Londres, du Brexit à Clexit

L’un des points marquants de la conférence de Londres a été la présence du Brexit en toile de fond. Rien de très étonnant à cela, bien qu’en principe constater que les événements météorologiques extrêmes n’augmentent pas, que seul El Niño empêche de parler de plateau de températures depuis quelques mois ou encore que la hausse du niveau marin est stable depuis un siècle devrait être indépendant de toute espèce d’opinion sur l’intérêt économique ou politique qu’il peut y avoir pour les Britanniques à rester ou pas dans l’Union européenne. La nature humaine étant ce qu’elle est, il y a toutefois une certaine logique à ce que l’esprit frondeur qui habite souvent les climatosceptiques se traduise aussi par une certaine défiance envers les institutions.

Parmi les Brexiters fiers de l’être à la conférence se trouvaient Christopher Monckton et Richard Tattersall, alias Tallbloke (« le grand gars » — grand, il l’est en effet, une caractéristique qu’il partage avec Christopher Monckton, tout comme le fait que les deux savent porter leur grande taille). Un troisième Brexiter est Philip Foster, qui a organisé l’an passé le Paris Climate Challenge pendant la COP21 qui avait été l’occasion de premières rencontres avec ce qui n’était alors que le Collectif des climato-réalistes.

Du point de vue tactique, le Brexit est sans doute une bonne nouvelle pour les climato-réalistes au sens où le résultat du référendum a démontré qu’il n’y a pas (ou plus) de « plafond de verre », qu’il est possible de rompre avec le suivisme de principe et les institutions les mieux installées. Ça ne veut pas dire qu’un climatosceptique est forcément Brexiter : pour ma part, j’aurais sans doute voté pour le remain (mais mon avis ne vaut pas grand chose — ça tombe bien d’ailleurs, puisque personne ne me le demande).

Brexit et climat viennent d’être liés par une initiative lancée il y a quelques semaines par Viv Forbes (non pas un Britannique mais un Australien : go figure). Il s’agit de « Clexit », qui vise à faire en sorte que les pays se retirent de l’accord de Paris, de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques et autres usines à gaz carbocentristes. Si l’idée générale est excellente, j’ai toutefois refusé d’y être associé, notamment à cause de la référence explicite au Brexit libérateur et au joug de la « bureaucratie dictatoriale de l’union européenne », dès la deuxième phrase du manifeste. Ce n’est pas mon a priori contre le Brexit qui m’a fait le plus tiquer, c’est le mélange des genres. J’ai dit suffisamment souvent que science et politique doivent être soigneusement distinguées pour m’abstenir de rejoindre à la première occasion une initiative qui, à l’évidence, a le plus grand mal à le faire.

Au crédit de Viv Forbes, il a montré un parfait respect pour mes arguments. Quant à Philip Foster, tout Brexiter qu’il est, il semble être tombé d’accord avec moi sur le fait que cet aspet de Clexit posait problème.

Dans sa note de lecture très fouillée de mon dernier livre, Geoff Chambers expliquait à quel point, selon lui, j’écris comme un Français. La même image m’a été renvoyée à Londres.  Ça n’avait rien de péjoratif ou d’excluant : Brexiters ou pas, il a régné un grand interêt et un grand respect mutuel. Tout le monde a conscience que nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres, et que nous sommes tous très complémentaires. Je sais, ça fait un peu fleur bleue, mais que voulez-vous : c’est vraiment cet état d’esprit qui a habité les échanges. Quand je vous dit qu’on a bien fait d’y aller…

Advertisements

13 réflexions au sujet de « Londres, du Brexit à Clexit »

  1. Coucou,

    pour le clexit, je vois bien la sortie: « les faits correspondront ou pas aux prévisions ». comme diront mes petits enfants dans 30 ans

    Pour le brexit,y a comme un flou, semble t il . Ceux qui etaient pour se sont volatilisé. Ne reste plus q’un grand B. à gerer.

    Finalement l’analogie ne me semble pas trés positive pour ceussent qui s’interrogent !

    Bonne journée

    Stéphane

    J'aime

      • coucou,

        Si j’ai bien suivi, (de loin), les deux principaux leaders du no ont soigneusement refusé de prendre la moindre responsabilité après leur victoire.
        L’un a refusé le poste de 1er ministre. l’autre soutient trump dans sa chasse au impurs …

        Volatilisé est un peu exagéré, disons carapaté, filer en douce, sans trop faire de bruit …

        Courage fuyons …

        Bonne jourée

        Stéphane

        J'aime

      • Vous avez parfaitement suivi la propagande me(r)diatique.

        L’un a été empêché de devenir PM, l’autre n’avait même pas de mandat.

        Pas de point pour l’esprit critique. Vous vous rattraperez la prochaine fois.

        J'aime

  2. Ping : BREAKING NEWS : Nicolas Sarkozy se déclare climatosceptique ! | Mythes, Mancies & Mathématiques

  3. « Elle » : Viv Forbes = Vivian, C’est une représentante du sexe autrefois considéré comme faible et dont les exemples de force de caractère abondent auj’hui, entre autres dans le climato-réalisme.

    J'aime

  4. Ping : Sur la primaire de la droite et du centre | Mythes, Mancies & Mathématiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s