EXCLU : en avant-première, le discours de Macron au One Planet Summit

Ma boule de cristal m’a permis de lire à l’avance le discours que prononcera Emmanuel Macron au Sommet Climatogalactique qu’il organise aujourd’hui même à Paris. Toute ressemblance avec la réalité ne résultera pas d’une coïncidence, même s’il faut s’attendre à une version un peu édulcorée le moment venu.


Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République Française

Discours au One Planet Summit

Paris, le 12 décembre 2017


Mesdames et Messieurs les chefs d’État et de Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,

Mesdames et Messieurs les ministres, maires, députés, sénateurs et représentants des peuples et des nations,

Mesdames et Messieurs les représentants des ONG,

Mesdames et Messieurs,

Bienvenue à Paris, la Ville Lumière, qui depuis toujours éclaire le monde et se destine, grâce à vous qui êtes ici, à aider l’Humanité à préserver ce qu’elle a de plus précieux.

J’ai été, comme vous tous, particulièrement touché par la mort de cet ours polaire dont nous avons vu les terribles images il y a quelques jours. Ce représentant d’une espèce animale si splendide et si irremplaçable ignorera toujours que sa vie a été fauchée non pas par la maladie, la vieillesse ou la blessure, mais bien par la folie des hommes.

Cette folie, nous sommes ici réunis pour y mettre définitivement fin. L’heure est au changement de paradigme, à l’entrée irréversible dans une façon nouvelle d’envisager l’action internationale, d’où seront bannis les égoïsmes et la courte vue. Nous sommes rassemblés pour reprendre en main la destinée humaine, et faire en sorte que le Progrès redevienne une perspective désirable pour tout un chacun, qu’il soit homme, femme, ou ours polaire.

Mon pays a été particulièrement frappé cette année par le passage de l’ouragan Irma, ce symbole de la triste normalité climatique nouvelle qui a ravagé l’île de Saint-Barthélémy. C’est un bel hommage à ses victimes que lui a fait notre grand chanteur Johnny Halliday, décédé la semaine dernière, en choisissant d’y habiter sa dernière demeure.

Pour la France, Saint-Barthélémy a été, il y a quelques semaines, le visage des dérèglements climatiques. Mais je ne sais que trop bien que chacun de vous, dans vos pays, dans vos régions, dans vos villes et vos quartiers, dans vos villages, dans vos montagnes et dans vos vallées, sur vos côtes, dans vos campagnes et dans vos salles de bains, vous pourriez tout autant témoigner de la disruption en cours. Car celle-ci n’épargne personne. Elle doit donc interpeller nos consciences. Que l’on croie à Jésus, à Mahomet, à Yahvé, à Jupiter, ou que les malheurs du monde nous aient coupé de la croyance en un dieu, tous nous devons œuvrer pour empêcher l’irréversible qui s’approche toujours davantage et menace l’avenir à une échelle globale.

Comme nous le savons, la conscience du problème ne suffit pas. Fort heureusement, l’engagement international n’a pas manqué ces trente dernières années. Ainsi à la COP1 a succédé la COP2, puis la COP3, la COP4, et ainsi de suite jusqu’à cette grandiose COP21, tenue ici même dans la Ville Lumière avant que se déroule la COP22 puis la COP23, en attendant la COP24 à laquelle succédera, n’en doutons pas, une tout aussi glorieuse COP25. Ces événements indispensables, qui chacun a apporté sa pierre à l’édifice d’un monde meilleur, sont de beaux jalons pour la construction d’une harmonie nouvelle, qui joindra l’imagination humaine à l’œuvre de la nature pour une espérance renouvelée en l’avenir de ce que nous sommes. Gloire soit rendu à l’effort des Nations qui, jamais autant qu’autour du climat, n’auront si bien mérité d’être qualifiées d’Unies. Unies pour ce qui les rassemble et ce qui les dépasse. Unies pour sauver notre mère à tous : Gaïa, la Terre nourricière, berceau de la civilisation humaine et horizon indépassable de l’humanité.

Hormis certain inconséquent à la pilosité douteuse, qui donc pourrait contester encore aujourd’hui que l’action ne peut plus être différée ? Des tremblements de terre aux tsunamis, de la dérive des continents à Cyril Hanouna, tout converge, tout démontre que nos émissions de gaz satanique sont responsables d’une tragédie lente et diffuse, dont les minorités opprimées sont bien entendu les premières victimes en même temps que les plus démunis.

Il nous faut donc cette fois passer sérieusement aux vrais actes qui agissent ! Pour de bon ! Et pour cela, n’ayons pas peur des mots ! Faisons preuve d’exemplarité ! Disons les choses comme elles sont ! Ne craignons pas de faire face à nos responsabilités ! Montrons-nous à la hauteur du mandat qui nous est confié ! Soyons dignes de ce que le monde attend de nous ! Ne cédons pas à l’immobilisme ! Ne nous laissons pas gagner par le découragement ! Car nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas !

Comme le seul moyen crédible de l’action collective est un engagement financier réel, concret, sans faux-fuyant, je vous annonce ici solennellement que la France a décidé d’abonder le Fond Vert pour le climat à hauteur de 5000 euros supplémentaires dès 2025. Cet effort prendra la forme de prêts à taux zéro pour une moitié, et de subventions à des entreprises françaises œuvrant au salut de la planète pour une autre moitié.

À vous tous qui êtes ici je demande un effort comparable, proportionné à vos moyens. Maintenant. Car la disruption climatique, elle, n’attendra pas. En sortant de la salle de conférence, vous trouverez une boîte dans laquelle déposer vos contributions. Songez bien que ce n’est pas moi qui vous en remercie mais notre planète, nos ours polaires et surtout nos enfants. En leur nom, et en leur nom seul, merci à tous.

8 réflexions au sujet de « EXCLU : en avant-première, le discours de Macron au One Planet Summit »

  1. Je suis impressionné par la convergence de vues avec Jupiter (et avec notre regretté nabot grenellien par qui tout a commencé et à qui Hulot doit son début de fin de carrière à nos frais) : allez, un petit pas pour l’homme et un grand saut pour l’humanité.
    Si ça continue, il faudra que ça cesse.
    Merci pour ce moment, comme dirait l’autre… L’homme d’hier.

    J'aime

  2. Non, il y a une faute, après l’annonce de 100 milliards par an pour le climat de Guterres, les 1000 milliards de Jean Jouzel, c’est pas 5000 € que Macron va annoncer mais 5000 milliards !!!

    J'aime

  3. EXCELLENT !
    A cette heure-ci, Macron a déjà prononcé son discours. Dommage !
    En lui envoyant votre tirade, il aurait pu pomper dessus ; et son discours, désormais légendaire, aurait eu l’aura que vous lui avez apporté !

    Il est tout de même curieux que nos réchauffistes n’aient pas relevé cette troublante coïncidence, qui aurait pu leur servir d’argument, et par là même la justification de ces COPs, que d’aucun trouve inutiles. Je veux parler de la stabilité des températures depuis le début de la tenue des COPs.(1995)
    Pour des hystériques de cet acabit, la relation de cause à effet serait évidente ! C’est scientifiquement stupide, mais pour ces illuminés, la science est ignorée ; c’est vers la croyance et la religion qu’ils se tournent. Alors pourquoi pas adopter cette théorie ?
    Encore Bravo pour ce discours dont Macron, s’il l’avait prononcé, vous aurait probablement félicité !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  4. Amusant et bien écrit, comme toujours avec monsieur Rittaud. Trois petites fautes d’orthographe à corriger prestement :
    nous aient coupéS
    Gloire soit renduE
    les premières victimes en même temps que les plus démuniEs

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s