Un écologisme à front renversé

L’autre jour, je suis allé dans un magasin bio. (Oui, bon, ça va…) À l’entrée, outre de multiples affichettes condamnant l’industrie du médicament ou les incinérateurs, se trouvait un rayon livres. Thèmes : mangez du vrai naturel, la viande c’est pas bien, jardinez avec les cycles lunaires… mais aussi halte à la pollution et autres on nous cache tout. La recension était distrayante, elle est devenu franchement intéressante quand je suis tombé sur une couverture que les lecteurs de Skyfall connaissent bien…

IMG_2064

Climat : mensonges et propagande, par Hacène Arezki, ci-devant climatosceptique assumé. Vous avez une chance sur quatre de voir cette couverture à chaque fois que vous allez sur la page d’accueil de Skyfall (dans le coin en haut à droite).

Vu de loin, ça fait quand même un peu tache, non ? Le bouquin d’un tueur de planète mis bien en évidence entre des livres contre les gaz de schiste ou les nanomatériaux…

On retrouve deux rayons plus bas ledit livre satanique, qui masque même — hérésie suprême — la fameuse bible de Marie-Monique Robin (Le Monde selon Monsanto).

IMG_2065

Cette anecdote illustre quelque chose que certains auront peut-être déjà observé : un certain écologisme est naturellement porté au climatoscepticisme, le carbocentrisme ayant pour lui un caractère trop institutionnel. Toute une frange de l’écologisme contestataire ne déteste rien tant que la « science officielle », qui est celle des OGM et du nucléaire. Il n’est donc pas réellement paradoxal que cette détestation de principe puisse aller jusqu’à remettre en cause le carbocentrisme. Celui-ci a beau être une remarquable synthèse des peurs environnementales, il ne s’insère pas toujours si bien que ça dans la vision du monde de certains « amoureux de la nature ».

Bon, pour être honnête, dans le magasin j’ai aussi vu un livre carbocentriste militant. Un seul. Il fallait tendre le bras jusqu’en haut du rayon pour l’attraper, et avec sa couverture blanche tout à fait quelconque il était pour ainsi dire invisible. En clair, face à Hacène, il ne faisait pas le poids.

Advertisements

27 réflexions au sujet de « Un écologisme à front renversé »

  1. J’ai aussi noté ce que le site « Et vous n’avez encore rien vu… » (« Critique de la science et du scientisme ordinaire ») https://sniadecki.wordpress.com/ qui semble être une communauté Luddite, technophobe, pour le « débat » « démocratique » (comme des antinucléaires qui pensent que le seul débat qu’on peut avoir sur le nucléaire c’est comment l’arrêter le plus vite possible) écrit ceci sur la COP (c’est moi qui souligne) :

    Nos vies et nos territoires sont le théâtre quotidien des contradictions de l’écologie technocratique de l’État, des multinationales et des bureaucraties environnementalistes (c’est-à-dire des promoteurs de la COP 21) : pics de pollution spectaculaires dans les grandes villes ; multiplication des fermes-usines dans les campagnes ; avancée implacable de l’asphalte et du béton sur les terres arables ou les forêts, pour installer de nouveaux parkings, centres commerciaux et lotissements ; extension des lignes à très haute tension et des fermes d’éoliennes industrielles. L’organisation de la COP 21 vise évidemment à tenter de camoufler tout cela par un rideau de fumée médiatique. Son plus grand intérêt, pour les milieux dirigeants, réside dans la réduction du problème écologique à une seule dimension, la lutte contre les-gaz-à-effets-de-serre-qui-réchauffent-le-climat, alors que la destruction de notre milieu de vie par l’activité économique est un phénomène multidimensionnel. La focalisation sur le dioxyde de carbone détourne l’attention du nucléaire, technologie polluante et meurtrière s’il en est. Quant au mot d’ordre « Sauvons le climat », il jette un voile pudique sur les pollutions et les prédations considérables générées par les projets industriels tous azimuts visant à équiper chaque être humain de smartphones, écrans de toutes tailles et autres objets intelligents.

    https://sniadecki.wordpress.com/2015/12/10/robocop21/

    C’est un blog mais il semble impossible de poster un commentaire. Peut être qu’en y mettant 97% de louages ça marcherait.

    J'aime

  2. Je regarde la notice WP de Jouzel :

    Jean Jouzel, né le 5 mars 1947 à Janzé (Ille-et-Vilaine), est un climatologue et glaciologue français, directeur de recherches au CEA
    (…)
    a reçu de très nombreuses distinctions :
    le prix Phillip Morris en climatologie (1992),

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Jouzel

    Je savais comme tout le monde pour le CEA, mais pas pour la fondation Philip Morris.

    J'aime

  3. « Thèmes : mangez du vrai naturel, la viande c’est pas bien »

    Il y aussi son opposé, le « régime paléo », qui lui aussi lié au « naturel » :

    Régime paléolithique

    Le régime paléolithique n’a pas été « inventé » : il correspond à ce que les premiers humains mangeaient spontanément, de façon naturelle.
    (…)
    Comme le génome humain n’aurait évolué que de 0,02 % en plus de 40 000 ans, c’est dire que nous possédons les mêmes gènes que nos ancêtres préhistoriques. Par conséquent, l’alimentation de cette époque nous conviendrait tout à fait.

    On remarquera la force scientifique de l’argumentation génétique…

    C’est bo, la « science »!

    J'aime

    • « Comme le génome humain n’aurait évolué que de 0,02 % en plus de 40 000 ans »

      Il y a donc eu une période de régime alimentaire constant en parfaite harmonie avec la génétique humaine. Le climat n’a pas du évoluer en 40 000 ans pour que l’alimentation reste aussi stable.

      On devrait pouvoir retrouver le régime alimentaire précis à partir du séquençage complet du génome d’un ancêtre; à partir de là il ne devrait pas être difficile de déterminer les conditions climatiques de cette période.

      J'aime

  4. Ou comment tirer des conclusions hâtives et non fondées à la vue d’un exemple (qui a un jour parlé de critère de pertinence ?)…. Benoît Rittaud a t’il seulement demandé au proprio s’il avait lu le livre en question ?

    J'aime

      • Monsieur Rittaud,

        De temps en temps il faut savoir assumer ses propres dires, puis je me permettre de vous rappeler ce que vous avez écrit ?
        «  » » »Cette anecdote illustre quelque chose que certains auront peut-être déjà observé : un certain écologisme est naturellement porté au climatoscepticisme, le carbocentrisme ayant pour lui un caractère trop institutionnel.

        Si ce n’est une conclusion (critère de pertinence nul) qu’est ce donc ?

        J'aime

      • Estimé Robert, je me permets de signaler à votre bienveillante attention le verbe principal de cette phrase que vous citez. Il s’agit de « illustre ». Vous vérifierez dans un dictionnaire qu’il ne s’agit point d’un synonyme de « démontre ».

        J'aime

    • C’est sûr que l’auteur fait preuve de légèreté dans l’interprétation d’un étalage de bouquins dans un magasin biobio, au niveau épistémologique c’est plus que limite.

      Mais heureusement dans 50 ou 100 ans les sociologues pourront mesurer très précisément l’importance de la vulgate carboniste dans la pensée écolo-bobo en examinant les cernes de croissance des étagères IKEA.

      J'aime

      • Alors que signifie la présence de ce bouquin, bien en évidence?
        Bin… que personne n’a acheté cette ânerie, ce ramassis d’absurdités, pondu par le fameux Hacène Arezki dont l’œuvre scientifique se résume à « Aperçu sur la dynamique de la forêt d’altitude du Queyras, compétition entre l’Arole et le Mélèze » dans Naturalia Maroccana, 2003 (Master 2, je crois, à vérifier)

        J'aime

  5. Eh bien je fais partie des écolos naturellement portés au scepticisme, mais pas forcément anti institutions, ni anti capitaliste ni anti canibaliste ni anti nucléariste etc…C’est juste une désormais certitude qu’avec de mauvaises raisons, personne ne peut faire de bonnes choses (pas plus qu’avec de mauvais pesticides on ne fait de bons légumes). Par ailleurs le livre de M. H.AREZKI a le mérite extrême d’avoir rassemblé des arguments et des explications pertinentes et pluridisciplinaires, mais surtout de les avoir exprimés d’une façon accessible pour le plus grand nombre, toutes disciplines confondues. Cet effort littéraire m’a beaucoup plu en rendant la lecture de son livre tout à fait plaisante, édifiante et captivante.

    J'aime

      • Monsieur rittaud @

        Au lieu de chercher à noyer le poisson en ergotant sur tel ou tel terme (ce dont vous êtes familier), posez vous la question de savoir si la présence d’un exemplaire d’un livre dans un magasin est révélateur d’un certain climatoscepticisme écologique. Pour le quidam lambda le titre pourrait tout aussi bien (voire mieux) se référer à une critique du climatoscepticisme.

        Essayez une fois dans vote vie d’être de bonne foi.

        J'aime

  6. Bon, les enfants, au lieu de vous chamailler, réfléchissez un peu …
    Si le bouquin de ce bon Hacène est dans les rayons de ce magasin bio, c’est que tout simplement, l’éditeur cherche à le placer avec toute sa bonne littérature (cf. http://www.thierrysouccar.com).

    Comme quoi, en cherchant un peu …

    J'aime

    • Popop, Sgag : le taulier ici, c’est moi. Encore une injure gratuite à l’endroit de Hacène Arezki ou de n’importe qui d’autre, encore une fois ce ton condescendant et vous rejoignez direct Robert en prémodération.
      Sur le fond de votre remarque : ça ne fait au mieux que déplacer la chose : un « éditeur bio » a bel et bien édité un climatosceptique.

      J'aime

      • « «une injure gratuite / ce ton condescendant […]»
        Ok. C’est donc un droit inaliénable et non partagé du Taulier (cf. Météo-France, Climathon …)

        « «un «éditeur bio» a bel et bien édité un climatosceptique»
        Un éditeur édite pour gagner de l’argent et surtout, dans le cas qui nous occupe, si l’édité est «contre» : contre le lait, contre la viande, contre l’AFSSA, contre le fructose, …
        Après «Santé, Mensonges et Propagande» (2004), «Lait, Mensonges et Propagande» (2007), «Vaccins, Mensonges et Propagande» (2009), il n’était pas anormal de voir apparaitre «Climat, Mensonges et Propagande» (2010). Noter qu’avec cholestérol et vin ça marche aussi.
        Messieurs Foucard et Huet se sont donc plantés d’éditeur ; c’est ballot.

        A propos de M. Aresky, quand je lis de sa plume «nos connaissances actuelles sur le cycle du carbone ne permettent en aucun cas d’affirmer que les émissions anthropiques de dioxyde de carbone sont responsables de la hausse de concentration atmosphérique» ou que «en 1991, la seule éruption du volcan philippin Pinatubo a rejeté autant de carbone dans l’atmosphère que les activités humaines de toute une année» que doit-on dire si ce n’est «âneries»
        Puisque son Master, sa thèse ou autres articles restent introuvables, je reste dubitatif quant à sa capacité de se bulber des calculs de bilans ou des analyses isotopiques.

        Si vous considérez que l’on peut accorder autant de crédit à un étudiant en Master qu’à un Professeur ou un Directeur de Recherche, il va être urgent que vous et moi reconsidérions l’intérêt de nos métiers.

        J'aime

    • Sgag est un directeur de recherche !!!! enfin un génie quoi…

      Mais c’est bizarre qu’il soit obligé de l’annoncer pour mieux se défendre contre notre méchant Rittaud.
      Et puis le vilain Arezki qui vend des livres avec son master, c’est pas sérieux…
      Les mots écrit par Hacène le masterant ne valent bien sûr pas ceux qui auraient pu l’être par Professeur Sgag.

      Rien n’est plus beau qu’une armée de généraux! comme on disait en 14

      J'aime

      • Ce qui est surtout bizarre c’est que l’inénarrable Sgag soi-disant directeur de recherche trouve le temps pour déverser du fiel ici.

        Aucun directeur de recherche que je connais, digne de ce nom, à savoir qui à la fois cherche et trouve, n’a le temps et l’énergie de jouer à ce jeu là.

        J'aime

  7. Coucou,

    On peut etre pour la recherche sur les ogm et contre les essais plein champs ! ( de toutes façons avec cas9 crips ,outils extraordinaire, on rentre dans la période frankenstein)

    on peut etre pour la recherche sur le nucleaire, le fusion, la fission et tout le reste et s’interroger sur la gestion des dechets à longue vie et l’opportunité d’en produire ou non !

    on peut etre pour la recherche de tous les pétroles stockés sous la terre, (personnellement je ne vois pas la différence entre le pompage du petrole par l’homme maintenant ou le fait qu’il soit brulé dans 300 millions d’années par le mouvement des plaques terrestres) et contre l’exploitation sauvage et massacrante et polluante de territoires habités.

    on peut etre de tendance ecolo et ne pas croire aux catastrophimes millenaristes !

    On peut préferer les huluberlus ecolos aux productivistes acharnés,ou le contraire ou l’inverse.

    On peut etre de tendance ecolo et aimer la liberte de penser, d’agir, sexuelle,

    « science sans conscience n’est que ruine de l’ame »

    c’etait mon cheveux dans la soupe, et comme disait coluche (pour rester avec les grands penseurs), « je vous merde »

    Bonne journée

    Stéphane.

    J'aime

  8. Mr Rittaud n’a toujours pas avoué qu’il a placé lui-même le livre d’Hacène Arezki dans le rayon pour faire le buzz sur son site. Mais nos Réchauffistes sont tellement pétris de contradictions, qu’ils ne se sont pas aperçus de la supercherie.
    J’avoue quand même, que j’ai mis du temps avant de réaliser.
    Vivement le 1° avril !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  9. Un peu hors sujet, je l’avoue, mais je suis incorrigible. Vous pouvez bien évidemment modifier le texte à votre guise.

    « une idée à publier le premier Avril sur votre blog ou ailleurs»

    Le réchauffement climatique anthropique à l’origine de l’augmentation du nombre de séismes.

    Dans la revue russe « глобальное потепление», un article suggère que l’augmentation de la température due au réchauffement climatique anthropique de prés de 1 degré depuis le début de l’ère industrielle augmente significativement le nombre de séismes.
    En effet, les plaques tectoniques mesurent plusieurs milliers de km. En prenant une plaque de 5000 km, la variation de température d’un centième de degré entraine une dilatation linéaire de (5000 000X 10 E -5) / 100 soit 0,5 m par an. Cette valeur est très significative, cependant, la variation de température se propage lentement par conduction à travers la lithosphère, aussi, il y a un décalage temporel difficile à estimer de plusieurs décennies entre l’augmentation de la température terrestre et l’augmentation des séismes.
    Le pire est donc à venir, encore un méfait du réchauffement climatique anthropique.
    Soyez vigilant
    Saumon

    http://www.pressesdesmines.com/media/extrait/ManMecaRoch1Extr.pdf

    coefficient de dilatation linéaire moyen environ 10 moins 5 (entre 5 et 25 10 moins 6)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s