1 an après, l’ouragan Irma perd son seul record notable

A en lire la presse au passage de l’ouragan Irma il y a un an, nous étions en train d’assister au passage d’un monstre climatologique hors norme, « le plus important cyclone de l’histoire climatologique » (Europe 1), « Le plus puissant jamais mesuré dans l’Atlantique » (Le Monde).

Si nous avions pris soin de montrer qu’il n’en n’était rien et que cet ouragan de catégorie 5 ne sortait pas de la norme attendue, aussi bien à l’analyse de paramètres météorologiques usuels comme ceux de la pression et des vents qu’à celle de ses paramètres secondaires, il pouvait tout de même lui être attribué un record notable dans l’Atlantique Nord : celui des plus forts vents soutenus sur la durée. Celui-ci vient de tomber, suite à une mise à jour et une correction du National hurricane center (NHC) de Miami.

Des vents nettement moins forts et soutenus qu’initialement estimés

Il y a un an, les décodeurs du Monde montraient, dans une infographie simplissime, qu’Irma avait battu tous les records de vents soutenus dans la durée dans l’Atlantique et au-delà, au niveau mondial.

0fdca01_13614-1kqkx3x.ivjtbg9zfr

Or, le NHC, dans une indifférence médiatique générale, a publié au 30 juin dernier son dernier rapport sur l’ouragan Irma où l’on peut y voir que les plus forts vents soutenus ne sont plus de 295 km/h mais de 285 km/h (155Kt) et non plus sur une durée de 33 h mais de moins de 24h !

Vents soutenus d'Irma

Dans l’Atlantique Nord, l’ouragan Allen (1980) égale Irma en durée des plus forts vents soutenus >=155Kt (285km/h) avec néanmoins un pic de vents soutenus pour Allen à 165Kt (305 km/h), ce qui classe ce dernier comme l’ouragan le plus venteux de l’Atlantique Nord, aussi bien en durées cumulées à cette vitesse de vents qu’en valeur absolue de vents soutenus.

Enfin notons qu’avec des vents maximaux soutenus passant de 295 km/h à 285 km/h, Irma n’entre plus sur le podium des ouragans les plus venteux de l’Atlantique Nord.

ouragans-vents-AN

A l’avenir, récentrons le débat sur notre préparation aux catastrophes naturelles

Annoncé comme l’ouragan de tous les records dans le bassin Atlantique, l’ouragan Irma, malgré ses vents exceptionnellement forts, fut au final un ouragan majeur sans record notable à cette échelle. On ne peut pas dire qu’une grande majorité de la presse ait visé juste en qualifiant Irma de tous les superlatifs de puissance. De là à dire que si cette presse était capable de se tromper sur un phénomène météorologique aussi bien appréhendé que celui des cyclones, elle pourrait également manquer de discernement sur le sujet du climat, il n’y a qu’un pas ; pas qu’ici j’assume de franchir.

Car sur le fond, tous ces débats autour du CO2 qui généreraient des monstres météorologiques supposés inédits masquent en réalité les vrais débats politiques sur notre préparation face à des catastrophes naturelles depuis longtemps connues et ces débats, en ce triste anniversaire d’Irma, nous les devons avant tout aux sinistrés du nord des petites Antilles et plus largement à tous non concitoyens exposés à ces risques de catastrophes naturelles.

Dans des pays réellement libres et éclairés par la science et la technique, il en va de l’honneur et de l’utilité de la presse, au service des citoyens et de la démocratie, de se pencher sérieusement et sans chasse aux sorcières sur les responsabilités politiques qui ont été à la base de nos déficiences en matière de préparation et de résilience et non d’alimenter continuellement la propagande et l’obscurantisme autour des théories carbocentristes ; néo-fatalisme fort pratique pour évacuer toute responsabilité politique et administrative, qu’elle soit locale ou nationale, face à un cyclone de catégorie 5, attendu dans cette région et pour lequel nous aurions pu être mieux préparés.


Au-delà de cette question d’utilité publique, je vous invite à me communiquer tous travaux de chercheurs dans les domaines des sciences politiques, sociales et anthropologiques sur les logiques plus ou moins conscientes de nos sociétés qui les poussent à opter pour une forme d’obscurantisme après de grandes catastrophes naturelles.

9 réflexions au sujet de « 1 an après, l’ouragan Irma perd son seul record notable »

  1. D’aucuns esprits chagrin vous diraient que la correction du NHC intervient sous l’administration Trump (en oubliant qu’en 2017, le « sympathique » Donald était déjà en poste)
    Plus sérieusement, Florence commence à occuper les médias, même en France, et on sent comme un début de jouissance plus ou moins inavouée : et si Florence était encore plus « méchant;e » que Irma , COP24 oblige ?

    J'aime

    • Des organismes d’Etat très officiels comme EDF n’ont pas retenu la leçon de la résilience face à un phénomène attendu et préfère continuer à parler du CO2 comme cause de la catastrophe d’Irma, cyclone d’une puissance toujours aussi hors norme selon eux. Franchement, c’est de l’obscurantisme mais, à ce niveau, peut-on leur accorder le droit de prêcher par naïveté ? https://twitter.com/EDFofficiel/status/1037592483818078208 Alors, si un an après on en est encore là à ce niveau, il semble logique que cela puisse continuer pour Florence, d’autant plus dans un contexte COP24 aux USA.

      J'aime

  2. Autre remarque (désolé pour l’esprit de l’escalier…), encore plus que la résilience, c’est l’adaptation aux événements extrêmes qui me semble la plus importante (AMHA), dans la mesure où elle pourrait éviter la transformation d’événements météo extrêmes en catastrophe naturelle.
    Certes, l’un comme l’autre ne sont pas toujours faciles ou évidents, par exemple bâtiments résistants à des ouragans de niveau 5, et encore plus dès qu’ils ont une certaine hauteur, est-ce vraiment possible ?
    En revanche, ne pas construire dans des zones inondables au sens large (surcotes en bord de mer, lit étendu des cours d’eau même les plus « petits », etc) ressortit du bon sens, ce qui ne suffit pas à le faire appliquer !

    J'aime

    • C’est tout le débat que j’aurais souhaité voir ouvrir par les médias en effet, celui de la prévention et de la résilience, qui, CO2 ou pas d’ailleurs, sera toujours des plus importants. Par exemple, sur le site de la Préfecture de Saint-Martin, où est le PPR de Saint-Barthélémy ? http://www.saint-barth-saint-martin.pref.gouv.fr/Les-actions-de-l-Etat/Environnement-et-prevention-des-risques/Prevention-des-risques/Risques-naturels . Si Saint-Barthélémy avait un PPRN, cela permettrait de ne pas construire en zone submersible et de prescrire des travaux pour ceux qui y sont exposés. Au regard de vos questions et du Retour d’expérience autour d’Irma, le PPR de Saint-Martin devrait il être mis à jour ? Et les plans communaux de sauvegarde et le Plan Orsec ? Et l’information obligatoire des populations ? Autant de questions presque jamais abordées dans la presse et qui sont pourtant de haute utilité publique dans un contexte de cyclone de catégorie 5, qui, je le répète, devait être attendu sur cette zone.

      J'aime

  3. Florence « pffuit »… mais des pluies « catastrophiques (ouf, sauvés !) sont attendues sur la côte sud-est.
    En revanche, il y a un méchant typhon au-dessus des Philippines, cat5… et on n’en parle pas trop !

    J'aime

    • Bien vu car comme je le disais en conclusion dans un de mes articles sur Irma :
      « Contrairement à une idée répandue dans le grand public, ce ne sont pas les cyclones les plus venteux qui sont les plus violents pour l’homme mais les cyclones aux plus fortes submersion (marée de tempête et/ou inondations). »
      https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2017/09/18/irma-un-record-de-rumeurs/
      Alors oui, 500L/m2 en Caroline du Nord, c’est bien plus préoccupant que la force des vents qui a baissée :
      https://pbs.twimg.com/media/DnAYlpWWsAAbLoM.jpg:large mais pas au dessus de Floyd (1999) sur cette région avec 611 L/m2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouragan_Floyd#Caroline_du_Nord
      Rajoutons également une marée de tempête importante de 2 à 4 mètres prévue et on est effectivement face à un Ouragan à submersion.

      Pour Mangkut aux Ph, super-typhon très intense : 905 Hpa. Pour se faire une idée, Irma c’était une intensité de 914Hpa. Mais l’impact médiatique des Philippines n’est pas celui des USA, tout comme notre proximité culturelle d’où probablement cette déformation à traiter méidatiquement l’un plutôt que l’autre.

      J'aime

  4. Ping : Heureuse année 2019 | Mythes, Mancies & Mathématiques

  5. Ping : Retour sur le blog I-Resilience après 4 ans

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s