Climathon : élection du champion de printemps

Après un championnat d’hiver qui avait déjà tenu toutes ses promesses, le championnat de printemps qui s’est achevé lundi a montré que nul sommet de propagande climatique n’était trop haut pour nos compétiteurs. Le jury est fasciné de constater que, alors qu’il reste encore près de six mois avant la COP21, le rythme du climathon tient plus du sprint que de la course de fond. Toujours plus excessif, toujours plus mensonger, toujours plus abusif, toujours plus ridicule : c’est un feu d’artifice que nous ont offerts nos valeureux promoteurs de la cause climatique. Aujourd’hui, c’est à vous, chers lecteurs, de décider celui qui mérite le titre de champion.

Voici tout d’abord quelques rappels sur le déroulement magistral de la compétition. Sylvestre Huet a ouvert le bal (semaine 13) avec son auto-hagiographie dans laquelle il se dépeignait lui-même en héroïque combattant luttant avec l’énergie du désespoir contre les hordes putrides de climatosceptiques. La semaine 14 a ensuite été celle de la spectaculaire double frappe de Naomi Klein, réussissant l’exploit d’obtenir un accessit (pour une mise en situation particulièrement ridicule) en plus du titre de vainqueur pour une tribune particulièrement délirante dans le Journalderéférence. Le ridicule est alors à l’honneur pendant les semaines qui suivent. Ainsi, une vaillante compétitrice amateure, Pauline Château, l’emporte en semaine 15 dans L’Express pour un article (parfaitement décrit par Murps : « On atteint des profondeurs insondables, quelque chose comme de nouvelles frontières de l’esprit humain. Un truc indéfinissable qui dépasse l’entendement. ») sur l' »acidité (sic) des océans » qui pourrait entraîner la fin de l’humanité. On croit alors que le sommet du ridicule est (au moins provisoirement) atteint, et pourtant non : Le Point contre-attaque aussitôt en semaine 16 sur ce terrain en relayant une « information » de l’AFP sur la disparition prochaine des « fish and chips » britanniques.

La semaine 17 marque ensuite le retour des grosses pointures, avec la victoire écrasante de Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères qui, dans une tribune dans le Figaro appelée à faire date, estime que les troubles au Mali sont causés par le réchauffement climatique. Un tel coup de force oblige alors les prétendants à se surpasser, et c’est le Conseil économique, social et environnemental qui y parvient en semaine 18, s’orientant cette fois franchement dans une instrumentalisation des enfants délicieusement ignoble, qui porte la propagande à des sommets insoupçonnés dans le registre de l’abjection. L’efficacité de cette stratégie est aussitôt repérée par le champion d’hiver Jean Jouzel qui, en semaine 19, s’impose  en signalant dans une interview le nombre de ses enfants et petits-enfants et la « responsabilité » qu’il estime être la sienne de persévérer dans le bourrage de crâne climatique.

Les amateurs connaissent alors encore une mise en lumière lors de la semaine 20, avec un article de Frédéric Lewino et Rand Khalek paru dans Le Point qui, dans ce qui relève au choix d’une incompétence crasse ou d’un mensonge éhonté, affirme que l’Antarctique aura fondu dans un siècle ou deux. Mais bien vite les professionnels reprennent la main, poursuivant sur la lancée de l’ignominie. En publiant une caricature de Vincent Courtillot digne de Je suis partoutLe Monde atomise ses concurrents de la semaine 21 sous les acclamations générales.

La semaine 22 voit le finaliste du championnat d’hiver s’imposer à son tour : François Hollande, dans son discours au Panthéon, estime que le message des Résistants panthéonisés inclut notamment un nécessaire discrédit de ceux que la grave question climatique indiffère. Il faut alors redoubler d’efforts pour s’imposer à l’approche de la désignation du champion de printemps : en semaine 23, une salve de trois articles particulièrement caricaturaux vaut au journal Le Monde d’être le seul compétiteur à emporter deux victoires de printemps, se montrant à son tour à la hauteur de son statut d’éternel favori. En clôture de ce magnifique championnat, sa circulaire de rentrée permet à Najat Vallaud-Belkacem de l’emporter en semaine 24. Sa volonté affichée de bourrer le crâne des élèves et de les forcer à adhérer à l’objectif gouvernemental de réussir la COP21 a brillamment fait écho au vainqueur de la semaine 18 et a conclu le championnat de printemps de la plus belle des manières.

À présent, que le vote commence. Tout le monde peut voter jusqu’à ce soir (mercredi 17, heure française), et si aucun candidat n’emporte la majorité absolue, un second tour pour départager les deux premiers se tiendra dès demain jeudi.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Climathon : élection du champion de printemps »

  1. je vote pour le président car plus on est responsable plus on se doit d’être intelligent et surtout conscient de ce qui est bon ou non pour ses concitoyens; mais il est vrai que la compétition est particulièrement difficile.

    J'aime

  2. Je vote pour le président car sa responsabilité est la plus grande. Si tout à coup, il changeait d’avis, en admettant qu’il sache de quoi il parle, beaucoup de ses suiveurs en feraient autant.

    J'aime

  3. Le Monde : car S.Foucart est parfait dans son genre et que je me suis farçi son bouquin et collé plus de 200 post-it à chaque fois que y’avait une erreur.

    J'aime

  4. Je restais attaché aux déclarations absurdes des médias et politiques relatives à la propagande climatique pour désigner le vainqueur du championnat du printemps.
    A ce titre, l’article du Point sur l’avenir de l’ Antarctique ( semaine 20 ) reste pour moi le symbole de la propagande la plus débridée avec un degré de co- – – – – -s Himalayen !
    Cela dit, ce genre de déclaration, pour moi, a atteint un sommet de bêtises difficilement franchissable; et on s’y est habitué.
    Aussi, il faudrait également s’intéresser, et c’est plus inquiétant, à l’endoctrinement proprement dit, en particulier des enfants.
    A ce sujet, Najat Vallaud Belkacem, dont le projet valorise l’ embrigadement des enfants ( semaine 24 ); et la tenue du  » CESE  » des 28 et 29 avril ( semaine 18 ) tiennent le haut du pavé !
    Le  » CESE  » a déjà fait ses preuves en la matière. Il sera donc mon favori dans la compétition.
    Un accessit à Najat Vallaud Belkacem dont la doctrine pernicieuse n’ a d’égal que son charme !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  5. je vote pour Jouzel car je crois que je n’ai jamais vu quelqu’un pourrir autant le mot « scientifique » et dire autant de débilités sur la climatologie et la physique

    J'aime

  6. Je laisse de côté les imbécillités débitées sur les plateaux télé et estrades panthéonesques, et je vote NBK car dans son cas on a affaire à une directive officielle de propagande à l’échelle de millions de nos enfants. Dans la même veine et à plus petite échelle, le CESE. Je ne me lasserai jamais d’apprendre le sens critique à mes enfants…

    J'aime

  7. Comme d’autres plus haut, j’ai été particulièrement choqué par l’instrumentalisation des enfants. Côté NVB, il reste encore la chance que les professeurs « interprètent » un peu par rapport à ses déclarations, ce ne serait pas la première fois, mais je me rappellerai encore longtemps la prononciation religieuse de « Monsieur Jean Jouzel » par les enfants au CESE : un vote au climathon trimestriel semble bien peu de chose devant cela.
    Le premier trimestre avait presque un côté fantoche, ridicule (le gagnant du trimestre ou le coup des tremblements de terre de Hollande créait même un peu de distance absurde, presque Monty Python). Mais le deuxième trimestre a beaucoup plus trempé dans l’ignoble. Et encore six mois à supporter !

    J'aime

  8. Huet : il gagne à mes yeux par ces excellentes moyennes globales : en journalisme, en tant que militant politique, avec ses articles scientifiques, et probablement ses interventions dans les écoles !
    Dommage pour Jouzel, dont l’esprit scientifique est bien mort, pour soutenir mordicus et au pied levé une étude niant (décidément!) la pause de la TM. Une marionnette qui feint l’obstination du Sachant, mais en fait incapable de supporter l’effort de l’analyse critique !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s