles et de la vaisselle (sans oublier les mugs et les gourdes, donc : pensez à la planète, on vous dit), beaucoup de ce qu’on achète a pour vocation à être consommé dans un délai assez court. L’essentiel de ce qu’il y a dans mon panier de courses se compose de denrées alimentaires qui n’attendront pas 42 jours pour être mangées. Quant à l’électricité et au carburant vilain combustible fossile qui me permettent de me chauffer et de me déplacer, je ne sache pas qu’ils soient produits un an ou deux à l’avance, attendant sagement qu’il me prenne l’envie de tourner l’interrupteur ou de monter dans le bus. Mais bon, pouvoir dire « 99% » et « déchets » dans la même phrase, ça n’a pas de prix.

Autre nombre-qui-fait-peur :

l’eau vendue en bouteilles, ça génère 10 à 20 millions de mètres cubes de déchets par an

Du coup, on ne comprend plus trop pourquoi la vidéo a commencé par nous culpabiliser avec les gobelets et leurs malheureux 30 000 m3 (donc 30 000 tonnes) qui ne sont l’équivalent que de 0,2% du problème posé par ces bouteilles autrement sataniques.

Peu importe, dira-t-on : cette fois les bouteilles c’est des déchets par millions, donc ce coup-là c’est sûr que c’est grave. Voyons ça.

Puisque les bouteilles produisent une masse de déchets en gros cinq cent fois supérieure à celle de nos gobelets, il faudra un volume cinq cent fois plus grand pour les contenir toutes (un peu moins, en vrai, parce que le plastique des bouteilles (le PET) a une masse volumique un peu supérieure). Comme il fallait chaque année un dixième de tour Montparnasse pour nos gobelets, il faudra donc cinquante tours Montparnasse par an pour les bouteilles. Un pouillème à l’échelle du globe — ah, mais peut-être n’aviez vous pas compris que les « 10 à 20 millions de m3 » (donc de tonnes, puisque une tonne occupe un mètre cube) concernaient la production mondiale ? C’est ce qui me paraît pourtant le plus probable, à en croire le Worldwatch Institute qui annonce 2 millions de tonnes pour les États-Unis. (Voilà au moins qui rééquilibre un peu les diabolicités respectives des gobelets et des bouteilles.)

Là encore, donc, on est dans le pas grand chose. On aimerait par ailleurs être sûrs que l’auteur de la vidéo a eu l’idée de s’intéresser à la pollution engendrée par ses mugs et ses gourdes en inox, histoire de vérifier que la proposition de s’en servir comme substitut conduirait effectivement à une réduction significative des déchets.

Surtout, pour tirer matière à inquiétude de toutes ces données, il faudrait expliquer au moins un peu la dissémination du plastique dans la nature, les problèmes que ça pose pour les hommes, la faune et la flore, le continent de plastique, tout ça tout ça. Mais rien n’est fait en ce sens. On a donc affaire à de la pure stratégie de communication, qui tourne le dos à l’intelligence pour se placer résolument dans le registre de la pure incantation mystique aux grands nombres.

Dans le contexte de #OnEstPret, on doit aussi se poser la question du rapport avec le climat. Ce dernier n’apparaît que de manière indirecte, au détour d’une dénonciation des sataniques sacs en plastique (que la malédiction du Seigneur soit sur eux), pour lesquels « y a du pétrole qu’a dû être extrait, transporté… » et qui ont un « bilan carbone » a faire dresser les cheveux d’Alain Juppé sur la tête. Cette fois hélas, aucun ordre de grandeur ne nous est donné qui nous permettrait d’évaluer la solubilité du problème dans quelques tours Montparnasse.

Bilan de la vidéo, donc : un prêche pour la sobriété qui use et abuse de la mystique des millions et des milliards. Un argumentaire incapable de distinguer entre la question climatique et celle de la pollution, donc complètement hors-sujet pour le « Grand Défi pour le climat » qu’est censé être #OnEstPret.

Finalement, cette vidéo nous rassure sur l’importance à accorder à ce « Grand Défi ». Si l’une des principales actions à mener pour être climatiquement disruptif consiste à acheter une gourde et un mug, le principal risque que l’on court à écouter nos révolutionnaires des caméras est celui de mourir… de rire.

2mq75r

17 réflexions au sujet de « #OnEstPret : les gourdes qui sauvent le climat »

  1. Ouais !? !?
    Grosso modo un contenant dit durable dure combien de fois plus longtemps qu’un contenant à usage unique ???
    Disons qu’une gourde ou un tuperware dure un an ! ça peut paraître peu mais à constater ce qui passe dans les poubelle je pense que je suis plutôt large !
    On boit en générale dans un verre et on mange plutôt dans une assiette, enfin sans doute suis-je vieux-jeu, mais voilà, de temps en temps on se déplace et on utilise des choses jetables. Disons plusieurs fois par mois… aller 100 fois par an !
    Faites donc l’essai de peser un gobelet ou une barquette, et comparez au poids d’une gourde ou d’un tuperware…
    Bon pas besoin de dessin… C’est kifkif.

    Encore de ces bonnes idées à tourner en rond, faire du vent, avancer d’un pas pour reculer d’autant !

    En revanche réclamer que l’eau du robinet soit de qualité acceptable en terme de goût, partout dans le pays (allez en Beauce pour voir !), imposer le respect réglementaire des nitrates agricoles (cqfd vive la méthanisation qui à subrogé totalement aux règlements ZES), demander des comptes à Écoemballage sur leur actions et leurs résultats attendus au sujet des blisters et des sur-emballages… et d’autres … ça ! ça n’intéresse personne !
    On paie pour un résultat nulle dans le meilleur des cas, ou voire négatif quant un technocrate s’en occupe, et tout va bien madame la Marquise puisque les héros sauvent le monde !

    J'aime

    • Pour la dose de nitrates dans l’eau, rassurez vous, car sauf à avoir des allergies, les nitrates se décomposent en de très bonnes choses pour la santé.
      C’est entre autres pourquoi les légumes sont bons pour la santé car ils en contiennent 5 à 10 fois plus que l’eau »du robinet » (le goût de l’eau, c’est un autre sujet)

      J'aime

      • Pour le épinards ou les betteraves le taux peut aller jusqu’à 4000 mg au kilo
        comparé au taux maximum autorisé dans l’eau: 50mg
        je vous laisse faire le calcul !

        J'aime

  2. Quelle puissance dans le titre ! J’en ai rigolé avant même de lire l’article.
    Mais pas si cruches, car on en est déjà à deux actions pour le climat basée sur deux placements produits d’entreprise. A cette génération 2.0, modèle et si désintéressée… Pile dans la trace d’Hulot.

    J'aime

  3. Je pense que le 99% des ressources qui vont en déchets sous 45 jours ne concerne qu’un petit nombre de produits, ceux qui se retrouvent dans votre poubelle domestique. Ce qui représente moins de 10% des déchets.
    Les plus gros postes de consommation de ressources en tonnage sont le béton, les aciers, Ils durent nettement plus que 45 jours!
    Un autre poste est les fossiles; leur « déchet » c’est le CO2, qui n’est pas considéré comme un déchet.
    Enfin la nourriture. Sauf à créer un constipation universelle permanente, on ne voit pas comment allonger le temps de restitution en déchets de ce poste là.

    J'aime

  4. Ping : #OnEstPret aux bonnes affaires | Mythes, Mancies & Mathématiques

  5. Merci pour ce blog que je lis toujours avec plaisir.

    Je voudrais apporter mon grain de sel à l’article ci-dessus.

    A mon sens, le chiffre de 45 jours est tiré du chapeau, ou obtenu au « doigt mouillé »… Il ne tient pas à une réflexion même superficielle.
    Pour les produits issus du pétrole le temps moyen entre l’extraction et la mise à disposition à la pompe est de 3 à 6 mois, pour les matières plastiques ce temps est probablement similaire, l’acheminement se fait essentiellement par bateau.
    Pour les meubles, la vaisselle, les vêtements, le matériel informatique, TV, téléphone etc… personnellement je les conserve beaucoup plus de 45 jours…
    Pour la nourriture s’il y a effectivement des produits frais qu’il vaut mieux manger rapidement. Il y a un certain nombre de produits qui ne sont récoltés qu’une fois par an (céréales, pommes, betteraves, pommes de terre, noix, noisettes…) et seront ensuite consommés tout au long de l’année.

    Aimé par 1 personne

  6. Ping : Les commerces d’#OnEstPret sont ouverts le dimanche | Mythes, Mancies & Mathématiques

  7. Ping : La gourde | Mythes, Mancies & Mathématiques

      • Claude Allègre a été attaqué par le commentariat scientifique (les académiques comme les journalistes scientifiques) sur le fait qu’il s’exprimait sur des problèmes atmosphériques sortant totalement de son domaine d’expertise strict qui est le seul où il est reconnu par ses publications académiques et ses connaissances spécialisées (géologie) – alors que la paléo-climato est liée à la géologie.

        Quel est le domaine de spécialisation strict, tel que reconnue par la communauté, des starlettes du cinéma?

        Quel est le domaine de spécialisation strict des personnalités médiatiques qu’on entend sur les médicaments dangereux, les génériques, etc.?

        Est-ce que cette dernière phrase viole, une fois de plus, le charte indéfinie de ce blog?

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s