GreenPravda

Un nouveau magazine indispensable vient d’être lancé pour sauver la planète du climat-qui-fait-peur. Courageux jusqu’à la témérité, je l’ai feuilleté pour vous.

Ça s’appelle greenup. Sans majuscule au g (ça ferait ringard), avec un deuxième e renversé (que j’ignore comment faire sur mon clavier) et, surtout, avec l’éternel anglais de cet écologisme mondialisé qui affirme lutter contre les ravages de la mondialisation.

Le titre de la couverture (« Du positif pour le climat ») m’a aussitôt fait m’approcher de la bête. D’ici à ce qu’il faille penser que je suis le lecteur-cible… Et franchement, en fait de lecteur-cible, je me demande vraiment qui vise ce magazine, qui n’a à offrir qu’une compilation sans âme de carbocentrisme bobo, où l’originalité la plus grande se niche dans ces sempiternelles actions locales qui, si si, auront un jour un effet global. (Je n’ai pas vu le mot « exponentiel », mais vous voyez l’idée.) On a droit à du Nicolas Hulot qui lance son anaphore nous exhortant à « oser ». (En passant : les anaphores à toutes les sauces, ça commence pas à vous casser les pieds ? Ne serait-il pas temps de songer sérieusement à une pétition pour un moratoire de quelques années sur cette figure de style ?) Il y a aussi du déluge, avec Anny Cazenave qui nous explique que la mer monte plus vite qu’avant (les fameux 3,2 mm/an depuis 1994 au lieu des 2 mm/an au XXè siècle, sans préciser bien sûr le changement de méthode de mesure). Et on a le supplément pour les jeunes, avec une interview de Gilles Berhault, ci-devant président du Comité Théodule 21, où ne manque aucun poncif, entre les « modes de consommation effrénés », le « point de rupture » et autres « enjeu de civilisation ».

Le tout-venant carbophobe, donc. Rien de bien nouveau ni de très passionnant, certes, mais il y a quelque chose qui m’interpelle : ils annoncent quand même avoir tiré le bouzin à 50 000 exemplaires. Peut-être suis-je trop enfermé dans ma bulle climatosceptique, mais j’avoue avoir beaucoup de mal à concevoir qu’on puisse encore, en 2016, penser vendre autant sur une telle ligne éditoriale. Si certains ont des lumières à apporter sur ce point, elles sont les bienvenues.

Je vous aurais bien mis un lien vers leur site, mais une recherche sur Google avec le nom du canard renvoie sur une prise électrique (green’up) de la marque Legrand, sur une ville homonyme du Kentucky, sur divers sites en anglais, mais de magazine sauveur de planète nulle trace sur les premières pages. Vu de loin, donc, pas sûr que leur deuxième numéro (annoncé pour mai) sera en tête de gondole du Relay comme le premier…

Advertisements

6 réflexions au sujet de « GreenPravda »

  1. « Any Cazenave qui nous explique que la mer monte plus vite qu’avant »

    J’imagine que c’est elle :

    « Anny Paulette Marguerite Cazenave, née Boistay le 3 mars 19441,2 à Draveil3, est une scientifique française, spécialisée en géodésie et océanographie spatiale. Ses thématiques de recherches portent sur l’utilisation des techniques spatiales en sciences de la Terre »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Anny_Cazenave

    Anny, avec 2 n!

    (message que vous pourrez effacer)

    J'aime

  2.  » ……Penser vendre autant sur une telle ligne éditoriale ?  »
    Tout simplement parce que des climato-sceptiques comme vous et moi achètent ce torchon…( pardon, cette revue ) pour ce faire une idée de la propagande, des arguments qui font peur. Ceci dit, quand on aura une idée des bêtises transmises, on évitera de s’abonner par la suite, et les numéros suivants ne feront plus recettes !
    C’est mon avis …..Et mon souhait !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s