Premier cas de censure de « La Peur exponentielle »

J’aurais sûrement mieux fait d’attendre 2016 pour publier La Peur exponentielle, parce que quand la COP21 sera terminée (et donc l’échec acté du nouvel ultime rendez-vous pour sauver la planète), la pression sur les médias sera sans doute moins forte. Le courrier que j’ai reçu ce matin me laisse penser que, en attendant ce n’est pas du tout le moment de se montrer mal-pensant sur le climat, fût-ce en passant.

Alors que je devais être prochainement l’invité d’une émission en direct à la radio pour parler de mon dernier livre (La Peur exponentielle, donc), j’ai reçu ce matin un courrier m’indiquant que l’émission était annulée. Ne me demandez pas de vous dire le nom de l’émission en question, ni la radio concernée, car mon intention n’est pas de désigner quelqu’un à la vindicte publique mais seulement de lever un petit coin du voile sur ce qui se passe en arrière-cour de certains grands médias. La seule chose que je crois utile d’indiquer est qu’il s’agissait d’une radio de Radio France. Ce point est significatif pour deux raisons :

  • Radio France a explicitement affiché son désir d’aider la communication gouvernementale des prochains mois de participer activement à la réussite de la conférence Paris Climat de décembre ;
  • mes positions climatosceptiques m’ont déjà, par le passé, valu l’annulation de deux interviews, sur deux radios différentes de Radio France (là, ce sera la troisième).

Voici donc le courrier que j’ai reçu ce matin :

Bonjour,

Nous venons de terminer la lecture de votre livre, très intéressant, sauf que nous ne pouvons pas, sur une heure d’émission, ne donner la parole qu’à un climato-sceptique. Nous ne sommes pas une émission de débat et pensions que le sujet était purement mathématique et philosophique.

En conséquence nous sommes désolés de devoir annuler cette émission.

Merci pour votre compréhension,

Cordialement,

L’équipe *****.

Ma volonté de préserver leur anonymat m’empêche de démontrer ici que, en réalité, certains des thèmes récents qu’ils ont abordés étaient largement de nature à faire débat. Contentons-nous donc d’observer la tournure de ce passage : « nous ne pouvons pas, sur une heure d’émission, ne donner la parole qu’à un climato-sceptique« . Difficile de ne pas y voir l’affichage d’une interdiction de me laisser m’exprimer pour cause d’opinion non-conforme en général. Selon les propres termes de mon interlocuteur (et j’imagine que, vu les circonstances, il les a bien pesés) ce n’est pas mon livre qui pose problème, mais ma personne. Il est inexcusable pour ces journalistes de Radio France que je sois climatosceptique, même si j’écris par ailleurs un livre considéré comme « très intéressant« .

Toujours confiant en la nature humaine et à la possibilité offerte à chacun de s’amender loyalement, j’ai répondu ceci :

Bonjour,

Si je suis certes surpris que le climatoscepticisme s’apparente pour vous à un sorte de délit, je suis plus étonné encore que vous en fassiez un motif d’annulation. En effet, ayant lu l’ouvrage qui m’a valu votre invitation, vous savez que le climat est loin d’en être le sujet principal. (Je n’ai pas compté, mais en gros le climat doit occuper l’équivalent d’une vingtaine de pages sur quatre cents. D’ailleurs, sur les cinq conférences que j’ai déjà données sur le sujet de ce livre, pas une seule n’a évoqué le climat.) Nous n’aurons donc aucun mal à trouver une façon de parler de mon « très intéressant » livre (selon vos propres termes) qui évite la question climatique si vous le souhaitez. Nous pouvons, entre autres possibilités, évoquer l’histoire des grains sur l’échiquier et son interprétation au fil des âges, la question démographique depuis les exégètes des XVIIè et XVIIIè siècles, la notion de surfini comme alternative intellectuelle à celle d’infini, la dialectique du temps circulaire et du temps cyclique et les mathématiques qui leur sont liées (notamment en Inde médiévale)… Voilà bien de la philosophie, voilà bien des mathématiques, le tout sans référence aucune au climat.
Je n’ose imaginer que la raison profonde de votre désinvitation serait mon inscription sur quelque « liste noire », c’est-à-dire que mes prises de position sur le climat me frapperaient pour vous du sceau de l’infamie quel que soit le sujet. Je veux croire au contraire que vous savez faire la part des choses entre les opinions diverses que peut exprimer un auteur, et qu’il n’est pas nécessaire d’être en accord total ou même partiel avec ce qu’il dit pour lui reconnaître un intérêt dans le débat public.
Avec respect et cordialité, je me permets donc de vous demander de reconsidérer votre position. Si vous le faites, j’estimerai que l’incident ne s’est jamais produit et ne vous tiendrai pas rigueur de votre hésitation.

Dans l’attente de votre réponse, bien cordialement,
Benoît Rittaud.

Le responsable de l’émission a alors pris la plume pour me répondre ceci :

Cher monsieur,

Je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre, vous n’êtes pas sur une ‘liste noire’ et je ne considère évidemment pas vos prises de position comme un délit..  En revanche ces prises de positions, climato-sceptiques donc, transparaissent très clairement dans cet ouvrage ,même sans mentionner spécifiquement le climat et je ne me sens pas de vous recevoir, en unique invité, sans aucun avis contradictoire dans cette émission en direct sur ******.

Sachez que [je m’en désole],

Très cordialement,

*********

On admirera la qualité de l’argumentation : non non, vous n’êtes pas sur liste noire (qu’allez-vous penser !), c’est juste que votre livre a quelques morceaux de mal-pensance et que « je ne le sens pas« .

J’avoue que l’épisode ne me rassure pas sur l’état de la liberté de la presse.

Advertisements

18 réflexions au sujet de « Premier cas de censure de « La Peur exponentielle » »

  1. Il n’y a pas de liberté de la presse, ce qui explique pourquoi les riches industriels en prennent le contrôle pour avoir un poids de négo avec l’état ou les autres « puissances ».

    Le challenge c’est de tirer parti de cette expérience, ce qui n’est pas évident.

    J'aime

  2. Mr Rittaud, on ne vous invite pas s’il n’y a pas de contradicteur. En revanche, lorsque on invite un  » réchauffiste « , il n’y a jamais de contradicteur. Le temps òu vous pouviez vous exprimer est révolu ! Après l’inévitable échec de la COP21, l’opinion public se révoltera, sans doute, et les mentalités changeront. Il faudra bien que les carbocentristes s’adaptent, et respectent, entre autre, la liberté d’opinion, et de la presse !
    Continuez le combat, nous sommes avec vous.
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  3. De quoi vous plaignez-vous? Quand COP21 aura brillamment célébré la stérilité qu’on lui souhaite on vous accusera de haute trahison.
    Donc soyez content de n’avoir pas été invité, car cela aurait aggravé votre cas.

    J'aime

  4. Apparemment l’affaire ne s’arrête pas là, puisque demain Bourdin (RMC Info) lance un grand débat « démocratique » et ouvert sur le climat. Le ton est donné : il faut sauver la Planète (ah, le benêt…). Ségolène ouvre le bal, et débattra avec … avec … avec elle, puisque n’y a pas de contradicteur ! Cela présage d’un grand moment, et certainement trouvera-t-on de nouveaux candidats au Climathon, peut-être même M. Bourdin en personne.
    Je vais envoyer un mot à l’AFCO, car il serait dommage que ses membres (fondateurs notamment) ne puissent pas s’exprimer dans ce débat (ou pseudo débat ?).

    J'aime

  5. Vous n’êtes pas le seul ostracisé. Deux cegeps (au Québec, collèges d’enseignement de niveau intermédiaire entre le secondaire et l’université) ainsi qu’une université, après des invitations formelles, ont annulé ma conférence sous le prétexte que je parlais à une radio « poubelle » (trash radio). Un des cegeps a précisé que le contenu de ma conférence contredisait l,enseignement d’un de leurs cours « climat et biodiversité ». Ici, celui qui n’est pas dans le mainstream est un hérétique.

    Aimé par 1 personne

  6. Intitulé:  » Démocratie environnementale: débattre et décider « , un rapport rédigé par le sénateur PS Alain Richard, après le drame de Sivens, a été remis mercredi soir à la ministre de l’écologie Ségolène Royal.
    Ce rapport a pour but de:  » Prévoir un droit d’initiative citoyenne pour réclamer un débat public et renforcer la concertation en amont des grands projets; et favoriser la démocratie participative « .
    A signaler que dans un pays démocratique comme la France, le débat public, la démocratie participative devraient couler de source. La rédaction d’un tel rapport prouve qu’il n’en ai rien.
    L’enjeu climatique, pilier de la démarche écologique, curieusement, n’entre pas en considération dans ce concept.
    Il va donc falloir compléter ce rapport….. Et ensuite l’appliquer. C’est pas gagné !!
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  7. C’est méprisable, et tout à fait significatif du choix de l’ORTF de se positionner en organe propagandiste plus ou moins assumé, certes.
    Mais ce n’est pas de la censure : pas plus que quiconque vous n’avez a un droit d’accès à une couverture média pour faire la promo de votre oeuvre, quels que soit ses mérites et les vôtres.
    Si vous l’aviez eu, ça aurait été du pur bonus.
    Ne leur en veuillez donc pas et soyez, comme d’habitude, au dessus de leur bassesses.

    J'aime

    • Votre objection est compréhensible, mais je n’y souscris pas. D’abord, bien sûr, il y a la volonté délibérée d’empêcher un discours (par Radio France qui plus est, qui dépend de l’État). Ensuite, et surtout, il me semble que votre point de vue rendrait impossible de qualifier quoi que ce soit de censure. Si ostracisé que soit quelqu’un, on peut toujours lui objecter qu’il n’a pas de droit particulier aux médias. Or ici il ne s’agit pas de droit mais de légitimité. Nulle prétention de ma part, chacun peut bien sûr estimer que mon livre est mauvais et qu’il ne mérite nulle attention médiatique. Mais le fait demeure que ceux-là mêmes qui sont en position de dire qui est légitime ou pas pour parler dans leur émission (à savoir : les journalistes de l’émission elle-même) m’ont justement donné cette légitimité en m’invitant. Me l’ont-ils retirée en me désinvitant ? S’ils n’avaient pas trouvé mon livre « très intéressant » et s’ils avaient dit autre chose que « on ne veut pas laisser parler un climatosceptique tout seul trop longtemps », ça se défendrait peut-être…

      J'aime

      • oui, c’est bien de l’ostracisme et du blacklisting (nonobstant les dénégations du responsable), mais ce n’est pas de la censure. C’est l’équivalent d’un embargo quand la censure est l’équivalent d’un blocus. Ça reste tout à fait déplorable, mesquin, minable, mais je préfère désigner les choses aussi justement que possible.
        De toute façon n’ayez pas trop de regret : pour écouter l’ORTF il faut soit être pourvu d’une âme en acier de Damas, soit être dépourvu de culture et d’intérêt scientifique. Je doute beaucoup que l’auditoire puisse être public de votre ouvrage. Personnellement je ne supporte plus ça depuis longtemps, et j’attends avec impatience (mais sans trop d’espoir) un hypothétique démantèlement du propagandastaffel.
        Je regrette bien plus, par exemple, votre disparition du plateau de « C dans l’air », émission qui fut de qualité tant que les intervenants n’étaient pas choisis du même bord (et ce n’est pas visible que sur les question climatiques, hélas).

        J'aime

      • je suis impressionné. Je n’ai pas souvenir d’avoir déjà lu un bloger répondre « Vous avez peut-être bien raison, tout compte fait. » à un commentaire.
        C’est peut-être bien parce que vous êtes capable de ça que je vous apprécie (j’espère vous entendre ou voir ou lire dans d’autres médias) , et que vous êtes bon dans votre domaine ?
        Au demeurant, un titre comme « Radio France met l’Embargo sur « La Peur exponentielle »  » n’aurait pas été moins fort. peut-être même plus : le terme embargo est moins dévalué que le terme censure, trop utilisé.
        Bon, trêve de compliments : merci pour tout et bonne continuation 🙂

        J'aime

  8. @ Gars Buzaume :
    – ok pour souligner l’honnêteté intellectuelle de celui qui prend en compte sérieusement les arguments de l’autre et qui, finalement, change d’avis.
    – ok pour déplorer la rareté de ce comportement
    – par contre, je ne vois pas pourquoi la censure devrait forcément être totale ? 😉

    J'aime

  9. Ping : Conférence à l’Assemblée nationale lundi 29 juin | Mythes, Mancies & Mathématiques

  10. Ping : Vous cherchez les climatosceptiques ? Nous voilà ! | Mythes, Mancies & Mathématiques

  11. Ping : Débat sur France Culture | Mythes, Mancies & Mathématiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s