Peur exponentielle du jour : la biodiversité

Ça, si c’est pas une bonne vieille peur exponentielle, je mange ma calculette. L’info, publiée dans les irremplaçables pages « Planète » du Monde, date d’il y a un mois, et a connu une brève résurrection sur la page internet principale du Journalderéférence qui m’a permis de la débusquer. Vous êtes prêts à avoir très très peur ? Alors cliquez, si vous l’osez…

L’article, publié le 3 mai, s’intitule « Biodiversité : une espèce sur six menacée d’extinction par les changements climatiques« . On notera le ton toujours aussi nuancé de nos médias institutionnels pour signaler une énième étude sur le climat-qui-fait-peur. Le Monde ne nous donne pas les détails de cette étude, et c’est fort dommage : le lecteur aurait pu y apprendre qu’il ne s’agit de rien de plus que d’une synthèse d’études antérieures (on passera ici sur les éléments observationnels réels dont ces études disposent pour valider leurs modèles…). Le passage intéressant de l’article est celui-ci :

« Le plus surprenant est-il que le risque d’extinction ne fait pas que s’accroître avec la hausse des températures, il s’accélère », analyse un des auteurs de l’étude, Mark Urban. Selon l’hypothèse d’une augmentation de seulement 2°C des températures mondiales d’ici la fin du siècle par rapport à l’ère pré-industrielle, l’étude a calculé que 5,2 % des espèces seraient menacées d’extinction. Avec une hausse de 3°C sur la même période, ce pourcentage passerait à 8,5 % des espèces. La hausse des températures de 0,9° C enregistrée jusqu’à présent a exposé 2,8 % des espèces à un risque d’extinction, relève cette étude.

Quelque chose d’inquiétant qui « accélère »… typique d’une peur exponentielle.

Sur le site de Science référencé par Le Monde, nous avons l’explication du titre : une espèce sur six disparaîtra(it) avec +4,3°. Voici donc notre jeu de données :

+0,9°C => 2,8% d’extinction.

+2°C => 5,2% d’extinction.

+3°C => 8,5% d’extinction.

+4,3° => 16,7% d’extinction.

On n’est pas bien loin, avec ces données, d’une vraie fonction exponentielle : en gros, le pourcentage d’extinction double à chaque ajout d’un degré. (Un calcul de coin de table montre que la fonction 2exp(t/2) ne colle pas trop mal avec ces données, où t est l’augmentation de température.)

Si avec tout ça vous n’êtes pas effrayés, voici l’exercice final : à partir de quelle hausse des températures le nombre d’espèces menacées dépassera-t-il les 100% ?

Advertisements

5 réflexions au sujet de « Peur exponentielle du jour : la biodiversité »

  1. Surtout à partir de quelle date 100% des articles du journalderefluence traiteront des conséquences catastrophiques des emballements médiatiques climatologiques?

    J'aime

  2. j’en ai profité pour jeter un coup d’oeil à des titres alléchants :
    http://news.sciencemag.org/climate/2015/06/much-touted-global-warming-pause-never-happened
    {“There is no hiatus or pause,” says climate scientist Michael Mann of Pennsylvania State University, University Park, who prefers the term “temporary slowdown.” }
    …/…
    { The group estimates that the world warmed at a rate of 0.086°C per decade between 1998 and 2012—more than twice the IPCC’s estimate of about 0.039°C per decade. The new estimate, the researchers note, is much closer to the rate of 0.113°C per decade estimated for 1950 to 1999. And for the period from 2000 to 2014, the new analysis suggests a warming rate of 0.116°C per decade—slightly higher than the 20th century rate. “What you see is that the slowdown just goes away,” Karl says.}
    {“And once these things play out, we may find we’re warming at an even more rapid rate than we saw at the end of the last century.” Posted in Climate, Earth}

    J'aime

  3. On apprécie la précision des estimations, au dixième de %, ça fait éduqué et sérieux pour les uns, incompétent pour les autres.
    Du point de vue végétal la biodiversité d’une place de parking est zéro, quelle que soit sa température, celle d’un champ bien cultivé de 1 espèce par hectare, et celle d’une prairie plus ou moins naturelle de l’ordre de la dizaine d’espèces au mètre carré.
    Quelle est la mesure de la biodiversité qui satisfera les inquiets?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s