La décadence du journalisme scientifique

On veut bien que, Le Monde voulant le sauver (le monde), il ait choisi d’enfourcher le cheval de bataille du carbocentrisme le moins nuancé et le plus militant. Mais lorsqu’il est question d’un autre type de science, on attendrait quand même une certaine tenue de la part du « journal de référence ». Las ! Le compte-rendu publié hier d’une étude sur l’importance du patrimoine dans la constitution des couples montre jusqu’à la caricature l’absence totale de culture scientifique chez ceux qui ont la charge de nous informer. Mes pensées vont à la victime principale de cet article du Monde, Nicolas Frémeaux, l’auteur de l’étude dont l’article prétend rendre compte. Pensez donc : à lire Le Monde, il semble que Frémeaux a redécouvert l’eau chaude en constatant au terme de recherches poussées que, le plus souvent, les gens riches se marient avec des gens riches. Apparemment, c’est une révélation pour le journal du soir, qui précise aussi que l’auteur de l’étude aurait obtenu l’équation que voici :

RicheConjointj = α+r×β1 RicheHéritieri2 RicheTravailleurXij+u.

Ça en jette, hein ? Mais n’attendez pas que le journal de référence vous explique ce que recouvrent ces notations : en effet, une formule mathématique ne doit pas être expliquée, encore moins comprise, mais seulement énoncée. C’est, au sens propre, une formule magique.

Je tiens pour à peu près certain que la journaliste n’a pas compris ce qu’elle écrivait. Lorsqu’on a un minimum de culture scientifique, on sait qu’une expression comme la précédente n’a aucun intérêt, et même aucun sens, si ses notations ne sont pas expliquées. Sans avoir vu l’équation de la publication originale, j’ai d’ailleurs tendance à penser qu’elle a été mal recopiée (vu de loin, le α et le u sont redondants et, surtout, la variable muette i n’apparaît que dans le membre de droite — je soupçonne l’oubli d’un signe somme).

Au-delà du chercheur dont le travail est ainsi caricaturé, qui fait les frais d’une telle incompétence ? C’est hélas fort simple à deviner à la lecture des commentaires accompagnant l’article, et qui se partagent en trois catégories. La première, la plus rassurante, est celle de ceux qui se moquent, à juste titre, de la pauvreté de l’article. La seconde regroupe ceux qui croient pouvoir en tirer quelque chose (que ce soit pour approuver que les riches restent entre eux ou le déplorer). La troisième, la plus triste mais hélas la plus compréhensible, regroupe ceux qui s’indignent de l’indigence apparente du contenu de l’étude. « C’est quand même avec nos impôts, ne l’oublions par, que l’Université entretient des Diafoirus de ce genre, pour pondre des équations à la Einstein censées révéler à un aréopage ébahi ce que chacun sait depuis toujours », exprime l’un d’eux. Comment lui donner tort, si la journaliste elle-même est incapable de présenter ce qui peut faire l’originalité d’un travail de recherche ? La victime de l’article du Monde, c’est donc la science elle-même, qui se retrouve affaiblie un peu plus en perdant du soutien populaire.

Une perte de soutien qui, pour cette fois, apparaît de loin comme injuste. Je n’ai pas lu l’article de Frémeaux, mais j’ai quand même un peu de mal à l’imaginer aussi mauvais que le suggère le compte-rendu du Monde. (J’imagine que son intérêt doit plutôt résider dans une quantification précise du phénomène considéré.) Si d’aventure il s’agissait effectivement d’un de ces trop nombreux papiers qui ne font qu’habiller vainement de statistiques des observations banales, alors Le Monde n’avait aucune raison sérieuse d’en parler (à part peut-être le plaisir de caser le mot « Cendrillon » ?), encore moins de l’encenser. Les splendeurs régulièrement découvertes par la science font 1) qu’il n’est nul besoin de s’attarder sur un résultat insignifiant 2) qu’il est fort dommage de dénaturer un travail de valeur en le réduisant à l’énoncé d’une évidence. Que ceux qui ont lu l’article de Frémeaux rayent la mention ici inutile.

Advertisements

14 réflexions au sujet de « La décadence du journalisme scientifique »

  1. http://thema.u-cergy.fr/membres/nicolas-fremeaux
    Nicolas Fremeaux
    Chercheur Postdoctoral
    Associé
    Adresse:
    THEMA – Université de Cergy-Pontoise
    33, boulevard du Port
    F-95011 Cergy-Pontoise
    Bureau: C143
    Mel: nicolas.fremeaux@u-cergy.fr
    Page perso: https://sites.google.com/site/nicolasfremeaux/
    Tel: +33 1 34 25 23 13
    CV: lien

    Themes de recherche:
    Microeconomie, Economie de la Famille

    Publications:
    Le rôle de l’héritage et du revenu du travail dans le choix du conjoint, Nicolas Fremeaux, Population, à paraitre, 2015

    Plus ou moins mariés : l’évolution du mariage et des régimes matrimoniaux en France, Nicolas Fremeaux, Marion Leturcq, Economie et statistique, n°462-463, p.125-151, 2014

    Documents de travail:
    « For richer, for poorer »: savings preferences and choice of spouse, Nicolas Fremeaux, Luc Arrondel, 2014

    J'aime

  2. Vous avez confondu la rubrique Sciences avec la rubrique Société.

    Cela dit votre critique peut éventuellement rester valable, notamment en ce qui concerne la formule magique, sauf si cette formule a été reprise telle quelle (donc avec ses erreurs s’il y en a) du livre de Frémeaux ; quant à expliquer en détail cette formule, ce n’est pas le rôle de la journaliste et le fait qu’elle ne la comprenne pas n’est pas une raison pour ne pas la montrer « à titre d’exemple ».

    Je vous trouve donc bien sévère, vous qui passez votre temps à critiquer ceux que vous appelez les carbocentristes, au sujet du réchauffement climatique, avec des arguments copiés/collés depuis les sites/livres climatosceptiques qui sont régulièrement réfutés par des gens plus compétents que vous dans ce domaine (je ne parle bien sûr pas des mathématiques)

    J'aime

    • L’article du Monde concerne une étude scientifique dont l’objet est un fait social.
      Défendre la « formule magique » pour le seul plaisir de me contredire, c’est fort. C’est drôle de voir qu’au fond vous semblez d’accord avec moi, mais que ce qui l’emporte est votre désir irrépressible de vous livrer à vos attaques personnelles habituelles.

      J'aime

      • Mes attaques personnelles habituelles?

        Et quid des vôtres envers tous les gens que vous tentez (assez maladroitrement il faut dire) de ridiculiser dans votre piteux Climathon?

        Enlevez la poutre que vous avez dans l’oeil et vous ne remarquerez plus la paille dans celui des autres.

        J'aime

      • Hoho… J’observe que vous évitez soigneusement de répondre sur ce qui vous est reproché…
        Il n’y a pas d’attaque personnelle dans le climathon, seulement une critique des propos tenus. Mais je ne serais pas surpris que la nuance vous échappe.

        J'aime

    • On sait trop ça en France ou au Québec que les journalistes ne s’occupent pas trop de ce qu’ils publient pourvu que ça vende et que ce soit à la mode. En attendant en matière de réfutation ce serait au GIEC en tout premier lieu de réfuter ses modèles climatiques tant ils sont à côté de la réalité.

      J'aime

    • « sauf si cette formule a été reprise telle quelle »

      Le rôle d’un journaliste est donc de « reprendre telle quelle » des formules inintelligibles. Magnifique aveux!

      Et de reproduire la propagande scientiviste, aussi, j’imagine…

      J'aime

  3. Ce qui m’est reproché? J’imagine que vous faites allusion à mes « attaques personnelles »? Je vous attaque effectivement parce que j’estime que vous le méritez d’après ce que je sais de votre parcours (parcours climatosceptique, je ne me permettrai pas de juger vos compétences en mathématiques qui sont réelles)

    Mais si vous me reprochez d’être d’accord avec vous sur la formule magique « pour le seul plaisir de {vous} contredire » alors vous n’y êtes pas du tout, je sais parfaitement reconnaitre quand quelqu’un dit quelque chose de sensé, cela dit j’ai aussi ajouté « sauf si cette formule a été reprise telle quelle (donc avec ses erreurs s’il y en a) du livre de Frémeaux » ; par ailleurs vous n’avez pas répondu à la dernière partie de mon commentaire, donc J’observe que vous évitez soigneusement de répondre sur ce qui vous est reproché 😉

    J'aime

      • « Je vous trouve donc bien sévère, vous qui passez votre temps à critiquer ceux que vous appelez les carbocentristes, au sujet du réchauffement climatique, avec des arguments copiés/collés depuis les sites/livres climatosceptiques qui sont régulièrement réfutés par des gens plus compétents que vous dans ce domaine (je ne parle bien sûr pas des mathématiques) »

        Comme dirait minitax (et maintenant Benoit Rittaud, j’espère que minitax va toucher des royalties) relisez calmement avec le doigt.

        J'aime

      • Votre autocitation s’appelle, dans le jargon des gens bien élevés, une « attaque personnelle ». J’ai répondu au reste, mais pas à ça en effet, et ne m’abaisserai pas à le faire. Sans surprise, vous confirmez mes soupçons précédents (la nuance, tout ça…). Maintenant, on va arrêter là.

        J'aime

  4. Les arguments climato-sceptiques régulièrement réfutés ?
    Première nouvelle.
    Si vous voulez un florilège de « réfutations » proprement réfutées, je vous conseille le site « pensée unique », excellent à tout point de vue (j’en parle d’autant plus librement que je ne connais pas la personne qui le maintient).
    http://www.pensee-unique.fr

    J'aime

  5. A propos de Manicore, je regrette de n’avoir pas copié la page « CO² » présentée il y a quelques années (lorsque le site en était à ses débuts) : la présentation des méfaits de ce gaz y était si épouvantable qu’on était honteux de respirer et d’expirer sa part de carbone. Depuis, la description de ce gaz à l’état de traces est devenue plus… soft.
    La différence avec Pensée Unique, c’est que son auteur n’a pas d’activité à but lucratif dans le domaine de l’énergie-climat : les motivations pour faire une analyse de la situation peuvent être un peu différentes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s