Contre-COP21 : court compte-rendu

Vous n’y étiez pas ? Vous ne savez pas ce que vous avez raté.

Ne me demandez pas des nouvelles de mes chevilles, parce que là franchement, je crois qu’on a vraiment de quoi faire les malins. La série d’exposés de la « Contre-COP21 » de mardi organisée par le Collectif des climato-réalistes a été passionnante. Très prochainement, Nicias, le taulier de Skyfall, mettra en ligne les vidéos qui ont été faites des interventions, pour que les absents puissent en profiter aussi. (On est trop bons !)

La plupart des exposés ont marqué par leur clarté et leur intelligence. Comme il est tard, je vais me contenter de vous en signaler rapidement quelques uns, dans l’ordre de passage.

L’un des exposés les plus notables a été celui d’Istvan Marko, remarquable de drôlerie et de précision scientifique. Tellement efficace qu’une équipe de journalistes présents, qui voulaient interroger chaque orateur pendant dix minutes, l’a gardé avec eux pendant trois quarts d’heure. S’il les a emballés comme il a emballé la salle pendant son exposé, je comprends fort bien pourquoi ils ne l’ont pas lâché. Avec l’exposé tout aussi pêchu de Drieu Godefridi, on s’est dit que, quand même, heureusement qu’on a les Belges.

L’exposé de Serge Galam a été particulièrement clair et convaincant. En peu de mots, il a donné quantité de clés épistémologiques efficaces pour comprendre ce qui est en jeu dans cette affaire de climat. C’est une vraie chance d’avoir pu l’entendre. De même, l’éclairage pondéré d’Olivier Postel-Vinay, qui a apporté son regard de journaliste scientifique, a considérablement enrichi cette journée.

Bon, évidemment, il y a eu aussi Vincent Courtillot, sur lequel je vais éviter de m’étendre parce qu’on va encore dire, comme l’ont déjà fait des journalistes de Canal +, que je suis son « disciple ». Mais que voulez-vous, c’est un type qui réunit deux qualités qui ne sont incompatibles qu’en apparence : la grande compétence scientifique et une réelle humilité. Allez-y, dites que j’en fais trop, je m’en fout : ce type est l’honneur de la science française, épissétou.

Philippe Verdier n’était pas là, mais il avait écrit un texte spécialement à l’intention du public de la Contre-COP21. Sa lecture a constitué un moment particulier, qui s’est conclu par une salve d’applaudissements nourris pour celui qui, plus que tout autre, a éprouvé ce qu’il en coûte d’oser penser librement.

À la fin des exposés, plusieurs figures mondialement connues sont venues nous rejoindre, telles Christopher Monckton, Willie Soon et Robert Carter. Et sans vouloir nous vanter (mais bon, quand même un peu), les très vilains groupes climatosceptiques américains venus en observateurs ont été scotchés de voir qu’on a su organiser un événement pareil après seulement trois mois d’existence du Collectif.

Merci à tout ceux qui sont venus, notamment les quelques contributeurs de Skyfall qui se reconnaîtront. Un moment que j’ai particulièrement apprécié tout au long de l’après-midi a été de devoir ajouter des chaises à mesure que de nouvelles personnes arrivaient.

Pour transformer l’essai, c’est-à-dire faire en sorte que le Collectif continue à se déployer et faire connaître ses idées, nous allons réfléchir rapidement à la suite à donner à nos actions post-COP21. Vos avis et suggestions sont d’ores et déjà les bienvenues.

Advertisements

19 réflexions au sujet de « Contre-COP21 : court compte-rendu »

  1. Je regrette de n’avoir pu venir, mais quand on habite près de Mont-de-Marsan les voyages sont moins faciles et un peu longs. De plus quand il faut s’occuper de son épouse (repas et courses) il est presque impossible de s’absenter. Dommage car c’était une occasion unique (?) de participer à un évènement important.

    J'aime

  2. Provincial, je n’ai peu faire le déplacement.
    Comme suggestion : serait-il possible d’organiser dans les 2 ou 3 grandes villes de Province ce type de réunion ; même si on se contenterait de moins d’orateurs et du film de la journée d’hier ?
    En tous cas dès que le film sera disponible, je le relayerai sur mon Blog.
    http://jlduret.blog.sfr.fr/#

    J'aime

  3. Evidemment, le Finistère Sud (Concarneau) est un peu loin de la capitale. Mais si une contre-COP1 est organisée à Rennes, j’y serai…En tout cas, je fus de coeur avec vous. J’attends avec impatience de voir les vidéos.

    J'aime

  4. Une petite idée Pour la suite… il y a un sujet finalement assez peu travaillé, normal vu la difficulté, c’est de quantifier les pertes : l’argent perdu, mal utilisé, contre-productif, le temps gâché, les enjeux ratés, les virages non négociés, les répercutions et le budget de la future remise en ordre (si tant est qu’on pourra remettre en état). Un réchauffiste de renom, Jancovici, a fait dans son dernier bouquin, un inventaire de l’exemple Allemand de la foirade électrico-renouvelable. Évidemment il faut se taper toute la propagande CO2, mais il n’en demeure pas moins qu’il produit le raté des 350 milliards d’euros de la « Energiwende » chez eux de 1995 à 2014. Chez nous par exemple, notre chère Ségo est précisément en train de lancer la même ineptie. combien ça va coûter ? Combien de temps pour s’en remettre ? CCombien de perte sur les recherches non budgétées en terme de Nucléaire ?
    Ce sont des points sur lesquels il faudrait réussir à informer je crois …

    Aimé par 1 personne

    • Vous avez raison. Il faut informer les citoyens sur les dépenses pharaoniques et inutiles de la transition énergétique à la sauce Ségo (ils commencent à s’en rendre compte avec la CSPE qui a pris un essor… exponentiel (n’est-ce pas, Benoît?))
      Ce qui est aussi utile à diffuser, c’est le fait que, même si les thèses du GIEC étaient exactes, réduire de 40% de nos émissions en France n’aurait qu’un impact non mesurable sur la MAG (température moyenne annuelle globale). Ces 2 informations diffusées en même temps montrent l’inanité des politiques climat-énergie.

      J'aime

  5. Bonjour,

    Ce qui pourrait être intéressant peut-être, ce serait d’organiser un vrai débat, donc avec des vrais règles strictes de temps de paroles et avec un ou des climatologues non sceptiques, dans une ambiance sans applaudissement, pour que cela soit serein. Mais je ne sais pas si un climatologue non sceptique accepterait ?
    En tout cas cela permettrait sans doute d’appronfondir un certain nombre de détails et puis on ne serait pas qu’entre nous, ce qui est aussi stimulant.

    Sinon, c’est vrai que l’exposé d’Istvan Marko était particulièrement sympa et il l’a fait avec plein d’énergie !
    @+

    J'aime

  6. J’ai assisté à une grande partie des exposés de la journée d’hier.
    C’est très stimulant pour moi qui m’intéresse à ce sujet depuis quelques temps.
    Je n’ai pas vraiment de parti pris pour l’un ou l’autre camp car je garde mon attitude de scientifique (et donc de sceptique).
    En écoutant ces exposés, il est clair qu’il n’y a plus de doute sur le fait que :
    – la forte augmentation des T° à la fin des années 90 est corrélée avec la forte augmentation de l’énergie solaire.
    (C’est d’ailleurs cette forte augmentation des T° qui a inquiété une bonne partie des climatologues voyant là un emballement des T° du globe dû aux rejets de CO2 d’origine humaine dans l’atmosphère).
    – Depuis 19 ans (en 2015), la T° du globe est restée globalement stable. Il n’y a donc pas d’augmentation actuelle de la T° du globe contrairement à ce que le GIEC laisse entendre. Cette T° est certes un peu plus élevée que ce que l’on a connu dans le passé récent, mais elle était au même niveau autour de l’an 1000.
    – L’étude des cycles solaires laissent penser que cette T° du globe est dans une phase descendante.
    – Les modèles du GIEC pour prévoir (prédire ?) la T° du globe se sont toujours avérés, pour le moment, mauvais pour rendre compte des T° de ces dernières années et pour expliquer le climat passé car la machine-climat de la Terre est encore mal comprise. Ces modèles de prévision ne fonctionnant pas, on ne peut donc pas accorder une confiance absolue à ces prédictions.
    OK pour le constat actuel.

    Maintenant mes questions (qui mériteraient d’être traitées) sont les suivantes et portent sur un éventuel réchauffement futur :
    – le CO2 s’accumule-t-il en grande quantité dans l’atmosphère ou bien les rejets d’origine humaine sont-ils compensés assez rapidement par une absorption rapide (protistes, végétaux, océans, déserts…) ?
    – En cas de forte accumulation de CO2 d’origine humaine dans l’atmosphère, dans quelle mesure l’effet de serre peut-il avoir un effet sur le réchauffement du globe ?
    François Gervais a parlé que l’effet de Serre du au CO2 était saturé (?) et donc que toute nouvelle injection de CO2 atmosphérique ne réchauffe plus. Je ne comprends pas très bien comment cela est possible. Si qqun peut m’expliquer, merci par avance (dans le livre de F. Gervais, ce point est mal expliqué).
    – Vincent Courtillot a dit que le bilan radiatif de la Terre est actuellement réévalué et qu’il y a une remise en cause du mécanisme de l’effet de serre. Quelqu’un peut-il me donner des références sur ces deux points-là ?
    Merci par avance pour vos réponses.
    Je considère que les climato-sceptiques/optimistes/agnostiques font véritablement avancer la recherche dans ce domaine du climat.
    Il est bien dommage cependant qu’on n’ait pas la critique des climato-alarmistes sur ce qui est dit par les climato-sceptiques de manière à avoir les deux sons de cloche. Cela permettrait d’éviter les erreurs des deux camps.
    Je tiens à préciser aussi, étant professeur de SVT, que le décalage entre l’augmentation des T° du globe et l’augmentation du taux de CO2 qui se produit après, est enseigné en terminale S dans le cours de la spécialité SVT et ce, depuis le programme précédent donc une dizaine d’année, dans le chapitre sur les climats du passé.

    J'aime

    • Pour la saturation de l’effet de serre dû au co2 voir la vidéo sur Youtube intitulée « Réalités sur l’évolution du climat et l’impact des activités humaines 3/4 « .

      J'aime

    • 1) Parler d’effet de serre est inadéquat. En effet, une serre est un espace fermé, ce qui n’est pas le cas pour l’atmosphère. De plus, dans une serre, les échanges de chaleur se font essentiellement par convection, alors que le modèle du GIEC est essentiellement radiatif.

      2) Je vous soumets deux documents.
      Le premier, problématique climatique, est assez général et accessible au non-spécialiste : http://dropcanvas.com/a1djk
      Le second est plus compliqué : climat :22 vérités qui dérangent. http://dropcanvas.com/ezr2a

      3) Vous trouverez des informations sur « l’effet de serre » ici, notamment avec le modèle d’effet de serre saturé de Ferenc Miskolczi et la publication (très) critique du modèle radiatif du GIEC par les physiciens allemands Gerlich et Tscheuschner
      http://pensee-unique.fr/effetdeserre.html

      4) Si vous lisez l’anglais, voici les contributions de climatologues réputés à l’enquête du « U.S. Senate Committee on Commerce, Science, & Transportation Subcommittee on Space, Science and Competitiveness » :
      http://judithcurry.com/2015/12/08/senate-hearing-data-or-dogma-2/
      Une telle enquête en France serait impensable, compte tenu de l’hystérie collective sur le climat.

      Cordialement.

      J'aime

    • « la forte augmentation des T° à la fin des années 90 »

      Une coquille probablement…
      Ne serait-ce pas plutôt : la forte augmentation des T° à la fin des années 80 ?

      J'aime

    • Sur la question du CO2 dans l’atmosphère, un principe de base est de considérer que le CO2 est le constituant originel de l’atmosphère : plus de 90 % estime-t-on avant l’apparition de la vie, comme sur Mars ou sur Vénus.

      Ce CO2 s’est vu progressivement intégré aux cycles biochimiques des êtres vivants (cycles courts) et avec production de deux principaux déchets, d’abord l’oxygéne, puis les carbonates.

      Depuis 1 milliard d’années, l’oxygéne* rejoint l’atmosphère, et cette dernière s’appauvrit (passé simple) en CO2 au fur et à mesure de l’activité végétale.

      *) avant – 1 Ga, il oxydait le fer dissout dans les océans, ce qui par précipitation des oxydes ferriques a formé les plus grands gisements de fer du globe.

      Le taux actuel de CO2 atmosphérique ( moins de 0,04 %) est quasi nul en regard des 90 % originels. La logique est donc de considérer que les végétaux mangent constamment tout le CO2 sans quasiment rien en laisser.

      Alors devant cette puissance de consommation carbonique, l’humain est « drôlet » de s’inquiéter pour sa contribution soi-disant de moins de 0.01 % soit 9000 fois moins, si je compte bien.

      Cela va juste faire pousser les chênes truffiers 1/9000 ème fois plus vite…

      Ce qui est moins drôle c’est tout le reste des polluants, sauf le CO2.

      Bon, on peut aussi évoquer les stocks fossiles de CO2 libérés par combustion : ils sont eux mêmes insignifiants car à la mesure des 1/9000èmes cités supra.

      J'aime

  7. Merci à Benoît Rittaud pour ce petit compte rendu fait après une dure journée, bien utile pour ceux qui n’ont pas eu la possibilité d’assister à cette manifestation ( 900 km et quelques années en trop …).
    Merci également pour les autres commentaires ( porteurs d’informations ou non, je pense entre autres à JCG, jipebe29 …).

    Cordialement à tous.

    Aimé par 1 personne

  8. Comme je l’ai dit à Mr Rittaud, je considère qu’un assemblée de 180 personnes, m’a t’on dit, pour la contre-COP21, c’est bien peu pour un enjeu à l’échelle de la France.
    Ce à quoi, Mr Rittaud m’a répondu que c’était un début, qu’on allait progressivement prendre de l’ampleur, et devenir un collectif qui comptera !
    Ce que je souhaite vivement !
    Si, je me répète, on était, à mon avis, peu nombreux; il n’y avait –Il faut le reconnaître — Que du beau monde : journalistes, philosophes, scientifiques, ……1 seule personne sans compétences particulières : moi. On ne peut pas dire que nous sommes des branquignoles !
    Les prestations des conférenciers étaient parfaites. Toutes les problêmatiques, et pas seulement scientifiques, liées à la mascarade climatique, ont été remarquablement analysées.
    Tout cela me conforte à l’idée d’un bel avenir du collectif, et des sceptiques en général.
    Mesdames et messieurs les scientifiques, vous avez le soutien sans réserves d’un sans-grade du Sud-Isère, venu spécialement de son trou perdu, à la contre-COP21.
    Climatiquement et respectueusement vôtre. JEAN

    J'aime

  9. Ping : Anti COP 21 in Parijs - Climategate.nl

  10. jg2433 a dit :
    « la forte augmentation des T° à la fin des années 90 »
    Une coquille probablement…
    Ne serait-ce pas plutôt : la forte augmentation des T° à la fin des années 80 ? »

    Oui tu as raison, je me suis trompé. le réchauffement commence en 1987 et fini en 1998 (tiens 11 ans, comme un cycle solaire !) pour en suite se stabiliser jusqu’à maintenant en gros.

    Hier sur France 5, un documentaire intéressant : « Quand le climat écrit l’histoire ».
    ce doc. met en parallèle le climat et l’évolution des sociétés humaine. Il met clairement en évidence que les sociétés se développent quand le climat est doux et la nature luxuriente et que ces sociétés s’écroulent (famine, guerres…) lorsque le climat se refroidit. cela est illustré à plusieurs reprise dans le doc sauf… à la fin où, comme pour se plier à la thèse ambiante, le réchauffement actuel est vu comme catastrophique ! Donc très bon doc. à part les qques dernières minutes. essayez de le récupérer avec le logiciel capTVty.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s