Renouvelables : la désinformitude

par Rémy Prud’homme

Le semaine du 16 au 20 janvier a été marquée en France par une vague de froid, et donc par une augmentation de la demande d’électricité. La ministre de l’Environnement a déclaré le 18 janvier : « aujourd’hui, l’éolien et le solaire vont produire l’équivalent de 8 réacteurs nucléaires ». Elle s’appuie sur cette « constatation » pour conclure qu’il y a trop de nucléaire en France. Sa petite phrase est un gros bijou de désinformation. Elle mérite d’être analysée avec soin dans les écoles d’administration et de journalisme où l’on enseigne le mensonge (pas pour préparer nos élites à le pratiquer, bien sûr, mais pour mieux les en protéger). Cette déclaration, brève comme un tweet de Donald Trump, est en effet un bel exemple de la combinaison d’au moins trois techniques de désinformation.

     La première est le mensonge simple. Un réacteur nucléaire de 1,2 GW produit en 24 heures 29 GWh. Le 18 janvier, l’éolien et le solaire ont produit 125 GWh. Chacun peut le vérifier en deux clics sur le site de RTE (qui, félicitons-le, publie la production de chaque filière pour chacune des heures de l’année). Nos renouvelables ont donc produit ce jour-là autant que 4,3 réacteurs. Transformer 4,3 en 8, ce n’est pas arrondir, c’est tricher. Mais pourquoi la ministre se gênerait-elle ? Elle sait qu’aucun média ne se donnera la peine de vérifier, et que tous reprendront son affirmation – ce qui s’est effectivement produit. Mais ceci n’est qu’un début, et l’art de la désinformation va bien au-delà du mensonge grossier.

     La deuxième technique est le mensonge par sélection. Elle porte ici à la fois sur le choix du jour, et sur le choix du moment. La ministre donne un chiffre (faux, on l’a vu) pour le mercredi 18 janvier. Ce fut, du point de vue des renouvelables, le meilleur jour de la semaine. Une présentation plus honnête considérerait tous les jours de la semaine : on y verrait que la production des renouvelables a été en moyenne égale à celle de 3 réacteurs.

     Surtout, le problème posé par une vague de froid est évidemment celui des pointes de la demande, et de la façon d’y faire face. Les chiffres significatifs se rapportent à la production des renouvelables à ces heures-là, pas à celle de la journée toute entière. Ils sont également disponibles sur le site de RTE. La production des renouvelables aux heures de pointes (qui ont eu lieu à 19 heures quatre des cinq jours de la semaine considérée), a été en moyenne égale à celle de 2,9 réacteurs nucléaires. Ca aurait pu être bien pire. A 19h en janvier, la production d’électricité solaire est toujours égale à zéro. En fait, nous avons eu cette semaine-la la chance d’avoir du vent, et donc une production éolienne assez soutenue.

     La troisième technique de désinformation est le mensonge par omission. La ministre écarte toute référence au coût des filières qu’elle compare : cachez-moi ces euros que je ne saurais voir. Les installations solaires et éoliennes installées en France ont coûté un peu moins de 50 milliards d’euros. Selon la Cour des Comptes, les installations nucléaires ont coûté 83 milliards (en euros constants de 2010). Aux heures de pointe de la semaine les 50 milliards investis dans les renouvelables ont produit en moyenne 3,5 GWh, et les 83 milliards investis dans le nucléaire 56 GWh. Il fallait tout juste 10 fois plus d’investissement dans les renouvelables que dans le nucléaire pour produire la même quantité d’électricité.

     La ministre, qui méprise sans doute les ingénieurs autant que les comptables, se garde bien de mentionner la durée de vie des investissements qu’elle compare. Celle d’un investissement éolien ou solaire est d’environ 25 ans. Celle d’un investissement nucléaire est d’au moins 50 ans. Prendre en compte ce détail divise simplement par deux l’intérêt relatif du renouvelable.

     Au total, on a – au service de la bonne cause – une affirmation carrément fausse, deux choix arbitraires ou indéfendables, et deux omissions grossières. Ignorance ou cynisme ? On ne sait pas (et on ne sait d’ailleurs pas lequel des deux serait le plus déplorable). Etonnez-vous du peu de crédibilité des politiciens et des médias.

 

Advertisements

36 réflexions au sujet de « Renouvelables : la désinformitude »

  1. Dernier paragraphe, deux suggestions :
    – remplacer Ignorance ou cynisme par Ignorance et cynisme
    – remplacer credibilite des politiciens et des médias par credibilite des politiciens donc des médias. (c’est le même monde).

    J'aime

  2. On se demande toujours quels sont les talents de madame Royal. Mensonges, propos inconséquents, erreurs, fautes, initiatives malheureuses, déficits mal camouflés sont l’essentiel de ce qui reste de sa gestion régionale du Poitou, selon les dires de audits de ses propres héritiers socialistes. Ses approximations, ses mensonges éhontés, ses bluffs grotesques en ont fait la reine des démentis politiques depuis 30 ans ! Elle en publie comme ministre au moins un par mois, souvent plus !
    Elle est aujourd’hui en campagne pour prendre la tête du PNUD, énorme fromage nationsuniens dont elle veut faire sa petite retraite. Mais les NU méritent-elles tant d’incompétence, d’ambitions mal placées, de cynisme à la petite semaine, d’arrogance et de mépris pour ses interlocuteurs ? Probablement pas, même si l’on considère que les autres nations n’ont guère mieux à proposer en général…. Au moins Royal n’est-elle sans doute pas corrompue.
    Sans doute nous autres français n’avons pas non plus mérité cette punition royale (sauf les poitevins : ils l’ont élue et réélue et n’ont eu que ce qu’ils méritent)…
    Grâce à madame Royal mais aussi à son homologue de l’autre bord, la très creuse MAM, on peut dire aujourd’hui que la cause de la mixité l’a emportée dans le monde politique français : les politiciennes sont tout aussi médiocres et cyniques que les plus mauvais de leurs homologues masculins…

    J'aime

  3. « Le 18 janvier, l’éolien et le solaire ont produit 125 GWh » –> ça c’est vrai
    « Nos renouvelables ont donc produit ce jour-là autant que 4,3 réacteurs. » –> ça c’est faux.

    Si avec l’éolien et le solaire on arrive bien à 125, pour la totalité des renouvelables on arrive à 349.
    349 / 29 = 12

    J'aime

    • Si vous incluez l’hydraulique qui a fortement produit ces temps-ci, vous avez raison. Par contre, pour le solaire et l’éolien, ce qui est l’objet de cet article, les chiffres fournis et calculés sont corrects.

      J'aime

      • Le titre du billet est bien « Renouvelables : la désinformitude » non ? Alors parlons DES renouvelables dans leur ensemble.
        Il n’y a aucune raison de se focaliser uniquement sur l’éolien et le solaire.

        J'aime

    • Prenez cette définition de wikipedia : « Les énergies renouvelables sont des sources d’énergies dont le renouvellement naturel est assez rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain. »
      Puis allez faire un tour sur le site de RTE dont le lien est donné dans le billet.
      Ensuite, on en reparle.

      J'aime

      • « Les énergies renouvelables sont des sources d’énergies »

        Pas clair votre histoire. L’énergie est la source d’énergie?

        Donc le soleil (le flux venant du Soleil) est la source d’énergie? Et c’est la SOURCE qui est renouvelable?

        Mais le système qui récupère cette énergie n’est pas plus renouvelable que celui qui sert à extraire le pétrole.

        J'aime

      • Et vous simple-touriste, avez-vous enfin compris quelles différences ça fait que ce soit la terre qui tourne autour du soleil plutôt que l’inverse ?

        J'aime

    • http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN15217G

      « Malgré l’indisponibilité de six réacteurs nucléaires, il n’y aura pas de coupure d’électricité parce que j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer », a-t-elle ajouté. « C’est qu’aujourd’hui avec les très bonnes conditions météorologiques, les énergies renouvelables, l’éolien et le solaire vont produire l’équivalent de huit réacteurs nucléaires, 8 gigawatts ».

      J'aime

  4. Coucou,

    Encore un papy !

    Je ne comprend la fixette que vous avez concernant Mme royal. Quand le clown mini-trump proposait, proposait …. tant de tartufferies dans tous les domaines,..

    Je n’apprécie Mme royal plus que çà, mais ces procès en veritude m’agacent. Une histoire de paille et de poutre.

    Une demande reïtérée: Mr Rittaud, pouvez vous ouvrir votre blog à un jeune comme vous, courageux, scientifique avec un niveau non discutable, progressiste de gauche et pourquoi pas ecolo et qui s’interrroge sur la veracite du réchauffement occasionné par le vol des sauterelles du sahara. Je suis sur que çà existe.

    Bonne journée

    Stéphane

    J'aime

      • Coucou,

        C’etait une boutade !

        Quelle susceptibilité ! Comme disait le poete, « l’age ne fait rien à l’affaire … », ou bien « Mr corneille, j’ai 20 ans et je vous emm.. »

        Mon avis n’ayant qu’une importance trés modérée, continuons sur cette voie, de garage.

        Bonne journée

        Stéphane

        J'aime

  5. J’aimerais bien avoir accès au document de la cours des comptes –> « Selon la Cour des Comptes, les installations nucléaires ont coûté 83 milliards (en euros constants de 2010). »
    Les coûts de maintenance sont-ils inclus dans ces 83 milliards ? Et les coûts de démantèlement des centrales ? De retraitement des déchets ? De stockage de ces déchets ?

    J'aime

  6. Pour clore le débat stérile sur le terme de renouvelable, je propose de parler dorénavant, quand il s’agit de l’éolien et du solaire, de renouvelable Intermittent ou d’énergies renouvelables intermittentes (EnRi). Comme cela, pas d’interprétation foireuse…

    J'aime

    • Total et absolu désaccord! Je refuse de cautionner la colonisation du langage.

      Les éoliennes ne poussent pas dans les champs, même pas les champs d’éoliennes.

      Si on défend le terme renouvelable pour l’éolien, alors je le défendrais pour le charbon.

      J'aime

  7. @Rosa: vous pouvez commander le rapport public thématique de la Cour des Comptes : « les coûts de la filière électronucléaire », Janvier 2012 chez La Documentation Française, Il est payant.

    J'aime

  8. Intéressant ce rapport. Merci Sgag. Je l’avais trouvé par ailleurs.
    On y voit qu’effectivement l’investissement dans le parc nucléaire actuel a été évalué à 83 Md d’Euros 2010 comme le dit Rémy Prud’homme.
    Mais ces 83 milliards, en gros, c’est la construction. Pour que tout cela marche il a fallu injecter un peu plus. Paragraphe « conclusions sur les dépenses passées », on arrive à la modique somme de 188 milliards. A ces 188 milliards il convient d’ajouter le prix du combustible, le coût du personnel, et tout un tas de trucs. Mais le plus beau c’est les 100 milliards qu’il va falloir injecter pour que le parc puisse encore fonctionner jusqu’en 2030.
    On n’est donc pas loin des 300 milliards.
    Les calculs de Rémy Prud’homme me font bien rigoler.
    Elle était donc là la désinformitude.

    J'aime

    • L’article de Rémy Prud’homme compare les coûts de construction. De votre côté, vous ajoutez les coûts de fonctionnement au nucléaire, mais vous ne le faites pas pour le solaire et l’éolien. C’est à peu près du même niveau que lorsque vous intégrez en douce l’hydroélectrique dans les renouvelables.

      J'aime

      • «L’article de Rémy Prud’homme compare les coûts de construction.»
        Ce détail n’est mentionné nulle part dans le billet et si tel était le cas ça n’aurait absolument aucun sens.

        «De votre côté, vous ajoutez les coûts de fonctionnement au nucléaire, mais vous ne le faites pas pour le solaire et l’éolien.»
        Effectivement. Et j’ai cherché (je cherche encore) à le faire. Ca n’est pas trivial étant donné que ces coûts sont extrêmement différents selon les filières, les opérateurs, les localisations géographiques, etc. Même les 50 milliards (de construction ?) de Rémy Prud’homme sont invérifiables.
        La Cours des Comptes elle-même souligne (rapport sur les ENR) l’extrême difficulté à comparer les coûts de production entre les différentes filières (nucléaires compris) et leurs calculs vont juste un peu plus loin que les quatre chiffres proposés par Rémy Prud’homme.

        «C’est à peu près du même niveau que lorsque vous intégrez en douce l’hydroélectrique dans les renouvelables.»
        Mais il faut tout intégrer Monsieur Rittaud si on parle de renouvelables (et la liste est longue) ou alors on reste dans le non-sens, les faux chiffres, l’enfumage du gogo.

        Au final, le billet d’humeur de Rémy Prud’homme ne repose sur rien de sérieux.
        Etonnez-vous du peu de crédibilité des climato-réalistes.

        J'aime

      • Pas mentionné qu’il s’agit des coûts de construction ? Il va falloir acheter des lunettes : « Les installations solaires et éoliennes installées en France ont coûté un peu moins de 50 milliards d’euros. Selon la Cour des Comptes, les installations nucléaires ont coûté 83 milliards (en euros constants de 2010) »
        Le mot « installation » est en toutes lettres dans les deux phrases.

        Pour le reste bravo, vous venez de découvrir la difficulté de trouver certains chiffres. Pensez à remercier l’auteur de l’article (et certains commentateurs) qui vous aident dans vos recherches, car effectivement dans le domaine la transparence ne règne pas. Mais ce n’est pas parce que vous avez trouvé un chiffre à vous mettre sous la dent qu’il faut pérorer : en l’occurrence vous n’avez apporté qu’une donnée partielle, qui n’invalide rien du tout au contraire. Même si vos 300 milliards sont exacts et qu’il ne faut ajouter aucun coût pour les énergies intermittentes, vos propres chiffres restent largement en faveur du nucléaire, et donc ne changent pas les conclusions de l’article.

        Intégrer l’hydroélectrique dans les renouvelables et accuser les autres d’enfumage, il faut le faire. Mais comme vous avez décidé de ne pas comprendre le problème, inutile d’insister.

        J'aime

    • « Mais le plus beau c’est les 100 milliards qu’il va falloir injecter pour que le parc puisse encore fonctionner jusqu’en 2030 »

      Vous avez vu ça dans une boule de cristal?

      Pourquoi tout arrêter en 2030?

      J'aime

      • « Le mot installation est en toutes lettres dans les deux phrases ».
        Bah non. «Les installations nucléaires ont coûté 83 milliards» signifie en français de base que «les centrales (les installations) nucléaires ont coûté 83 milliards». Ce qui n’est pas la même chose que «l’installation des centrales a coûté 83 milliards».

        Pour le reste :
        – Je ne pérore pas. Je réclame juste un peu de sérieux. Vous y gagneriez en crédibilité.
        – Je ne cherche pas à invalider. Je réclame juste un peu d’honnêteté intellectuelle. Vous y gagneriez en crédibilité.
        – «Qui ne valide rien au contraire» là il va falloir m’expliquer. A par satisfaire des lecteurs au QI de 4 je ne vois pas l’intention du «au contraire»
        – Que mes chiffres ne changent pas les conclusions de l’article, peu importe. Là n’est pas la question. Pour arriver à une conclusion quelle qu’elle soit il faut un peu de sérieux dans le développement. Vous y gagneriez en crédibilité.
        – Enfin, je n’intègre pas que l’hydroélectrique dans les renouvelables. Tout le reste des ENR compte aussi. Là aussi c’est de l’honnêteté intellectuelle (on appelle ça le mix énergétique) et essayer de me faire croire que je n’ai pas compris le problème c’est juste histoire de flatter votre ego.

        J’en resterai là.

        J'aime

      • Benoît Rittaud, si pointilleux lorsqu’il manipule les données de Météo France, les chiffres de Jouzel, la courbe de Mann, est prêt à tout accepter quand il s’agit des personnes de son clan.
        Et c’est moi que l’on traite de Jésuite …
        La bonne blague !

        J'aime

  9. Rémy Prudhomme aurait en effet dû préciser « renouvelables intermittents » . Mais tout le monde je pense avait compris. Seuls ceux qui veulent ergoter pour détourner le vrai sujet de l’article font semblant de ne pas comprendre.

    Je pense que dans les semaines en cours, les Autorités dans leur ensemble font courir un risque exorbitants aux citoyens français. Le pire a été probablement le 6 Janvier. Ce n’est pas le jour le plus froid mais il y avait encore une douzaine de centrales bloquées par l’ASN. On a importé jusqu’à 8GW , soit probablement le maximum possible par les lignes d’interconnexion. Un incident, même mineur, aurait conduit à la catastrophe.

    Cette semaine s’annonce encore difficile, et sans pratiquement le moindre vent.

    Si on veut traduite cela en termes économique, quelque soit le coût (installation et exploitation), pour l’éolien, comme la production sera quasiment nulle, le coût du KWh sera proche de l’infini.

    J'aime

    • Il est vrai que le vrai sujet de l’article est donné dans la conclusion « Etonnez-vous du peu de crédibilité des politiciens et des médias. »

      Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ; pourvu qu’on ait la joie de passer ses nerfs sur les politiques et les médias.

      Etonnez-vous du peu de crédibilité des climato-réalistes. C’est malheureux.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s