Lancement d’une association climatosceptique

Voici un communiqué de presse de l’AFCO, l’Association Francophone des Climato-Optimistes. Voir dans les commentaires mon opinion sur cette nouvelle association.

CRÉATION DE L’ASSOCIATION FRANCOPHONE
DES CLIMATO-OPTIMISTES (AFCO)

LES CLIMATO-SCEPTIQUES S’ORGANISENT EN VUE DE LA CONFÉRENCE DE PARIS

L’AFCO a pour but de lutter contre le pessimisme injustifié qui règne quant à l’avenir du climat de la planète.

Cette nouvelle Association est créée pour regrouper ceux qui mettent en doute les prévisions de réchauffement de la planète du fait des activités humaines, mais aussi ceux qui pensent que, quelle que soit l’évolution future du climat, l’humanité saura faire face sans qu’il en résulte de catastrophes.

  • Le climat a en effet toujours fluctué dans le passé, bien avant le début des émissions de CO2 liées aux activités humaines. De surcroît les observations des satellites montrent que la température moyenne du globe stagne depuis l’an 2000 alors que les émissions de CO2 n’ont jamais été aussi abondantes.
  • Pour sa part, l’objectif fixé par le GIEC à la Conférence de Paris de fin 2015, c’est-à-dire la division par deux des émissions de CO2 d’ici 2050, est d’un complet irréalisme. Les projections officielles de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) montrent que ces émissions vont continuer à s’accroître au fur et à mesure que les pays pauvres sortiront de la misère, ce qui nécessite qu’ils consomment de plus en plus de charbon, de pétrole, et de gaz. Les pays pauvres refuseront de s’engager à réduire leurs émissions de CO2, et la Conférence de Paris sera donc un fiasco.
  • D’ores et déjà, l’espèce humaine a su s’adapter à des climats très variés puisque la différence des températures moyennes annuelles atteint 25 degrés entre les villes les plus froides, telles que Québec, et les plus chaudes, telles que Singapour. Même entre Lille et Marseille, la différence est de 5 degrés, et il n’y a donc pas lieu de paniquer devant d’éventuelles variations de quelques degrés !
  • Les dépenses et réglementations imposées au contribuable et au consommateur français et européen pour « sauver la planète » ne servent à rien. Même si la France et tous les pays développés cessaient entièrement leurs émissions de CO2, le volume mondial de celles-ci continuerait à augmenter du fait des besoins des pays en développement.

Regroupant des scientifiques, des économistes, des chefs d’entreprise, et des ingénieurs, l’AFCO est ouverte à tous ceux – particuliers et entreprises – qui partagent les mêmes constats et souhaitent mettre fin à l’une des plus grandes désinformations de notre époque, dans le but de limiter les dépenses inutiles et de contribuer à faire renaître l’optimisme qui fait aujourd’hui défaut à notre pays.

C’est pour faire entendre auprès des médias et des décideurs la voix des millions de Français qui ne croient pas aux thèses officielles de l’influence des activités humaines sur l’évolution du climat qu’a été créée l’AFCO à l’initiative de Christian Gerondeau, auteur de plusieurs livres sur l’énergie et l’environnement, et personnalité publique bien connue pour ses interventions médiatiques et sa recherche d’efficacité.

Pour tout contact :

Par téléphone : 09 72 26 53 87

Par courriel : via notre formulaire de contact

http://www.climat-optimistes.com

Advertisements

75 réflexions au sujet de « Lancement d’une association climatosceptique »

  1. Tous mes vœux de succès à l’AFCO.
    J’ai toutefois décidé de ne pas faire partie de cette association, principalement pour la raison suivante : dans son manifeste (distinct du communiqué de presse ici reproduit), l’AFCO a choisi de lier la question du climat à celle de l’énergie en s’en prenant aux renouvelables et en défendant les hydrocarbures. Il s’agit là d’une double erreur stratégique.
    La première erreur tient au fait que beaucoup de gens s’imaginent que tous les climatosceptiques sont stipendiés par l’industrie pétrolière. La raison sociale de l’AFCO risque donc fort de conforter ce stéréotype si commode.
    La seconde erreur est que, s’il est bon de combattre l’alarmisme climatique ambiant, il ne me semble pas opportun de combattre simultanément une question qui ne lui est que partiellement liée. En effet, cela n’a pas de sens d’être climatosceptique parce qu’on n’aime pas les éoliennes. Réciproquement, être climatosceptique ne doit pas obliger à avoir un avis particulier sur l’énergie. Il m’est inconcevable de regarder comme un adversaire quelqu’un qui est à la fois climatosceptique et favorable au développement du photovoltaïque. En d’autres termes : face à la propagande climatique ambiante, les climatosceptiques doivent s’unir, c’est-à-dire avoir soin de ne pas cliver sur des sujets qui ne sont pas au centre de leur préoccupation commune. (Pour cette même raison, je trouve dérangeant l’optimisme de principe affiché par l’AFCO sur les questions énergétiques et climatiques, même si c’est là une critique secondaire, qui ne m’aurait pas dissuadé à elle seule d’adhérer à l’association.)
    Il reste qu’il serait inconséquent de parler d’union tout en ne faisant que critiquer. Nous aurons besoin de tous les bras disponibles d’ici décembre, alors redisons-le : bon vent à l’AFCO.

    J'aime

  2. Perso, je crois que les panneaux solaires vont progresser en rendements et baisser en coûts, ce qui permettra de financer du stockage et rendre l’électricité solaire de plus en plus compétitive… dans bcp d’endroits, d’ici 20 ans.

    J'aime

  3. il est évident que l’augmentation de CO2 est dû à l’accroissement de la population mondiale, puisque Pour notre pays, et à chaque seconde la respiration des quelque 65 millions de Français rejette dans l’atmosphère 667 kilos de C02. Soit 20 millions de tonnes par an. Faites le calcul pour 7 milliards d’humains…source : http://www.planetoscope.com/co2/1574-co2-degage-par-la-respiration-des-francais.html

    En Europe, le taux de fécondité est inférieur au taux de strict maintien de la population. L’Europe a aussi déjà fait de gros efforts en matière de lavage de fumées industrielles, de voitures et chauffahes moins polluants et le développement des énergies renouvelables progresse, d’autres seront inventés. Mais il vaudrait mieux encourager l’èolien individuel que collectif, investssement beaucoup moins coûteux.

    La température terrestre est stable depuis 2000 (certains disent que sans réchauffement, nous serions en glaciation) mais on met progressivement en oeuvre des normes d’isolation/émission drastiques dans nos pays, au point que les maisons de bourg, qui font le charme de nos villages, ne trouvent plus preneurs, tandis que la périurbanisation fleurit tout autour (lotissements gourmands en sol, bien plus que la construction mitoyenne). mais pour les vieilles maisons historiques, les incitations financières à l’isolation sont notoirement insuffisantes!

    Par ailleurs, l’isolation de type A serat-elle vraiment utile à moyen/long terme? Si vraiment la température européenne devait monter régulièrement, il deviendrait moins nécessaire de chauffer (donc réduction naturelle d’émissions de chaleur; suis-je vraiment à côté de la plaque? Cela dit, en matière d’énergie atomique, il faut avoir le courage d’un plan de sortie du nucléaire sérieux (fermer une centrale chaque deux ans à minima)! Au total, il ne m’étonnerait pas que le réchauffement soit une arnaque assez mafieuse qui permetta aux mafieux de se faire en plus, beaucoup de pognon sur les réfugiés climatiques!

    J'aime

    • « il est évident que l’augmentation de CO2 est dû à l’accroissement de la population mondiale »
      Il y a encore du boulot… Heureusement qu’on ne prend pas en compte les pets des humains alors…

      J'aime

  4. Bonjour,

    Par ailleurs, il manque dans le manifeste l’énumération des preuves scientifiques sceptiques (sur les remises en question des courbes de température, des modèles, etc ..). publiées dans les revues à comité de relecture avec les références. Il y en a dans d’autres rubriques, mais bon, cela aurait été mieux si on les voyait directement.

    Cordialement

    J'aime

      • Bonjour,

        Vous voulez voir des publications dans des revues à comité de relecture, en voici :

        Sur la remise en question des courbes de température :
        D’abord, la vision globale :

        – Moberg 2005, T° Zone Global.
        – Loehle 2007, T° Zone Global.

        Maintenant en faisant des zooms sur différentes zones du monde :

        – Clim. Past, 8, 765–786, 2012, T° Hémisphère Nord.
        – Dahl-Jensen et al [1999], T° zone Hémisphère Nord.
        – Grudd 2008, zone Europe du Nord.
        – Température de surface de la mer des Sargasses, Science 1996, zone tropique.
        – Goni, M.A. et al, 2004. Venezuela, zone tropique.
        – Ge, Q., Zheng et al, 2003, zone Chine.
        – Wilson, A.T., et al, 1979.  zone New Zealand (Hémisphère Sud).
        – Rein B., et al. 2005, zone Pérou (Hémisphère Sud).
        – Tyson, P.D., 2000, zone South Africa (Hémisphère Sud).
        – Richey, J.N., et al 2007. zone Gulf of Mexico, zone tropique
        – Oppo, D.W., et al 2009. zone Indo-Pacific.
        – Neukom, R., et al 2011.zone South America (Hémisphère Sud).

        En fait on en trouve pas moins d’une centaine dans le même genre.

        Toutes ces publis sont dans des revues à comité de relecture. Elles indiquent :

        – un optimum médiéval PARTOUT dans le monde du même ordre de grandeur que le notre.
        – une vitesse de variation de la T° autour de l’optimum médiéval du même ordre de grandeur que le notre.
        – que le climat a toujours varié.

        Conclusion à partir de ces courbes :

        Il ne se passe actuellement rien de spécial par rapport à l’optimum médiéval point de vu température !

        Sur les modèles :

        – Lindzen, 2011 (bilan énergie de la terre extrêmement mal évalué par les modèles).
        – voir les publis sur le « hot spot » manquant.
        – voir le « hiatus » du dernier rapport du GIEC, c’est à dire la stagnation de T° depuis environ 20 ans, ce qui fait 20 ans d’erreur dans des modèles systémiques, chaotiques, non-linéaires et dynamiques. Ce sont les 20 premières années qui sont erronées pas les 20 dernières du 21 iem siècle. Bref, ça par très mal avec ces modèles.

        Pour les événements extrêmes :

        Cyclones :

        – Ryan Maue, 2013.
        – voir aussi l’indice ACE.

        Tempêtes :

        voir par ex le projet MIGRICORE en Europe.

        Sècheresse :

        Narisma G.T., Foley J. A., Licker R. et Ramankutty N, Geophysical Research Letters 34, 10.1029/2006GL028628.

        Et SURTOUT commencer à lire le dernier rapport du GIEC (la bible) par les 2 dernières pages (uniquement le rapport pour les scientifiques, pas le rapport pour les rigolos, heu je voulais dire pas le rapport pour les politiques, pardon).

        Voici un extrait de ces 2 dernières pages :

        « – There is low confidence in an observed global-scale trend in drought or dryness (lack of rainfall), due to lack of direct observations, methodological uncertainties and choice and geographical inconsistencies in the trends.
        – There is low confidence that any reported long-term (centennial) changes in tropical cyclone characteristics are robust, after accounting for past changes in observing capabilities.
        – In Antarctica, available data are inadequate to assess the status of change of many characteristics of sea ice (e.g., thickness and volume).
        – The simulation of clouds in AOGCMs has shown modest improvement since AR4; however, it remains challenging.
        – The ability to simulate changes in frequency and intensity of extreme events is limited by the ability of models to reliably simulate mean changes in key features.
        – In some aspects of the climate system, including changes in drought, changes in tropical cyclone activity, Antarctic warming, Antarctic sea ice extent, and Antarctic mass balance, confidence in attribution to human influence remains low due to modelling uncertainties and low agreement between scientific studies.
        – There is generally low confidence in basin-scale projections of significant trends in tropical cyclone frequency and intensity in the 21st century.
        – There is low confidence in projections of many aspects of climate phenomena that influence regional climate change, including changes in amplitude and spatial pattern of modes of climate variability. »

        => ces 2 dernières pages indiquent la quantité de chose que l’on ne sait pas !

        Complément : sur la remise en question de la corrélation CO2/température, « preuve » qui est encore étonnamment exposé à droite à gauche (!!) :

        – Indermühle et al. (Geophysical Research Letters, vol. 27, p. 735, 2000)* Fischer et al. (Science, vol 283, p. 1712, 1999)
        – Siegenthaler et al. (Science, vol. 310, p. 1313, 2005)
        – Monnin et al. (Science vol 291, 112, 2001)
        – Lowell Stott et al (Science, Published online 27 September 2007 [DOI: 10.1126/science.1143791] )
        – Caillon et al. ( Science 14 Mars 2003 299: 1728-1731 [DOI: 10.1126/science.1078758] (in Reports)
        – Tierney et al, (Science 10 octobre 2008, vol 322, 252-255) Sédiments du Lac Tanganyika : retard CO2/ réchauffement de 3000 ans.

        Bon, je ne vais pas passer ma soirée à écrire les références des publis. En voilà déjà pas mal. Les plus importantes sont les courbes de T°. En fait, pour moi, l’analyse pourrait s’arrêter après la présentation de ces courbes.

        Le GIEC n’aurait pas du tricher sur les courbes de T° (en particulier la cross de hockey) ainsi que sur la corrélation CO2/T° : ces erreurs sont fatales.

        Aimé par 1 personne

      • @climarco : hum, je ne vois pas le rapport entre ces publis sur l’optimum et le RCA, ni sur le reste qui parle de temps immémoriaux, et encore moins vos analyses perso sur les modèles. C’est du 1/1000 hors sujet en plus/

        J'aime

      • – Sur le « RCA » : si au moyen age la terre a réussi à atteindre globalement la même T° sans CO2, il y a très largement de quoi se poser la question si le réchauffement actuel peut être du à une autre cause que le CO2. Or justement, d’autres paramètres ont varié au cours du 20 iem siècle.
        Par ailleurs, un des arguments du GIEC consiste à dire que la courbe de T° globale remonte de manière anormalement haute et rapidement au 20 iem siècle. Et il y a donc une centaine de courbe de T° publiée dans des revues à comité de relecture en contradiction avec cet argument.

        – Sur les modèles : ce ne sont pas mes analyses, mais celle de Lydzen sur le bilan de chaleur, sur le Hot spot, c’est aussi l’analyse du GIEC, puisque le GIEC en parle, j’ai, d’ailleurs, vu Letreut en parler directement, et puis les 2 dernières pages du rapport du GIEC, ce ne sont pas mes analyses non plus mais celle du GIEC.
        – Sur les temps immémoriaux : je suis assez d’accord, on pourrait se passer de cet argument. Le problème c’est que cet argument est encore montré dans un certains nombre de conférences scientifiques ou exposés. C’était un des arguments frappant du GIEC. Jusqu’au moins en 2008, cela ne gênait pas Jouzel et Laurius par exemple de présenter en conf cet argument comme une preuve irréfutable. Alors qu’ils savaient pertinemment à l’époque que le CO2 était en retard sur la T°. C’est pas normal d’avoir fait ça.

        Il n’y a donc rien d’hors sujet.

        J'aime

      • Moi je trouve que les explications du Giec sont plus cohérentes que celles de quelques scientifiques qui n’ont rien à conclure à part qu’on n’en sais rien et qu’on n’en saura jamais rien.
        Et puis sur les modèles, ce n’est parce qu’ils ne sont et ne seront jamais parfaits qu’ils ne sont pas capable d’être sur la bonne voie. Le Giec propose un coupable, il faut mener l’enquète. Dire qu’il est innocent sans aucune raison valable alors qu’en face les présomptions s’accumulent, c’est très très faible.
        Et sur les températures, alors là si vous avez des courbes qui montrent autre chose que ce que les thermomètres où les satellites nous disent et que ça a passé un comité de lecture, je suis preneur.
        Ne seriez-pas en train d’agiter des publis qui n’ont pas grand chose à voir avec le sujet en faisant croire qu’elles prouvent que la science climatique en général a tort ? C’est la technique à Duran ça.
        Enfin sur Jouzel, vous n’allez quand même pas remonter jusqu’aux hommes préhistoriques… La science n’est pas née ex nihilo de perfection. Les arguments sceptiques sont constamment dézingués, d’autres tiennent la baraque, bref ne reprochez pas aux autres etc…

        J'aime

      • Bonjour,

        Je réponds (du moins j’essaye) point par point dans votre texte :

        « Moi je trouve que les explications du Giec sont plus cohérentes que celles de quelques scientifiques qui n’ont rien à conclure à part qu’on n’en sais rien et qu’on n’en saura jamais rien. »

        => Il n’y a pas quelques scientifiques, il y en a beaucoup. Et de toute façon, ce n’est pas le nombre qui compte pour dire qu’un point de vu scientifique est pertinent mais la logique du raisonnement de ce point de vu. Or, la cohérence aurait voulu qu’on prenne en compte par exemple les publis les plus récentes qui concernent la température. Ce qui n’est pas le cas;
        Enfin, les climatologues sceptiques ne disent pas qu’on ne saura jamais rien.

        « Et puis sur les modèles, ce n’est parce qu’ils ne sont et ne seront jamais parfaits qu’ils ne sont pas capable d’être sur la bonne voie. »

        Le chantier qui concerne les modèles reste immense. Les modèles sont en mauvaises voie, sinon, ils auraient été capables de prédire la température des 19 dernières années. Ils ne prédisent pas. Les modèles suivent la théorie défendue par le GIEC. Or, une théorie scientifique qui n’arrive pas à prédire est
        tout simplement fausse.

         » Le Giec propose un coupable, il faut mener l’enquète. Dire qu’il est innocent sans aucune raison valable alors qu’en face les présomptions s’accumulent, c’est très très faible. »

        Les présomptions étaient basées principalement sur la courbe globale de T° qui était sensée indiquer qu’on avait un écart de T° jamais vu depuis 1000 ans et que la vitesse d’augmentation de la T° était aussi anormalement élevée. Or, tout ceci est remis en question par une flopée de courbe de T° publiées (j’insiste) dans des revues à comité de relecture, ce sont les revues associées aux publis que j’ai cité.
        Par ailleurs, d’autres « présomption » étaient basées sur la corrélation T°/CO2. On sait que le CO2 est en retard maintenant.
        Il y avait les modèles aussi : ils n’arrivent pas à prédire. Ils sont déjà faux.
        Et enfin, les événements extrêmes, en particulier les cyclones. Mais là encore, les publis que j’ai cité ne montrent pas de tendance.

        « Et sur les températures, alors là si vous avez des courbes qui montrent autre chose que ce que les thermomètres où les satellites nous disent et que ça a passé un comité de lecture, je suis preneur. »

        Alors plusieurs petits points ici :
        D’abord les thermomètres bien repartis sur la surface du globe, il y en a depuis finalement les années 1950. Les satellites eux nous donnent des infos depuis 1980 environs. Lorsque un scientifique présente des courbes de T° depuis 2000 ans, il se sert de « proxy », c’est à dire d’indicateur naturel pour retrouver la température. Pour savoir si notre climat montre une anomalie, il faut le comparer. Pour le comparer, on est obligé de reconstituer la T° depuis beaucoup plus longtemps que ce que peuvent faire les thermomètres ou les satellites. La liste des références que j’ai cité sur les T° sont des références publiées dans des revues à comité de relecture et montrent des courbes de T° sur de très longue période de temps et permettent de comparer notre climat. Encore une fois, la conclusion est que tant sur le niveau de T° que sur sa vitesse de variation, et bien notre climat actuel ne montre aucune anomalie par rapport à l’optimum médiéval.

        « Ne seriez-pas en train d’agiter des publis qui n’ont pas grand chose à voir avec le sujet en faisant croire qu’elles prouvent que la science climatique en général a tort ? C’est la technique à Duran ça. »

        Je suis persuadé que vous n’avez pas lu les publis que j’ai cité. Elles sont directement liées au sujet. Elles parlent de T°, modèles, événements extrêmes. Cette technique de « citer des publis » comme vous dites, c’est juste comme cela qu’on fait une démonstration scientifique, que ce soit dans des congrès, les thèses ou ailleurs. On ne peut pas dans un congrès, dans le but de prouver quelque chose, citer l’opinion d’un journaliste. La démonstration s’effondrerait aussitôt. On est donc obligé de passer par les citations de publis, même si c’est pas très passionnant, désolé.

        Enfin, la science climatique n’est pas monopolisée par le GIEC. R.Lindzen, par exemple, ne fait pas parti du GIEC. Comme plein d’autres. Je ne dis pas que la science climatique à tord. Je dis que le GIEC a très mal fait son boulot qui aurait du consister à bien répertorier la liste des publis sur le climat les plus récentes et en faire un résumé. ça n’est pas la démarche qui a été réalisé par le GIEC.

        « Enfin sur Jouzel, vous n’allez quand même pas remonter jusqu’aux hommes préhistoriques… La science n’est pas née ex nihilo de perfection. Les arguments sceptiques sont constamment dézingués, d’autres tiennent la baraque, bref ne reprochez pas aux autres etc… »

        Oh, et bien moi je veux bien ne pas parler de Jouzel, mais qu’est ce qu’on en a entendu parler ! Par contre, une fois qu’on avait démontré que le CO2 était en retard sur la T° sur les courbes de Jouzel et Laurius, je ne leur pardonne pas d’avoir continué quand même à les montrer en disant que c’était une preuve de la « culpabilité » du CO2.

        Bon, on arrive à discuter jusque là. 🙂

        J'aime

      • « Il n’y a pas quelques scientifiques, il y en a beaucoup. »
        Non, il n’y en a que quelques uns comme Lindzen. Moi aussi je peux aller chercher les scientifiques du labo d’à côté et leur demander s’ils croient à la catastrophe annoncée, et personne ne me dira : j’y crois dur comme fer. Par contre sur la réalité du réchauffement et l’implication possible des GES à long terme, et bien là 1/1000 dira : je n’y croit pas !
        Y’a sceptique et sceptique. Les vrais « climato-sceptiques » déclarés ne sont plus sceptiques depuis longtemps, ils sont dans la bataille rangée, ils sont comme ceux qu’ils dénoncent.

        Les modèles d’y il a 20 ans auraient du être capable de « prédire » la variabilité décennale suivante ? Vous ne savez pas à quoi servent les projections j’ai l’impression, ni leur histoire. Ce ne sont pas des théories et personne n’a jamais voulu qu’elles ‘prédisent’ l’avenir. Facile d’accuser quelque chose de ne pas faire ce qu’elle n’est pas censée faire. Après je pourrais comprendre que vous avez pu être abusé par la com faite par certains et relayée/transformée par d’autres, arrangeant ainsi les affaires des premiers. Toutefois, la modélisation actuelle est loin d’être parfaite, mais elle est loin d’être fausse.

        Sur le CO2, mais que quoi parlez vous ? Des déglaciations ? Et les courbes, vous parlez des proxis, en essayant de voir si l’OM est plus chaud ou égal à maintenant ? Mais vous comparez des choux et des carottes ma parole. Les exemples que vous donnez n’invalident en rien la théorie actuelle. Sinon ça se SAURAIT ! ! ! Je le répète, vous prenez des parties de publis qui parlent d’autres choses pour leur faire dire ce qui vous chante. J’attends toujours les courbes de températures actuelles, publiées, qui contredisent les officielles. Et BEST alors, c’est quoi ? Et puis sur le relation CO2/temp, vous avez un wagon de retard avec votre exemple. Ça a été dézingué depuis longtemps.

        Moi je veux bien discuter mais faut aussi prendre du recul sur l’argumentaire pseudo-scientifique pré-maché qu’on trouve dans les blogs américains et qu’on ne ressert chaque année en laissant les arguments foireux et démontés. Si un seul de ses arguments avaient pu contredire le RCA, tout se serait écroulé, et rien ne se passe ? Demandez-vous pourquoi. Et c’est pas un complot.

        J'aime

      • Je répond point par point. A noter en préambule plusieurs choses :

        1)- d’abord clairement vous n’avez quasiment aucune notion d’un débat scientifique. Le simple fait de me reprocher de citer des publications (que vous n’avez pas lu) le démontre : vous ne savez pas mener un débat scientifique. IL faut lire les publication.
        Ce point sera encore explicité dans ce qui suit. Et vous n’avez cité aucune publication. Je pense que vous n’avez pas non plus lu le dernier rapport du GIEC ! Il faut le lire, et s’arrêter attentivement sur les 2 dernières pages. Je parle évidemment du rapport pour les scientifiques.

        2)- par ailleurs, vous avez un ton assez agressif.

        Donc, vu les points 1) et 2), en ce qui me concerne, ce sera mon dernier commentaire.

        « Non, il n’y en a que quelques uns comme Lindzen. Moi aussi je peux aller chercher les scientifiques du labo d’à côté et leur demander s’ils croient à la catastrophe annoncée, et personne ne me dira : j’y crois dur comme fer. Par contre sur la réalité du réchauffement et l’implication possible des GES à long terme, et bien là 1/1000 dira : je n’y croit pas ! »

        Bon, alors évidemment, je suis pas aller chercher les scientifiques du labo d’à coté.
        Voir par exemple cette pétition de scientifiques :
        http://www.climatescienceinternational.org/index.php?option=com_content&task=view&id=37&Itemid=1

        Il y a un point que vous refusez de voir, c’est que, même si il y avait consensus sur la théorie du GIEC, ce qui compterait, c’est que les arguments du consensus soient logiques. Si les arguments ne sont pas logiques, consensus ou pas, la théorie est fausse. Les publications que j’ai cité, et qui ont un rapport directe avec le sujet, mais comme vous ne les avez pas lu, vous ne savez pas de quoi cela parle, donc les publis que j’ai cité, participent beaucoup à la remise en question de la théorie du GIEC. Il faut les lire.

        « Y’a sceptique et sceptique. Les vrais « climato-sceptiques » déclarés ne sont plus sceptiques depuis longtemps, ils sont dans la bataille rangée, ils sont comme ceux qu’ils dénoncent. »

        C’est parfaitement faux. A mon avis c’est le contraire qui se passe. Voir par exemple Judith Curry.

        « Les modèles d’y il a 20 ans auraient du être capable de « prédire » la variabilité décennale suivante ? Vous ne savez pas à quoi servent les projections j’ai l’impression, ni leur histoire. Ce ne sont pas des théories et personne n’a jamais voulu qu’elles ‘prédisent’ l’avenir. »

        C’est presque amusant ce que vous dites, surtout après avoir écrit le mot « projection » qui veut simplement dire estimer un futur à partir du passé.
        Donc, là encore, vous n’y êtes pas du tout. Si les modèles ne servent pas à prédire le futur, il n’y aurait pas de « hiatus » sur la température dans le dernier rapport du GIEC par exemple (il faut le lire, surtout les 2 dernières pages). Mais vous ne l’avez pas lu. Donc, vous ne savez même pas qu’il y a un « hiatus », c’est à dire un écart entre ce qui est prédit (par les modèles) et ce qui est mesuré. Et cet écart est embêtant pour des modèles dont le seul but est de prédire ce qui va se passer. Si les modèles ne servent pas à prédire le futur, à quoi bon en faire. Sur ce passage vous êtes profondément incohérent. Vous montrez aucune notion scientifique. Strictement aucune. Désolé, mais ça va pas du tout du tout.

        « Toutefois, la modélisation actuelle est loin d’être parfaite, mais elle est loin d’être fausse. »

        Le chantier reste immense.

        « Sur le CO2, mais que quoi parlez vous ?  »

        Alors la, c’est presque le bouquet. Je crois à ce stade, que vous ne connaissez même pas la corrélation CO2/T° qu’on nous a montré, re-montré et re-montré.
        Seriez vous capable de me citer une publication intéressante du dernier rapport du GIEC (ou sinon, de l’avant dernier rapport). Vous ne pouvez pas défendre une cause sans rien savoir de celle-ci !

        « Les exemples que vous donnez n’invalident en rien la théorie actuelle. Sinon ça se SAURAIT ! ! ! »

        ça se sait, c’est publié, mais ça ne se sait pas par vous, car … vous ne les avez pas lu. Il faut lire.

        « Je le répète, vous prenez des parties de publis qui parlent d’autres choses pour leur faire dire ce qui vous chante. J’attends toujours les courbes de températures actuelles, publiées, qui contredisent les officielles. »

        Je les ai cité. Il faut lire.

        « Moi je veux bien discuter mais faut aussi prendre du recul sur l’argumentaire pseudo-scientifique pré-maché qu’on trouve dans les blogs américains et qu’on ne ressert chaque année en laissant les arguments foireux et démontés. Si un seul de ses arguments avaient pu contredire le RCA, tout se serait écroulé, et rien ne se passe ? Demandez-vous pourquoi. Et c’est pas un complot. »

        De très nombreux exemples se passent comme ça en science. Voici 2 exemples :
        – le consensus sur le fait que la terre tourne autour du soleil, ne s’est pas fait du jour au lendemain.
        – la théorie de la dérive des continents à été émise vers 1920 environ. Il a fallu attendre après les années 1970 pour qu’elle soit reconnue par le consensus.

        Dans aucun cas il n’y avait « complot ». ça se passe comme ça pour diverses raisons : ego des scientifiques, problèmes politiques, etc ..

        J’ai envie de vous dire une dernière chose :
        Il faut lire le dernier rapport du GIEC, la partie scientifique destinée aux scientifiques et pas aux décideurs, et surtout SURTOUT, les 2 dernières pages.

        J'aime

      • A propos de Moberg 2005
        Ses reconstructions utilisent 11 « low-resolution proxy records » et 7 chronologies de largeurs de cernes ; elles s’arrêtent en 1979 ; elles montrent clairement que l’optimum médiéval est en dessous des valeurs mesurées jusqu’en 2000. Cf la figure 2b.

        J'aime

    • Sur le site de l’association on peut lire que le réchauffement s’est aussi « arrêté »en France… L’indicateur mondial je veux bien, mais en France…
      Quand on ment aussi effrontément, comment avoir confiance dans le reste ?

      J'aime

      • La moyenne mobile sur 10 ans grimpe sans cesse sur les séries climatiques françaises depuis 1987 environ. Les années les plus chaudes depuis 1950 furent (liste à rebrousse temps) 2014, 2011, 2009, 2006, 2003, 1997, 1994, 1989. Il n’y a donc pas de plateau. Et puis vous voulez quoi ? Un truc qui grimpe à la vertical ?
        De plus 1997 fut plus froide que les années postérieures citées ci-dessus.
        Votre tendance 1997/2014, c’est une droite de régression qui la fait ? Chapeau le mathématicien.
        Bref dire que le réchauffement s’est « arrêté » en France est un artifice de langage, une manipulation sémantique.

        J'aime

      • J’ai sous les yeux l’indicateur de température en France, signé Météo France, ce qui permet aisément de montrer que l’essentiel de ce que vous dites est faux. Les moyennes mobiles sur 10 ans sont plutôt décroissantes ces dernières années.
        Pour ce qui est des années les plus chaudes depuis 1950, le classement est 2014, 2011, 1994, 2006, 1997=2000=2002… Et quand on sait que la différence est d’un dixième de degré à chaque fois…
        Pas sûr de comprendre votre propos sur 1997, en tout cas cette année est loin d’être plus froide que toutes celles qui ont suivi.
        D’autre part, merci de reter courtois si vous voulez commenter sur ce blog.

        J'aime

      • Simplement, comment peut-on dire dire que le réchauffement s’est arrêté en 1997 alors qu’un tiers des années qui ont suivi ont été plus chaudes, et que les deux plus chaudes depuis 100 ans sont 2014 et 2011, qui n’ont même pas eu de canicules ?
        Grotesque.

        J'aime

      • Certaines personnes grandissent même adultes… Bref.
        Et puis sur l’indicateur MF, désolé chez moi, AVEC 2014, ça ne baisse pas. Et puis il y a pas mal de postes de mesure, comme à Lyon par exemple, où ça grimpe. Il est normal que l’indicateur sur 30 postes de mesures se tassent quand les températures moyennes ne grimpent pas en flèche sur plusieurs années. Et puis vous le savez mieux que quiconque, ces courbes réagissent fortement aux valeurs de début et de fin, surtout sur de courtes périodes, alors vous savez, le bout de la lorgnette, en matière de climat, c’est un peu juste sauf pour convaincre ceux qui rentrent dans le sujet du RCA par les idées et non par les publis.
        On peut aussi faire un petit mannkendal sur la série : c’est significatif.
        Enfin je réitère mes propos : 1997 est plus froide que 6 années postérieures soit 1/3 de l’effectif. Pourquoi avoir pris 1997 ? Vous auriez pu prendre 1994, ça ferait un plateau encore plus long pour étayer vos idées.
        Je veux bien être courtois mais il y a de quoi s’énerver face à tant de mauvaise foi et à traiter vos collègues de menteurs alors que vous soutenez vous-même des propos totalement ambiguës digne de la petite phrase politique.

        J'aime

      • « avec 2014, ça ne baisse pas » : je vous dit que c’est stationnaire sur 1997-2014, AVEC 2014, donc. Et je ne vois pas ce que Lyon vient faire là-dedans, là pour le coup, c’est un joli cherry-picking.
        Avec 1994 au lieu de 1997, la tendance est très légèrement positive (à cause de 2014, d’ailleurs. En s’arrêtant en 2013, c’est légèrement décroissant).
        Et sur les moyennes glissantes, rien à dire ? Et sur votre classement faux des records, rien à ajouter non plus ? Et vous parlez de mauvaise foi…

        J'aime

      • Prendre constamment la dernière décennie pour expliquer qu’il n’y a pas de réchauffement « climatique » en plus en France, et accuser les autres de cherry-picking, c’est loufoque.

        J'aime

      • Mon classement des années chaudes contient quelques différences par rapport à l’indicateur MF. Il est vrai que je ne regarde jamais cet indicateur mais un ensemble de stations que j’ai choisi et pour lesquelles j’ai les séries qui me permettent d’affiner mon analyse notamment spatialement. Ainsi pour moi il est toujours étonnant de ne pas voir figurer 2009 ou 1989, qui ont été sur sur une bonne partie de la France très chaudes mais pas trop sur d’autres, d’où le décalage avec l’indicateur. Et puis, franchement, je m’en fous un peu. Le réchauffement a commencé en 1989 et le nombre d’années au top se multiplient. Je n’espère pas voire d’années cassant tous les records d’ici peu, on est déjà assez haut avec le +2°C depuis 2050 dans certaines régions.
        Et c’est pas du cherry-picking, c’est un fait climatologique. Un changement de climat, d’origine humaine ou non, se traduit par des modifications de l’environnement qui touchent les activités humaine en place, et ce différemment pour chaque territoire. Soit on prend la position sceptique, relativiste, et pour moi irresponsable, comme quoi en s’en fout, l’homme s’adaptera, les faibles crèveront et les forts survivront, soit on prend la position du gestionnaire et du bon père de famille, on prépare le terrain, pour amortir les problèmes et choper les opportunités.
        Chacun sa vision… Et je parle même pas de toucher aux fossiles.

        J'aime

      • Ce n’est pas mon propre classement, c’est les mêmes données que MF mais vues en dehors de l’indicateur. C’est donc même plus objectif.
        Quant à « irresponsable », ce n’est pas scientifique, tout comme « Même entre Lille et Marseille, la différence est de 5 degrés, et il n’y a donc pas lieu de paniquer devant d’éventuelles variations de quelques degrés ! » n’est pas scientifique non plus, et encore moins « il n’y a plus de réchauffement en France » qui procède plus de l’auto-suggestion que de l’analyse scientifique.
        Faite ce que je dis pas…. On est pas à une contradiction près.

        J'aime

    • Toujours marrant cette condescendance, notamment sur le coup du CO2/Temp, alors que vous avancez sur le sujet un argument démonté. Bref.
      J’ai bien lu tous les rapports/publis qu’il faut, et les mêmes la pseudo-science sceptique de A à Z, et la seule chose que je vois, c’est d’un côté une science qui avance, et de l’autre une grosse manipulation de pseudo-science à visée idéologique.
      Tous vos exemples n’ont rien à voir avec le sujet (le coup de la pétition, trop fort : le consensus des gens qui ne travaillent pas sur le sujet, des étudiants en médecine et autre groupuscule). Une entourloupe de première, un contre-feu comme la sphère CS américaine en a l’habitude (tout n’est que contre-feu chez eux). Vos arguments ne font d’agiter un chiffon rouge pour dire : voyez, tout n’est pas sûr ! C’est donc bien la preuve que tout est faux.
      Le plus drôle est quand vous expliquez que le Giec lui-même démonte son propre travail, en m’invitant à lire les dernières pages. Ce genre de suggestion marche peut-être avec un sympathisant acquis à la cause, mais pas plus.
      Si un seul de vos arguments étaient seulement juste un peu crédible, il y aurait publication, le Giec serait dissous, et on n’en parlerai plus. Maintenant, évidemment qu’il existe tout un tas d’incertitudes et tout un tas de présomptions. Il faut travaillez dessus, et par agir pour déconstruire comme vous le faite.
      Quant à « A quoi servent les modèles s’ils ne servent pas à prédire le futur ».
      Mon dieu. Je vous invite à reprendre à zéro la science des systèmes complexes et aussi à regarder à quoi servent les projections climatiques dans le processus de décision.
      Pourquoi parler science avec quelqu’un qui la nie tout en expliquant qu’il en est son chantre ?

      Question pour sortir du débat scientifique (qui n’amènera rien puisque vous n’avez rien de neuf et que ça tourne en rond, et que vu le texte de cette nouvelle assoc, on voit bien que ce n’est pas du tout scientifique) :
      en quoi la science climatique vous insupporte ? Vous êtes personnellement impliqué ? Vous êtes chercheur ? On vous a sucré des crédits pour les donner à votre ennemi du bureau d’en face ? Ou alors êtes vous intéressé par l’économie du pétrole, la chimie, et voulez lutter contre tout ce qui pourrait promouvoir les ENR et la transition ? Ou alors c’est politique ? Il faut se battre contre tout ce qui pourrait amener plus de pensée écologiste, et promouvoir la pensée libérale ? Ou vous êtes prof de maths et membre de l’ACF, et Gérondeau est votre gourou ? Peut-être est-ce religieux ? Ou encore est-ce parce que vous voulez dénoncer un complot et rétablir la vérité vraie ? La fabuleuse honnêteté intellectuelle, le scepticisme comme philosophie de vie ?

      J'aime

      • C’est fou ça : on sort du débat scientifique. Mais il n’a toujours pas commencé. Vous n’avez toujours pas cité 1 seule publi.
        Alors pour info, vous travaillez sans le savoir pour de très puissants lobby (qui doivent vous bénir en ce moment) et qui sont très très discrets dans cette histoire :
        – banques : il y a des milliards et des milliards de $ à gagner dans le traiding de permis d’émission.
        – assurance : mon assurance, comme d’autres ont augmenté leur tarif pour les habitation de 5%, c’est passé comme une lettre à la poste, car la raison était : augmentation des événements extrêmes : ce qui est parfaitement faux (pour les tempêtes, cyclones tropicaux, et même sécheresses (! ) ).
        – Industrie nucléaire : il m’a fallu attendre 1h après l’accident du Fukushima pour entendre dire dans les médias : »de toute façon, à cause du réchauffement climatique, on ne peut pas se passer de nucléaire ». ça passe comme une lettre à la poste.
        – Même les pétroliers envisagent de gagner de l’argent en utilisant pour le stockage de CO2 les réserves qui arrivent en fin de vie.

        Désolé, vous vous croyez j’imagine de gauche + écolo (tiens, comme moi ! ), mais vous êtes du pain bénit pour les industries fleurons du néo-libéralisme ! Il ne vous paye même pas et vous défendez leur cause. Bravo. Enfin, je dis ça, j’étais exactement dans votre cas jusqu’en 2007, donc, en fait je vous en veux pas trop. C’était tellement clair pour moi à l’époque qu’il y avait les gentils écolos d’un coté et les méchants pétrolier de l’autre. Et puis, et puis, il y a eu une, puis deux, puis trois , puis … , erreurs du GIEC. etc.

        Il n’y a pas d’un coté les méchants pétroliers et de l’autres les gentils écolos. Et non, c’est pas si simple : des lobbys, il y en a des 2 cotés, sauf que les pétroliers sont très facilement identifiables, alors que de l’autre coté les lobbys (nucléaires, assurances, banques, etc..) sont très très discrets !

        Et justement, pour s’y retrouver, le mieux c’est d’entendre 2 sons de cloches de publications: celles du GIEC et celles des sceptiques et de se faire une opinion après. Il n’y a QUE le débat scientifique pour s’en sortir dans cette histoire.

        Voilà, voilà.

        ps : c’est malheureusement maintenant comique ce que vous pensez de l’utilité des modèles. Sérieux, ce point, ça ne va pas du tout.

        J'aime

      • Pour climarco qui trépigne, je daigne sortir un article frais : http://www.insu.cnrs.fr/node/5222
        Je me demande bien ce que vous avez à dire de scientifique sur ce papier.

        Et puis je ne suis ni de gauche ni écolo. Et vous n’avez pas répondu à ma question, qui semble-t-il dérange, et vous parlez des lobbies alors que j’en ai pipé mot. Le grand complot peut-être ? Vous avez un double discours : ne prenons que la science, mais surtout la science qui contre la propagande médiatique. Vos contre-exemples de lobbies sont peu convaincants. Ces industries profitent d’une situation, d’un emballement médiatique, ce qui est « normal » dans un monde capitaliste. Et cela ne remet en rien en cause la science climatique elle-même, à moins qu’elle soit manipulée. Special guest pour Willie Soon…
        Vous prenez le problème à l’envers, parce que vous êtes arrivé dans le sujet non pas par des recherches, mais par le prisme blog/média/politique/complot, qui vous a emmené sur le sujet scientifique du RCA par l’argumentaire sceptique. Vous avez ensuite pris le temps de lire les rapports du Giec, enfin juste les dernières pages parce qu’on vous a dit le faire. Vous connaissez toutes les publis un tantinet sceptique parce qu’elles sont listés par des gars comme Duran. Mais jamais vous ne faite de veille sur les autres publis.
        N’ai-je point raison ?

        Quant au débat scientifique sur des blogs… Laissez moi rire. Si vous arriviez à démontrer que balancer d’énormes quantités de GES anthropiques ne changerait rien aux propriétés de l’atmosphère et donc au climat sur le long terme, vous seriez prix nobel.

        Enfin sur les modèles vous débarquez on dirait. Les modèles ne sont pas des boules de cristal, mais des outils de travail…

        Quant à l’optimum médiéval, on s’en fout comme de son premier jambon-beurre sur la question du RCA, qu’il ait été pareil, un peu moins, un peu plus, c’est du grand n’importe quoi. Je dirai même plus, c’est de la psychanalyse pour insecte.
        Quand on connait les problématiques liées à la recherche sur le RCA, on ne passe son temps à parler de l’OM…

        J'aime

    • Loehle 2007 ne doit plus être cité puisque Loehle 2008 (CORRECTION TO: A 2000-YEAR GLOBAL TEMPERATURE RECONSTRUCTION BASED ON NON-TREE RING PROXIES) remplace l’article de 2007 … suite à des erreurs …

      Ainsi, la première conclusion : « The mean series shows the Medieval Warm Period (MWP) andLittle Ice Age (LIA) quite clearly, with the MWP being approximately 0.3°C warmer than 20th century values at these eighteen sites.

      Est devenue : The warmest tridecade of the MWP was warmer than the most recent tridecade, but not significantly so.

      Bref, comme avec le papier de Moberg il n’est pas possible de dire que l’optimum médiéval a été plus chaud que notre période actuelle.

      J'aime

      • Bonjour,
        Alors déjà c’est bien, il y a un débat scientifique.
        Le principale, vu les approximations des reconstructions, c’est que l’ordre de grandeur des niveaux max de températures soient équivalents autour des optimums, ce qui est le cas avec Grud 2008. Or, le MWP est atteint sans augmentation de CO2, donc c’est étonnant. En accord, entre autre, avec « Clim. Past, 8, 765–786, 2012 ». Pour Grudd, on peut étendre un peu la zone représentative, de toute façon en Europe il y a pas mal de publi montrant là encore, un MWP au grand minimum du même ordre de grandeur que le notre.

        J'aime

      • 1-«Alors déjà c’est bien, il y a un débat scientifique».
        On trouve l’état de la science dans le chapitre 5 de l’AR5. Cf par exemple la figure 5.7 : “the higher temperature of the last 30 years appear to be at least likely the warmest 30-year period in all reconstructions”

        2-«Le principale, vu les approximations des reconstructions, c’est que l’ordre de grandeur des niveaux max de températures soient équivalents autour des optimums»
        Euh … je ne suis pas certain de comprendre. Les niveaux max de températures ne sont absolument pas équivalents entre les différentes reconstructions.

        3-«Or, le MWP est atteint sans augmentation de CO2, donc c’est étonnant. En accord, entre autre, avec Clim. Past, 8, 765–786, 2012 »
        Attention. Si Christiansen & Ljungqvist, 2012 disent bien que «The two-millennia long reconstruction shows a well defined Medieval Warm Period, with a peak warming ca. 950–1050AD reaching 0.6°C» ils se réfèrent dans la même phrase à leur période de référence 1880-1960 ; delta de température rattrapé sur les 30 dernières années (HadCru4, +0.6°C) et dépassé sur les 10 dernières (HadCru4, +0.8°C). En somme ils ne disent rien de fondamentalement différent de l’AR5

        4-«Or, le MWP est atteint sans augmentation de CO2, donc c’est étonnant.»
        Il faut faire très attention à ne pas se mélanger les pinceaux. Par ce genre de phrase vous semblez insinuer que l’influence des gaz à effet de serre est négligeable par rapport à la variabilité naturelle. Ce qui est faux ; démontré sur des périodes plus anciennes et non remis en question par les climato-sceptiques.
        Le fonctionnement du système climatique de la MWP n’est pas comparable au fonctionnement actuel puisqu’à l’époque médiévale les concentrations de GES sont pilotées par la variabilité naturelle puis ces GES exercent une rétroaction sur le système climatique. A notre époque les GES jouent dans les deux sens. Ils exercent un forçage additionnel direct sur le système climatique et ils exercent des rétroactions.
        A l’hypothèse « l’optimum médiéval était aussi chaud que la période actuelle », on peut opposer : si la variabilité naturelle permet de gagner 0.6°C (Christiansen & Ljungqvist) et puisque les GES ont une influence positive sur les températures alors la combinaison des deux doit pouvoir produire des deltas de températures plus élevés.
        En résumé, et puisque les éléments du système ne sont pas les mêmes, la position de Chria «on s’en fout comme de son premier jambon-beurre sur la question du RCA» est assez justifiée.

        5-«Pour Grudd, on peut étendre un peu la zone représentative, de toute façon en Europe il y a pas mal de publi montrant là encore, un MWP au grand minimum du même ordre de grandeur que le notre.»
        La synthèse correcte est faite dans le chapitre 5 de l’AR5.

        J'aime

      • « On trouve l’état de la science dans le chapitre 5 de l’AR5.  »
        Non, par exemple, l’AR5 fait référence à peine aux publi sur l’impact indirecte des éruptions solaires et il y en a énormément, ça m’a surpris.

        « Cf par exemple la figure 5.7 : “the higher temperature of the last 30 years appear to be at least likely the warmest 30-year period in all reconstructions”. »

        Et bien non, justement, on répertorie au moins une centaine de publi en contradiction avec cette affirmation. On en trouve ici :
        http://www.co2science.org/data/mwp/mwpp.php

        2-«Le principale, vu les approximations des reconstructions, c’est que l’ordre de grandeur des niveaux max de températures soient équivalents autour des optimums»
        « Euh … je ne suis pas certain de comprendre. Les niveaux max de températures ne sont absolument pas équivalents entre les différentes reconstructions. »

        Bon, là on est justement pas d’accord. Ce point est très important.

        « 3-«Or, le MWP est atteint sans augmentation de CO2, donc c’est étonnant. En accord, entre autre, avec Clim. Past, 8, 765–786, 2012 »
        Attention. Si Christiansen & Ljungqvist, 2012 disent bien que «The two-millennia long reconstruction shows a well defined Medieval Warm Period, with a peak warming ca. 950–1050AD reaching 0.6°C» ils se réfèrent dans la même phrase à leur période de référence 1880-1960 ; delta de température rattrapé sur les 30 dernières années (HadCru4, +0.6°C) et dépassé sur les 10 dernières (HadCru4, +0.8°C). En somme ils ne disent rien de fondamentalement différent de l’AR5 ».

        Ici aussi il faut absolument mettre les intervalle de confiance. Mais de toute façon, entre +0.6 et +0.8, on est à peu près du même ordre de grandeur.

        « 4-«Or, le MWP est atteint sans augmentation de CO2, donc c’est étonnant.»
        Il faut faire très attention à ne pas se mélanger les pinceaux. Par ce genre de phrase vous semblez insinuer que l’influence des gaz à effet de serre est négligeable par rapport à la variabilité naturelle. Ce qui est faux ; démontré sur des périodes plus anciennes et non remis en question par les climato-sceptiques. »

        Donc, là je ne sais pas si on c’est bien compris. En tout cas, le MWP a été atteint sans augmentation de CO2 donc uniquement avec la variabilité naturelle.

        « A l’hypothèse « l’optimum médiéval était aussi chaud que la période actuelle », on peut opposer : si la variabilité naturelle permet de gagner 0.6°C (Christiansen & Ljungqvist) et puisque les GES ont une influence positive sur les températures alors la combinaison des deux doit pouvoir produire des deltas de températures plus élevés. »

        Alors là, on est d’accord. Et TOUT le débat est de savoir de combien est ce delta justement. Je donne ici qq opinions de climatologues sceptiques : sur les 0.6 ou 0.8 gagné depuis environ 1850, 0,2 vient du CO2, ou 0,4 vient du CO2, selon la personne interrogée. Par contre, pour la suite, leur prévision n’est pas catastrophique. J’ai entendu par ex Lindzen qui pense +1.5 en 2100.
        Bref, un delta de combien ? Et le problème, vu les erreurs des modèles déjà actuellement, c’est que c’est pas eux qui vont nous le dire.

        « En résumé, et puisque les éléments du système ne sont pas les mêmes, la position de Chria «on s’en fout comme de son premier jambon-beurre sur la question du RCA» est assez justifiée. »

        Et bien non, le MWP est gênant, les climats du passé sont riches d’enseignement.
        Et donc, on met de coté le MWP ? Non, je ne pense pas que ce soit sage de mettre de coté des données.
        D’ailleurs, c’est assez amusant, on m’a sorti une fois, que puisque Venus avait atteint +400°, avec énormément de CO2, le destin de la terre serait le même. Ce qui revient à comparer le système climatique de Venus et celui de la terre (et à oublier que les distances planètes soleil sont différentes ds les 2 cas). C’est juste une remarque au passage, je sais que vous n’en avez pas parlé.

        « 5-«Pour Grudd, on peut étendre un peu la zone représentative, de toute façon en Europe il y a pas mal de publi montrant là encore, un MWP au grand minimum du même ordre de grandeur que le notre.»
        La synthèse correcte est faite dans le chapitre 5 de l’AR5. »

        Non, il manque beaucoup de publis justement.

        J'aime

      • « Non, par exemple, l’AR5 fait référence à peine aux publi sur l’impact indirecte des éruptions solaires et il y en a énormément, ça m’a surpris».
        Le sujet était l’optimum médiéval.

        «Et bien non, justement, on répertorie au moins une centaine de publi en contradiction avec cette affirmation. On en trouve ici»
        Aïe … Le Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change n’est pas un institut de recherche mais une «non-profit organization» abondamment financée par Exxon Mobil. Les objectifs sont clairement affichés : montrer que le CO2 va sauver la production végétale et tout faire pour nier le CC (rapport NIPCC). Je n’accorderai pas plus de crédit à ce groupe que les climato-sceptiques n’en accordent au WWF. Ceci n’est pas de la science.
        Assez marrant par ailleurs de trouver dans cette sélection beaucoup d’études dendrochronologiques quand celles-ci servent «la cause» alors que l’utilisation de ces séries est considéré comme une ignominie par les CS (cf. les histoires de Mann par exemple). Deux poids, deux mesures … Marrant de voir également que les bornes temporelles de la «période actuelle» ne sont que très rarement données : fait-on référence à 1900-1950 ou plus tard ? Ca peut faire une sacrée différence : http://www.pnas.org/content/105/36/13252/F3.large.jpg. Enfin, du point de vue des reconstructions globales, ce n’est pas en compilant n études réalisées sur des n proxy, avec n méthodes que l’on peut en déduire comme qui rigole une tendance globale. Relisez Christiansen & Ljungqvist, Loehle et Moberg pour vous convaincre des méthodes «propres». Un petit tour sur Google scholar vous permettra également de dénicher tout un tas de publis qui montre le contraire de ce que vous avancez et qui étonnamment n’ont pas été sélectionnées par G.D. Idso.

        2-«Bon, là on est justement pas d’accord. Ce point est très important».
        CO2 Science propose un graphe allant de -3.75 à +de 5°C. C’est quand même assez différent non ?

        3-«Mais de toute façon, entre +0.6 et +0.8, on est à peu près du même ordre de grandeur». Dans votre cuisine oui. A l’échelle globale non.

        4-«En tout cas, le MWP a été atteint sans augmentation de CO2 donc uniquement avec la variabilité naturelle» en y incluant un très faible forçage volcanique à la différence du minimum qui a suivi et de la période actuelle.

        5-«Bref, un delta de combien ? / J’ai entendu par ex Lindzen qui pense +1.5 en 2100.»
        Et ? Il faudrait le croire sur parole ? Ce 1.5°C est la valeur basse retenue par la blogoshère CS et bien entendu elle ne prend pas en compte les rétroactions.

        5bis-«Et le problème, vu les erreurs des modèles déjà actuellement, c’est que c’est pas eux qui vont nous le dire.»
        Ne vous faites pas enfumer par les blogs. Les projections ensemblistes faites pour 2100 voir plus ne sont pas faites pour la prévision décennale qui est essentiellement pilotée par les océans de façon non périodique.

        6-«Et bien non, le MWP est gênant»
        Pas du tout. Il est au contraire riche d’enseignements et un terrain de jeu formidable pour les modélisateurs.

        J'aime

      • «Et bien non, justement, on répertorie au moins une centaine de publi en contradiction avec cette affirmation. On en trouve ici»
        « Aïe … Le Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change n’est pas un institut de recherche mais une «non-profit organization» abondamment financée par Exxon Mobil. »

        Alors, le principal sur le site mentionné, c’est que la liste des publies qui sont sélectionnées par le site existent bien dans des revues à comité de relecture et qu’elles sont suffisamment nombreuses, pour se dire qu’il ne se passe pas grand chose actuellement par rapport au MWP ou au moins d’avoir un doute, c’est à dire avoir du scepticisme.

        « Assez marrant par ailleurs de trouver dans cette sélection beaucoup d’études dendrochronologiques quand celles-ci servent «la cause» alors que l’utilisation de ces séries est considéré comme une ignominie par les CS (cf. les histoires de Mann par exemple). Deux poids, deux mesures …  »

        Les études dendrochronologiques que j’ai repéré sont soit issues d’arbres en altitudes soit dans un climat froid, c’est à dire là où la T° est un facteur déterminant pour l’arbre, ce n’est pas contradictoire.

        « Marrant de voir également que les bornes temporelles de la «période actuelle» ne sont que très rarement données : fait-on référence à 1900-1950 ou plus tard ? Ca peut faire une sacrée différence : http://www.pnas.org/content/105/36/13252/F3.large.jpg.  »

        C’est pas clair ce que vous dites ici. J’ai vu beaucoup de graphes se terminant en 2000. Comme la T° stagne depuis (au IC près), je ne vois pas le pb.

        « Enfin, du point de vue des reconstructions globales, ce n’est pas en compilant n études réalisées sur des n proxy, avec n méthodes que l’on peut en déduire comme qui rigole une tendance globale. Relisez Christiansen & Ljungqvist, Loehle et Moberg pour vous convaincre des méthodes «propres».

        J’ai donné quelques publies montrant la T° globale, puis j’ai fait un zoom sur différente région pour vérifier. Ma fois, c’est pas si mal.

        « Un petit tour sur Google scholar vous permettra également de dénicher tout un tas de publis qui montre le contraire de ce que vous avancez et qui étonnamment n’ont pas été sélectionnées par G.D. Idso. »

        Le tout c’est de savoir que dans la balance, il n’y a pas que des publis sur les T° alarmistes, ce qui mène tout simplement au doute et donc au scepticisme. Autre point qui mène au scepticisme : la fonte partielle du Greenland pendant le MWP permettant aux vikings de faire de l’élevage pendant plus de 300 ans. Est ce qu’on a battu ce record ? Non.

        « 2-«Bon, là on est justement pas d’accord. Ce point est très important».
        CO2 Science propose un graphe allant de -3.75 à +de 5°C. C’est quand même assez différent non ? »

        Pas clair.

        « 3-«Mais de toute façon, entre +0.6 et +0.8, on est à peu près du même ordre de grandeur». Dans votre cuisine oui. A l’échelle globale non. »

        Bah non, car il s’agit dans les 2 cas d’un léger réchauffement de la planète.

        « 4-«En tout cas, le MWP a été atteint sans augmentation de CO2 donc uniquement avec la variabilité naturelle» en y incluant un très faible forçage volcanique à la différence du minimum qui a suivi et de la période actuelle. »

        Pas clair. Car dans la période actuelle, il n’y a pas que le CO2 qui a varié mais les indices multidécenaux des océans par ex, et aussi les éruptions solaires avec leurs effets indirects probables (voir le projet CLOUDS par ex).

        « 5-«Bref, un delta de combien ? / J’ai entendu par ex Lindzen qui pense +1.5 en 2100.»
        Et ? Il faudrait le croire sur parole ? Ce 1.5°C est la valeur basse retenue par la blogoshère CS et bien entendu elle ne prend pas en compte les rétroactions. »

        Mais il faudrait croire sur parole les modélisateurs ? Voir les erreurs des modèles un peu plus loin.

        « 5bis-«Et le problème, vu les erreurs des modèles déjà actuellement, c’est que c’est pas eux qui vont nous le dire.»
        Ne vous faites pas enfumer par les blogs. Les projections ensemblistes faites pour 2100 voir plus ne sont pas faites pour la prévision décennale qui est essentiellement pilotée par les océans de façon non périodique. »

        Les erreurs sont par ex :

        – Pour les 18 dernières années : 18 ans d’erreurs dans des modèles chaotiques sur la T°. Il est PAS question de parler de tendance. Mais de problème avec des modèles CHAOTIQUES (je souligne ce qui me parait important).
        – nuages : extrêmement mal modélisés.
        – bilan de chaleur de la terre : extrêmement mal modélisé.
        – pluviométrie : gros écart quand on passe d’un modèle à l’autre.
        – T° en altitude au dessus des tropiques, appelé le pb du Hot Spot, mal modélisée.

        ça fait beaucoup pour des modèles systémiques, dynamiques, chaotiques, et non linéaires. Franchement, c’est pas terrible.

        J'aime

      • Une autre étude pour climarco : http://www.insu.cnrs.fr/node/5226
        Sinon rosa vous perdez votre temps climarco a décidé de dire NON aux arguments que vous présentez, sans aucune démonstration, sauf à alignez des poncifs jamais vérifiés ou renvoyer sur des sites de propagande de pseudo-science, et dire tout cela gentiment, posément, comme quelqu’un de sage et sûr de son fait… « 18 ans d’erreurs dans les modèles chaotiques ».
        On croit rêver…
        Et enfin, le double langage, c’est une spécialité climato-sceptique :
        – La température ne grimpe pas de manière linéaire avec le CO2 depuis une dizaine d’année ? C’est la preuve ! => cf les cris d’orfèvre pour rappeler que le climat est un système complexe multi-factoriel, ou encore le rôle du soleil…
        – Les données de températures montrent le hiatus ? La preuve messieurs ! => cf les séries climatiques sont bidouillées et c’est l’urbanisation qui fait le réchauffement.
        Et maintenant les proxis maléfiques sont sanctifiés…

        L’avantage de l’argumentaire CS est qu’il est à géométrie variable : un véritable couteau-suisse pour triturer les esprits. Mais le niveau zéro de l’intérêt scientifique.

        J'aime

      • « Autre point qui mène au scepticisme : la fonte partielle du Greenland pendant le MWP permettant aux vikings de faire de l’élevage pendant plus de 300 ans. Est ce qu’on a battu ce record ? Non. »
        Ah je ne l’avais pas vu celle-là ! ! !
        Là c’est bon on touche le fond.
        climarco arrêtez de répéter comme un perroquet ce que vos maîtres écrivent et pensez par vous-même et allez vérifier chaque source pour chaque affirmation blogesque.
        A ce niveau c’est pas du « scepticisme » mais du « suivisme ».
        Moi je suis sceptique parce que je ne fais pas confiance aveuglément à ce que me dise les uns et les autres. J’utilise mon esprit critique. Quand je vous mets des publis qui parlent d’incertitude, c’est pour montrer que tout n’est pas noir ou blanc. Je n’ai pas à être « contre » pour être « sceptique ». Demandez-vous si vous êtes vraiment un sceptique. Moi à vous lire je dirai que non, vous êtes déjà dans le contre-dogme du dogme que vous dénoncez. Vous n’acceptez aucun résultat scientifique publié qui peut aller dans le sens du RCA. C’est du dogme.
        Maintenant moi je comprend vos doutes quand on se rend compte que la science climatique n »est pas une science de preuve, comme d’ailleurs toutes les sciences complexes, alors qu’on vous a dit dans les médias le contraire. Mais ouvrez les yeux. Ou alors dites tout de suite que vous faites ça pour d’autres raison que la science.

        Enfin regardez vos posts précédents de réponse mano a mano avec rosa. Du pure mitraillage d’arguments « cartouche » dont le but est tellement évident.

        Rosa, c’est un jeu et il a le bon rôle. 10seconde pour dire une connerie, 10 min pour dire pourquoi s’en est une.

        J'aime

      • Et enfin climarco, que pensez-vous des deux dernières études que j’ai indiqué ?
        N’allez pas chercher dans la boîte à outil sceptique, ces articles sont trop récents. On pourra discuter de votre argumentaire si vous avez trouvez des erreurs et on le soumettra à une revue à comité de lecture.

        J'aime

      • Ah Clouds… Le summum… La cartouche qui prend ce que les CS attendait de l’expérience comme résultat de l’expérience… Alors que celle-ci n’a rien apporté…
        Quant à Lindzen, c’est parole d’évangile, mais les autres, c’est mensonge…
        Moi je suis stimulé par tant de mauvaise foi.

        J'aime

      • Pour l’article de L’article de Melvin et al, on peut lire :

        If the good fit between these tree-growth and temperature data
        is reflected at the longer timescales indicated by the smoothed
        chronologies (Figures 5c and S20d, available online), we can
        infer the existence of generally warm summers in the 10th and
        11th centuries, similar to the level of those in the 20th century.
        Shorter warm periods appear to have occurred in the mid 8th century,
        the early 15th century and the mid 18th century. Cool conditions
        prevailed from the late 16th to the end of the 17th century
        and shorter cool periods include the early 9th century, the mid
        12th century, the early 19th century, and in the early 20th century,
        with TRW data perhaps implying somewhat greater amplitude of
        cooling at these times depending on the manner of chronology
        scaling. These conclusions, and the evidence of comparatively
        similar warmth in medieval and recent century summers, are in
        accord with earlier temperature inferences based on RCS processing
        of these or similar earlier Torneträsk data (Briffa et al., 1992;
        Grudd et al., 2002). However the new results contradict the evidence
        presented by Grudd (2008) that northern Fennoscandia
        ‘may have been considerably warmer than previously recognised’

        Bref, quand je dis qu’on est du même ordre de grandeur entre le MWP et CWP, l’argument suivant (tiré du texte) : « These conclusions, and the evidence of comparatively similar warmth in medieval and recent century summers, are in
        accord with earlier temperature inferences based on RCS processing
        of these or similar earlier Torneträsk data (Briffa et al., 1992;
        Grudd et al., 2002). », va tout à fait dans le sens de mon opinion. Désolé.

        Et pour les Pyrénées, on en a plein des courbes en Europe qui vont encore montrer que le MWP et le CWP sont du même ordre de grandeur, largement de quoi avoir du scepticisme devant les différentes courbes en cross en hockey qu’on a voulu nous faire avaler depuis 2001.

        Voilà, voilà.
        (Et pas la peine de rajouter de l’agressivité dans le texte).

        J'aime

      • Ca va être un peu long mais c’est ma dernière contribution.
        Merci à Benoît Rittaud d’avoir accepté ces long échanges.

        1 – «Le coté stimulant, ça a été juste de chercher l’article qu’il fallait « SURTOUT » lire de Melvin et al, ou on peut voir».
        Comme tout bon CS vous ne retenez donc que ce qui vous arrange en mettant le reste de l’info sous le tapis. Citer Melvin sans citer Grüdd (et inversement comme le fait Courtillot) est une escroquerie puisque Melvin est une réponse à Grüdd et qu’il remet en question les résultats précédemment obtenus ; démontrant ainsi qu’il faut être extrêmement prudent avec ce genre d’analyse. Et qu’en l’occurrence, on ne parle que de Torneträsk.

        2.1 – «Sur la sélection du site d’EXon, qu’est ce qu’on peut dire :»
        Le site d’Exxon … comme vous y allez …
        Qu’est-ce qu’on peut dire ? Mais rien. Absolument rien. Cette sélection n’a rien de scientifique puisqu’elle n’est pas faite dans les règles de l’art. C’est la sélection orientée d’un site militant.
        En creusant un peu (c’est à dire en lisant les papiers qui sont cités) on se rend vite compte qu’une fois encore ces sceptiques ne retiennent que ce qui les arrange et ne disent surtout pas que la plupart des proxy et des méthodes ne permettent pas d’avoir une vision claire du niveau atteint par la MWP.

        2.2 – «il y a d’un coté une énorme liste de publi indiquant que le MWP est du même ordre de grandeur que le notre. Mais au lieu d’avoir de la prudence et donc du scepticisme, le GIEC nous a « offert » d’autres courbes.»
        Un fois encore vous vous prenez les pieds dans le tapis et vous nous démontrez que vous ne maîtrisez pas vos propos. Au lieu de répéter à l’envi que le GIEC ne fait pas son boulot lisez ceci attentivement :
        Continental-scale surface temperature reconstructions show, with high confidence, multi-decadal periods during the Medieval Climate Anomaly (950 to 1250) that were in some regions as warm as in the mid-20th century and in others as warm as in the late 20th century. With high confidence, these regional warm periods were not as synchronous across regions as the warming since the mid-20th century. Based on the comparison between reconstructions and simulations, there is high confidence that not only external orbital, solar and volcanic forcing, but also internal variability, contributed substantially to the spatial pattern and timing of surface temperature changes between the Medieval Climate Anomaly and the Little Ice Age
        C’est à la page 386 du chapitre 5 de l’AR5.

        Le GIEC ne dit donc pas ce que vous voulez lui faire dire. Il dit que régionalement les T ont pu être égales ou plus forte que l’actuel mais qu’il n’y a pas de synchronisme dans le phénomène à la différence de l’actuel et pas d’homogénéité spatiale comme l’actuel. C’est bien ceci qui pose problème avec l’optimum médiéval. Essayez au moins de le comprendre.

        2.2 – «Donc, on a en grande quantité d’un coté des courbes inquiétantes publiées et de l’autres des courbes rassurantes publiées. Bon, et bien, ça suffit pour dire que le consensus n’existe pas point de vu T° et donc on peut sans problème avoir du scepticisme !»
        Tout ça c’est dans vos rêves de combat entre le gentil C.D. Ipso et le méchant GIEC. Cette phrase montre bien que vous n’avez rien compris au problème de l’optimum médiéval qui n’est pas, comme vous le répétez sans cesse, un problème de niveau de température. Et je ne parle même pas de l’attribution.

        2.3 – «vu le problème soulevé par la première courbe de Mann»
        Dans les rêves des climatosceptiques. Toutes les reconstructions de T sont incluses dans la zone d’incertitude de la courbe de Mann qui n’est jamais mentionnée par les CS.

        2.4 – «on peut en plus se méfier de la sélection du GIEC et oui, le GIEC n’a pas fait son boulot pour répertorier l’ensemble de publi sur la T°»
        Vous êtes en fait un guignol qui n’a absolument aucune notion du fonctionnement du WP1. Je ne perds pas de temps avec ça. Comme dit Chria quelques secondes pour sortir une ineptie et des heures pour prouver que c’est une ineptie.

        3 – «Donc, attention : ça stagne depuis 19 ans»
        Répétez à l’envi votre crédo mais allez tout de même voir le petit pdf que je vous ai indiqué. La T land a un coup de mou pas celle de la mer. Et le changement climatique ça n’est pas uniquement la courbe de température de la T Land.

        4 – «aucun modèle n’a prédit cette stagnation»
        Puisqu’ils ne sont absolument pas fait pour ça et qu’ils ne pouvaient donc pas la prévoir et que cette stagnation des T Land n’est absolument pas anormale. Ca fait plusieurs fois qu’on vous le dit.

        5 – «à part les modèles concurrents du GIEC mais ils sont faits par des sceptiques»
        Qui sont juste des modèles corrélatifs à la sauce Scafetta and co. et qui ne valent pas tripette.
        La non plus je ne vais pas rentrer dans le débat. Vous faites le perroquet CS sans rien connaitre de la modélisation climatique.

        6 – « Hot spot & Letreut»
        Vous n’avez donc pas lu la petite synthèse que je vous ai proposée. Je ne reviens donc pas là-dessus.

        7 – «Et des publis récentes le confirment : pas de hot spot.»
        Allez donc voir Allen (2008), Haimberger (2008), Sherwood (2008), Titchner 2009, ,

        8 – sur le bilan de chaleur : voir Lindzen (2011) qui reprend Lindzen (2009) en répondant à toutes les critiques.
        Profitez-en pour aller voir ce qui lui est reproché dans Trenberth et al (2010) Murphy (2010), Chung et al (2010), Dessler (2011).
        Lindzen a fait son meaculpa. A été forcé d’admettre qu’il c’était trompé, qu’il avait fait des erreurs et il a sorti la version de 2011 sans prendre en compte la plupart des principaux commentaires et des résultats contradictoires de la version de 2009. Quatre reviewers (dont 2 choisis par Lindzen) on jugé que le papier n’avait pas une qualité convenable et que les conclusions n’étaient pas justifiées. PNAS a refusé de publier ce papier.

        9 – «le projet CLOUD»
        Racontez ce que vous voulez mais avant tout aller lire les publis. Le projet CLOUD a renvoyé les deux clans dos à dos en montrant qu’il n’y avait RIEN de conclusif.

        10 – «j’aime beaucoup votre remarque d’une naïveté incroyable ! « regardez la télé, vous serez informé ». Autant vous dire tout de suite, vous perdez définitivement (après l’histoire de Melvin et al) en crédibilité sur ce coup là. C’est parfait comme remarque.»
        Le cherry picking jusque dans mes propos. Vous êtes donc un sombre escroc manipulateur en fait.
        J’ai dit ceci : «Regarder la télé ça permet de s’informer. Lire un journal ça permet d’aller en profondeur. Lire des journaux de sensibilités différentes ça permet de se forger une opinion. ». Toute la phrase a son importance mais ça vous passe au-dessus de la tête puisque pour vous faire une opinion vous pratiquez le comptoir du bistrot d’en face.

        11 – la science climatique c’est une passion !
        Vous mentez. Si c’était une passion vous bosseriez sérieusement ce qui n’est visiblement pas le cas puisque vous ne maîtrisez aucun élément du sujet.

        12 – « Etes-vous chercheur ? Oui. »
        Je ne vous crois pas une seconde car plein de petits détails permettent d’en douter. Un chercheur auto-proclamé sans doute … comme il y en a temps, ou sans labo, ou sans connaissance ni formation sur le climat.

        13 – ON NE DOIT PAS GÂCHER L’ARGENT DES PROJETS ENVIRONNEMENTAUX dans des faux problèmes !!!
        C’est le crédo des sceptiques : à ma bonne dame, si on ne gaspillait pas d’argent dans le climat les petits africains mangeraient à leur faim …
        Bullshit … écran de fumée …
        Donc vous n’êtes pas un scientifique passionné par le climat mais un militant qui considère a priori que le changement climatique n’est pas un problème. Les sciences du climat vous posent donc un gros problème.

        13 – « Je mettrai Melvin et al dans mes présentations maintenant »
        Je suis curieux de voir ça. Je m’inscrit tout de suite à la prochaine.

        14 – comme tout les réchauffistes, vous ne pouvez pas répondre aux arguments scientifiques et on observe comme réponse, soit la colère, soit le silence, soit la mauvaise fois.
        Mais Climarco … vous n’avez aucun argument scientifique. Vos théories sans cesse reprises sur le net ont fait long feu depuis longtemps. Que le citoyen sans formation se face prendre passe encore mais qu’un scientifique comme vous prétendez l’être soit capable d’autant d’obscurantisme c’est affligeant.
        Laissez tomber votre «combat» et revenez aux fondamentaux de la démarche scientifique.

        J'aime

    • Oops … Loehle est aller se fourrer dans la mauvaise case un peu plus bas …

      Concernant Grudd 2008, le papier ne concerne pas la « zone Europe du Nord » mais le site de Torneträsk
      Et il faut lire aussi Büntgen, Frank, Grudd, Esper, 2008 qui n’arrivent pas à la même conclusion ; et surtout Melvin, Grudd, Briffa 2013

      J'aime

      • Pour :
        Thomas M Melvin, Håkan Grudd and Keith R Briffa (2013).
        J’ai trouvé :
        http://www.cru.uea.ac.uk/cru/papers/melvin2012holocene/
        Avec en partie cette conclusion : »the new MXD and TRW chronologies now present a largely consistent picture of long-timescale changes in past summer temperature in this region over their full length, indicating similar levels of summer warmth in the medieval period (MWP, c. ad 900-1100) and the latter half of the 20th century. « .
        Comme c’est un argument qui va dans mon sens (à savoir même ordre de grandeur en T° du MWP et du CWP) et pas dans le votre, il dois y avoir un pb quelque part.

        Et pour :
        Büntgen, Frank, Grudd, Esper, Long-term summer temperature variations in the Pyrenees, concerne les Pyrénées, c’est bien ça ?

        (en tout cas merci pour le débat, c’est stimulant)

        J'aime

      • L’article de Melvin et al est ici :
        http://www.researchgate.net/profile/Thomas_Melvin/publication/258139140_Potential_bias_in_updating_tree-ring_chronologies_using_regional_curve_standardisation_Re-processing_1500_years_of_Tornetrsk_density_and_ring-width_data/links/0deec52e79a34f2eca000000.pdf

        Et manque de bol, contrairement à ce que vous pensez, les conclusions de l’article ne vont pas dans votre sens. Vous avez-vous-même cité Grudd et Torneträsk comme un bel exemple de MWP supérieur à la période actuelle et les auteurs revoient justement leurs conclusions dans ce papier :
        “The new chronologies presented here provide mutually consistent evidence, contradicting a previously published conclusion (Grudd, 2008), that medieval summers (between 900 and 1100 ce) were much warmer than those in the 20th century.”

        Et oui, pour Büntgen et al, l’article concerne les Pyrénées … comme celui de Grudd concerne Torneträsk.

        Donc rien de neuf sous le soleil. Contrairement à ce que voudraient vous faire gober les CS, la période médiévale n’a certainement pas été plus chaude qu’aujourd’hui.

        J'aime

      • 1 – «Alors, le principal sur le site mentionné, c’est que la liste des publies qui sont sélectionnées … »
        Mais non ça n’est pas le principal ! Vous le dites vous-même ; sur de tels sites les infos ne peuvent qu’être SELECTIONNEES. Ca n’est pas du tout ça la démarche scientifique. Surtout quand les objectifs de l’association sont clairement affichés avant toute action. Ca n’est pas du scepticisme mais du bourrage de crâne.

        Le site dont vous parlez (le Center for the Study of Carbon Dioxide and Global Change) n’a pas été conçu par empathie pour la planète mais juste pour promouvoir les bienfaits du CO2 POUR L’ECONOMIE AMERICAINE.
        Ce site ne s’adresse bien évidemment pas à un public de scientifiques. Les croyez-vous assez idiots pour ne pas connaitre ces papiers et tous les autres qui apportent des résultats contradictoires à la sélection de CO2 Science ? L’idée générale de l’affaire c’est juste de vendre du doute et faire croire à la grande conspiration internationale.

        2 – «Les études dendrochronologiques que j’ai repéré sont soit issues d’arbres en altitudes soit dans un climat froid, c’est à dire là où la T° est un facteur déterminant pour l’arbre, ce n’est pas contradictoire»
        Si, c’est parfaitement contradictoire. Dans les sphères CS, si les analyses dendrochronologiques ne vont pas dans le sens souhaité alors c’est parce que les scientifiques qui utilisent ces proxy sont des gens foutre et les cernes sont alors supposé ne pas reproduire le climat. Par contre, si d’autres études dendrochronologiques vont dans le sens souhaité (MWP > actuel) alors se sont de bonnes études. Là encore il n’y a rien de scientifique.

        3 – «C’est pas clair ce que vous dites ici. J’ai vu beaucoup de graphes se terminant en 2000. Comme la T° stagne depuis (au IC près), je ne vois pas le pb».
        Ca n’est pas parce que l’axe des x va jusqu’à 2000 que la série de donnée va jusqu’à 2000. Il ne faut pas se contenter de regarder les images. Et contrairement à ce que vous croyez (a ce que l’on voudrait vous faire croire), la T ne stagne pas depuis 2000.
        Lisez ceci (ça n’est pas long) :
        http://static.berkeleyearth.org/memos/Global-Warming-2014-Berkeley-Earth-Newsletter.pdf
        Vous devriez comprendre avec ça que le problème du réchauffement climatique ça n’est pas QUE une courbe de T sur les continents.
        Vous savez Berkeley / le projet Best … c’était au départ des climatosceptiques qui voulaient refaire tous les calculs pour pétarder «le système». Bin en bossant un peu ils se sont convaincu eux mêmes …

        4 – «Le tout c’est de savoir que dans la balance, il n’y a pas que des publis sur les T° alarmistes, ce qui mène tout simplement au doute et donc au scepticisme».
        Et vous pensez sérieusement que les gens dont c’est le boulot n’y ont pas pensé avant vous ? Les synthèses sont faites je vous l’ai déjà dit. Tout le reste ça n’est que des chiffons rouges agités devant les yeux de bloggeurs ébahis. Comme le dit Chria, si on s’intéresse VRAIMENT à la chose climatique, il va falloir que vous bossiez sérieusement (et pas en surfant sur des blogs) pour avoir TOUS les éléments en main et vous faire votre propre opinion.
        Regarder la télé ça permet de s’informer. Lire un journal ça permet d’aller en profondeur. Lire des journaux de sensibilités différentes ça permet de se forger une opinion.

        5-«Autre point qui mène au scepticisme : la fonte partielle du Greenland pendant le MWP permettant aux vikings de faire de l’élevage pendant plus de 300 ans. Est ce qu’on a battu ce record ? Non.»
        Grosse marrade …
        La petite bande côtière au sud-ouest du Groenland, habitée à l’époque Vicings et même en -2000 avant JC, l’est toujours aujourd’hui et on y pratique encore l’élevage. Les populations Vikings étaient présentes par la volonté d’Erik le Rouge qui souhaitait entretenir des comptoirs commerciaux mais l’affaire a périclité avec les épidémies de peste noire qui ont stoppé les échanges commerciaux. Pas de ravitaillement = mort assurée : le climat du Groenland, contrairement à la belle légende CS n’a jamais été favorable à l’installation humaine de culture européenne. Un autre indice, l’âge de la calotte de glace du Groenland est de 40 000 ans.
        Une fois encore ne vous contentez pas de colporter les âneries glanées à gauche et à droite. Documentez-vous sérieusement.

        « 2-«Bon, là on est justement pas d’accord. Ce point est très important».
        CO2 Science propose un graphe allant de -3.75 à +de 5°C. C’est quand même assez différent non ? »

        6-« Pas clair ».
        Je laisse tomber

        7-«Bah non, car il s’agit dans les 2 cas d’un léger réchauffement de la planète».
        Bah non … chercher le delta de température qui nous sépare du maximum de la dernière glaciation.

        4- Pas clair. Car dans la période actuelle, il n’y a pas que le CO2 qui a varié mais les indices multidécenaux des océans par ex, et aussi les éruptions solaires avec leurs effets indirects probables (voir le projet CLOUDS par ex).
        Le projet CLOUD est un fiasco pour les CS mais personne ne vous le dira sur les blogs.
        Pour le reste, la variabilité naturelle reste constante mais on ajoute un forçage supplémentaire : celui des GES. Et donc oui les « indices mutidécenaux » comme vous dites sont en trai de tous tirer les températures vers le bas : soleil tout mou, AMO, PDO, plein de poussières dans l’atmosphère, etc, etc. et ??? La température devrait se casser la gueule … Et bin non. Ca continue à monter.

        5-«Mais il faudrait croire sur parole les modélisateurs ? »
        Combien sont-ils à votre avis ? Depuis quand travaillent-ils ? Etes-vous un lapin de deux semaines pour croire que tous les savoirs acquis depuis plus d’un siècle par les sciences climatiques par des centaines de chercheurs peuvent être remis en question sur un coin de table de cuisine parce que « Lindzen-a-dit » ?
        Les CS ont commencé par nier l’augmentation du CO2. Puis ils ont nié l’augmentation des températures. Ils ont niés ensuite les liens T-CO2. Ils ont pondu des tas d’articles qui ont été immédiatement réfutés (mais toujours posés en modèles dans la blogoshère pour les gogos). Actuellement ils pinaillent sur les modèles en voulant le faire dire ce qu’ils n’ont jamais prétendu faire et en déduire que les modèles sont mauvais.
        Pensez-vous pouvoir repriser vos chaussettes avec une barre à mine ?

        6-« Les erreurs sont par ex :
        – Pour les 18 dernières années : 18 ans d’erreurs dans des modèles chaotiques sur la T°
        Faux. Les T-globe mesurées sont dans le cône des probabilités des projections ensemblistes.
        – nuages : extrêmement mal modélisés.
        VRAI pour les phénomènes convectifs sur de petites surfaces
        FAUX pour la circulation globale qui nous intéresse ici.
        – bilan de chaleur de la terre : extrêmement mal modélisé.
        Alors là il va falloir argumenter avec du lourd parce que vous allez dans le mur. Je ne sais pas où vous avez pêché cette ineptie.
        – pluviométrie : gros écart quand on passe d’un modèle à l’autre.
        VRAI sur de petites régions mais nous parlons ici de T
        – T° en altitude au dessus des tropiques, appelé le pb du Hot Spot, mal modélisée.
        FAUX. Comme l’histoire du hot spot est un peu longue allez lire un petit résumé ici pas mal fait.
        http://www.skepticalscience.com/tropospheric-hot-spot-advanced.htm

        J'aime

      • Climarco. Peut-être que vous trouvez le débat stimulant mais moi de mon côté il m’ennuie un peu dans le sens où les arguments anti-RCA sont toujours les mêmes. La liste des contradictions est connues ; finie ; et les CS tournent en rond dans leur bocal. Voir par exemple la courbe de Mann qu’on nous ressert sur tous les blogs CS depuis 20 ans alors que des dizaines d’autres études ont été faites depuis dans tous les plus grands labos de recherche du monde.
        Le plus désolant est de constater que la « créativité » mondiale en termes de climato-scepticisme est uniquement nord-américaine et australienne. Il est toujours amusant de voir les copiés/collés sur les sites français des posts anglosaxons.
        Bref, il y a quand même une question que vous a posé Chria et à laquelle vous n’avez pas répondu : En quoi la science climatique vous insupporte ? Etes-vous personnellement impliqué ? Etes-vous chercheur ? Vous a-t-on sucré des crédits pour les donner à votre ennemi du bureau d’en face ? Etes-vous intéressé par l’économie du pétrole, la chimie, et voulez-vous lutter contre tout ce qui pourrait promouvoir les ENR et la transition ? Est-ce politique ? Il faut se battre contre tout ce qui pourrait amener plus de pensée écologiste, et promouvoir la pensée libérale ? Peut-être est-ce religieux ? Ou encore est-ce parce que vous voulez dénoncer un complot et rétablir la vérité vraie : la fabuleuse honnêteté intellectuelle, le scepticisme comme philosophie de vie ?

        J'aime

      • J’aime pas du tout le ton de vos « réponses ». Je reviendrai sur ce point à la fin du commentaire.
        Le coté stimulant, ça a été juste de chercher l’article qu’il fallait « SURTOUT » lire de Melvin et al, ou on peut voir :
        « These conclusions, and the evidence of comparatively similar warmth in medieval and recent century summers, are in
        accord with earlier temperature inferences based on RCS processing
        of these or similar earlier Torneträsk data (Briffa et al., 1992;
        Grudd et al., 2002). », ce qui va « SURTOUT » dans le sens de mon opinion. Désolé. Je pense que vous auriez « SURTOUT »du le lire (et pas seulement la conclusion) avant de me le suggérer !!

        Mais j’avoue que vu vos derniers commentaires, la « stimulation » s’est arrêtée complètement. Voici donc mes dernières réponses :

        – Sur la sélection du site d’EXon, qu’est ce qu’on peut dire :
        il y a d’un coté une énorme liste de publi indiquant que le MWP est du même ordre de grandeur que le notre. Mais au lieu d’avoir de la prudence et donc du scepticisme, le GIEC nous a « offert » d’autres courbes.
        Donc, on a en grande quantité d’un coté des courbes inquiétantes publiées et de l’autres des courbes rassurantes publiées. Bon, et bien, ça suffit pour dire que le consensus n’existe pas point de vu T° et donc on peut sans problème avoir du scepticisme ! Après, vu le problème soulevé par la première courbe de Mann, on peut en plus se méfier de la sélection du GIEC et oui, le GIEC n’a pas fait son boulot pour répertorier l’ensemble de publi sur la T°.

        – Attention à ne pas remettre en question le « hiatus » sur la température : le GIEC en parle du plateau. Or, lorsqu’on contredit le GIEC, en général, on se fait insulter. Donc, attention : ça stagne depuis 19 ans, aucun modèle n’a prédit cette stagnation, à part les modèles concurrents du GIEC mais ils sont faits par des sceptiques (j’en connais 2, dont l’un fait par un japonais, donc, n’habitant ni au US ni en Australie).

        – Attention au pb du « hot spot », Letreut lui même nous a montré le pb dans un exposé. Faut pas remettre en question les grands manitous du GIEC, sinon on connais la suite… Et des publis récentes le confirment : pas de hot spot.

        – sur le bilan de chaleur : voir Lindzen (2011) qui reprend Lindzen (2009) en répondant à toutes les critiques.

        – le projet CLOUD à abouti à une publi dans Nature. Donc pas de « flop ». Et les formations de noyaux de nucléation provoqués par le rayonnement cosmique n’est pas pris en compte dans les modèles. Avec une conséquence sur les nuages et donc le climat. Tiens, au passage, c’est une recherche qui n’a pas été pas faite en Amérique du Nord, ni en Australie. Et 60 chercheurs sont impliqués.

        – j’aime beaucoup votre remarque d’une naïveté incroyable ! « regardez la télé, vous serez informé ». Autant vous dire tout de suite, vous perdez définitivement (après l’histoire de Melvin et al) en crédibilité sur ce coup là. C’est parfait comme remarque.

        Maintenant les quelques questions :

        « En quoi la science climatique vous insupporte ?  »
        En rien, au contraire, c’est une passion !

        « Etes-vous personnellement impliqué ? Etes-vous chercheur ?  »
        Oui.

        « Vous a-t-on sucré des crédits pour les donner à votre ennemi du bureau d’en face ?  »
        Non ! (si vous saviez … ).
        Vous croyiez que B.Rittaud a ses crédits sucrés ??
        « Etes-vous intéressé par l’économie du pétrole, la chimie, et voulez-vous lutter contre tout ce qui pourrait promouvoir les ENR et la transition ? »

        Non, c’est le contraire. Mais vos questions sont à coté de la plaque. LA raison pour laquelle je trouve le GIEC scandaleux, c’est qu’il y a plein de problèmes environnementaux, plein, et que maintenant « grâce » au GIEC, tous ces autres problèmes deviennent secondaires. Or, pour moi le CO2 est un faux problème. Bref, quand on travaille dans l’environnement, je ne sais pas si c’est votre cas, mais en général, il vaut mieux ne pas gaspiller l’argent, bien l’utiliser, etc .. L’argent du GIEC, et la somme est monstrueuse, est gaspillé. Par ailleurs, quand on fait peur aux gens sur un faux problème, et bien dans l’histoire, ça c’est souvent très mal fini…

         » Est-ce politique ? Il faut se battre contre tout ce qui pourrait amener plus de pensée écologiste, et promouvoir la pensée libérale ?  »

        Je participe, et j’ai participé à beaucoup de manif anti-libéral. Et tous les sceptiques que je connais (et j’en connais à certain nombre) vote à gauche, TOUS sans aucune exception ! Bon, il se trouve que je fréquente en général des gens de gauche, donc pour moi c’est pas surprenant. Par ailleurs, en général les chercheurs sont à gauche. Avec cette question, vous y êtes pas du tout.

        « Peut-être est-ce religieux ? »
        Non! C’est pas terrible comme question ..!

         » Ou encore est-ce parce que vous voulez dénoncer un complot et rétablir la vérité vraie : la fabuleuse honnêteté intellectuelle, le scepticisme comme philosophie de vie ? »

        Non. Toutes ces questions, copier coller classiques des argumentaires réchauffistes qui n’ont plus d’arguments scientifique à aligner, sont à coté de la plaque (et donc pas très stimulantes du tout). ON NE DOIT PAS GÂCHER L’ARGENT DES PROJETS ENVIRONNEMENTAUX dans des faux problèmes !!!
        Il y a trop de problèmes pour se le permettre ! J’espère que c’est clair. Et c’est d’autant plus important quand on est sensible à la question environnementale. C’est ma seule motivation !

        Ce sera mon dernier commentaire (la stimulation aura été uniquement sur Melvin et al, ce qui va contre vos argumentations et que vous auriez « SURTOUT » du lire ! Je mettrai Melvin et al dans mes présentations maintenant ! ) parce que vous avez ouvert très franchement les hostilités, et que c’est pas intéressant. Et on retombe sur la même chose que j’observe depuis déjà un certain temps : comme tout les réchauffistes, vous ne pouvez pas répondre aux arguments scientifiques et on observe comme réponse, soit la colère, soit le silence, soit la mauvaise fois.

        J'aime

      • Vous bottez en touche. La technique de la victimisation est aussi très connue. On balance n’importe quoi, on se prend une volée de bois vert, puis on se plaint d’être ostracisé. Rien de neuf sous le soleil.
        Mais merci pour votre réponse sur le gaspillage. Pour vous le CO2 est un faux problème. On verra bien dans des dizaines d’années si vous avez eu raison. Mais quand on voit comment vous raisonner sur Cloud, je réitère mon analyse : vous faites parler les publis en leur faisant avouer ce qu’elles ne disent pas.

        J'aime

      • Et puis pour conclure, votre opinion sur ce qui est important ou pas n’est pas scientifique. C’est juste une opinion. Vous n’avez rien qui permette de dire que le réchauffement ne se produira pas et que les GES ne font pas de l’effet de serre, et que si cela se produit, qu’il n’y aura aucune conséquence.
        Vous êtes assez gavés de certitudes pour un sceptique.

        J'aime

  5. Gérondeau a du croire qu’on voulait le priver de son 4*4, il en a fait une jaunisse, et depuis il lutte contre les écolos. Soit, je veux bien comprendre. Mais de là à prendre la science climatique en otage avec des courbes qui commencent en 1997 et ses arguments de livres de gare, et 0 publi, y’a un pas que l’honnêteté naturelle ne pourrait franchir sans une grosse dose de mauvaise foi et d’opportunisme.
    Sinon, bien que je trouve que les méthodes de Mr Rittaud soit parfois digne de celle de beauzamy, même si c’est moins prosélytiste en apparence, je comprend et respecte sa position de ne pas adhérer à cette mascarade où l’on affiche le climat alors que la démarche vient de la défense des fossiles…
    Sans parler du paragraphe sur l’adaptation « naturelle » de l’espèce humaine au changement de climat en prenant comme exemple les différences de températures entre villes…
    Mr Rittaud, comment en tant que scientifique, vous osez relayer de telles absurdités sur votre blog ? J’aurais honte même si j’étais persuadé du délire réchauffiste.

    J'aime

      • L’opinion que j’ai est factuelle, tronquée par le média et les arguments relayés, mais je ne vous connais pas ni le fond de votre pensée, et je le dis dans mon commentaire. Mon opinion n’est donc pas faite. Mais je ne comprend pas comment on peut relayer les arguments 1 et 3 (sachant que les 2 et 4 tiennent plutôt de la géopolitique, et que je suis plutôt d’accord avec) alors qu’ils sont comme le nez au milieu de la figure des arguments qui ne réfutent en rien la théorie du RCA, mais des écrans de fumée, pour peu qu’on connaisse un minimum la science climatique ?
        De relayer cela, de dire qu’on ne cautionne pas la démarche pour autant afin d’éviter d’être amalgamé, de mélanger idées et caution scientifique, cela me laisse dubitatif. J’aimerais comprendre vos motivations en dehors de celles trop pratiques de l’honnêteté intellectuelle et de l’objectivité du doute rationnel censées vous animer.

        J'aime

      • « J’aimerais comprendre vos motivations… » …. allongez-vous sur le divan et expliquez-moi qui vous êtes, de sorte à me permettre de vous juger…
        Vous êtes vraiment candide à ce point, ou est-ce que vous me prenez pour un perdreau de l’année ?

        J'aime

      • Chria,

        Je pense que c’est peine perdue d’essayer de convaincre Benoit Rittaud qu’il s’est fourvoyé dans une entreprise de désinformation dont il ne sortira pas grandi.

        Je ne vois qu’une explication pour qu’un mathématicien comme lui se permette de considérer ses collègues scientifiques au mieux comme des incompétents au pire comme des charlatans : son idéologie libérale, et donc sa haine de tout ce qui se rapproche de près ou de loin à une quelconque réglementation, pire à une taxation permettant de limiter la production de CO2.

        J'aime

      • D’après vous « libéral » et « désinformateur » sont antinomiques?

        Alors pourquoi publiez-vous dans Contrepoints?

        Et pourquoi participez-vous à une entreprise de désinformation via votre bouquin et votre blog (+Skyfall + Contrepoints pour faire bonne mesure)?

        J'aime

      • Je publie aussi dans L’Obs, et je pense que vous le savez fort bien. Pour vous, L’Obs, c’est une officine néolibérale ?
        Bon, quant à dire que mon livre et mon blog sont des « entreprises de désinformations »… vous me permettrez de ne pas perdre mon temps à commenter.

        J'aime

      • Je ne savais pas que Mr Rittaud publiait dans Contrepoint. Ce site est effectivement un summum dans la désinformation et dans l’idéologie, ici libérale.
        Publier dans Contrepoint, c’est assumer son idéologie.
        Et donc je comprends mieux les amalgames et les approximations que je vois retranscrit ici.
        Et puis dans n’importe quelle débat face à un scientifique, il suffira de dire « Mr Rittaud publie des pamphlets sur le site de propagande Contrepoint » pour le décrédibiliser direct. Il se tire une balle dans le pied.
        Quand au blog dans le Point, j’ai lu un jour un article, j’étais mort de rire. La vérité scientifique expliquée au quidam en deux coups de cuillère à pot, entre le croissant et le café : 2014 n’est pas l’année la plus chaude, donc le réchauffement n’existe pas. L’idée du matin sous couverture scientifique, la science idéalisée, bref le contraire de l’éthique de tout scientifique honnête.

        J'aime

  6. Pareillement que sur la planète quand il fait jour d’un côté c’est la nuit de l’autre, que l’hiver est d’un coté et l’été de l’autre, la croissance (non problématique) du volume de gazcarbonique accroît d’autant le volume d’oxygène.
    Et, comme le gazcarbonique est un gaz qui ne peut réchauffer la terre, et qui est un gaz qui est le plus lourd et ‘stagne’ donc au niveau du sol, la mort, ou, tout au moins l’agonie insupportable devrait commencer à se voir chez les vers de terre, les cafards et autres rampants !
    Rendez-vous compte du danger que courent ‘nos’ enfants à vivre ‘au ras du sol’ vu que leur nez en sont plus proche que les nôtres ! Aaaâârght !

    J'aime

  7. Moi je dis que Mr Rittaud devrait relayer les propos de son collègue de pensé Donald Trump qui a dit « Wow, 25 degrees below zero, record cold and snow spell. Global warming anyone? »
    ou encore il y a deux ans : « The concept of global warming was created by and for the Chinese in order to make U.S. manufacturing non-competitive. »
    Ça a plus de gueule qu’une publi non ?

    J'aime

    • Chria, je vais vous le dire une fois, pas deux : je considère que le procédé de vos derniers commentaires est inadmissible. Je laisse néanmoins ceux-ci visibles, pour que chacun comprenne bien pourquoi je censurerai désormais vos propos de la même eau s’il y en a.

      J'aime

    • Chria est certes hors sujet quand il évoque Donald Trump, cependant son « Publier dans Contrepoint, c’est assumer son idéologie. » reste valable, et vous ne le démentez pas.

      Ma conviction est que vos positions sont effectivement la conséquence de votre idéologie, et certainement pas de quelconques travaux scientifique que vous auriez effectués et qui vous auraient amenés à avoir de solides arguments en faveur des thèses que vous défendez.

      D’ailleurs c’est simple, si vous contestez les travaux des scientifiques ayant servi de base aux rapports du GIEC, il vous suffit de les réfuter en publiant vous-mêmes dans une revue à comité de lecture, pourquoi ne le faites-vous pas ?

      Pensez-vous que publier des billets d’opinion dans des sites comme Skyfall, Contrepoints ou même le Nouvel Obs suffit à crédibiliser votre point de vue, qui reste une opinion jusqu’à preuve du contraire.

      J'aime

      • Mano, ce qui vaut pour Chria vaut aussi pour vous. Je n’ai pas à rendre compte de mes opinions politiques, ni à me justifier de tenir un blog, et encore moins subir vos »convictions » sur ma personne ou répondre à vos injonctions. Dernier avertissement pour vous aussi, donc.

        J'aime

      • Pour simplifier mon post je dirai que je ne suis pas en phase avec les positions de Benoît Rittaud mais ceci ne m’empêche pas de consulter régulièrement son blog et de m’abstenir de lui c… dans les bottes à chacune de mes visites.

        Mais là je suis d’accord avec lui en ce qui concerne Chria et Mano. On peut discuter, échanger des idées, poser ses désapprobations, etc. mais tout le reste doit être évité car absolument non constructif. Reconnaissez au moins : que Benoît Rittaud avance totalement démasqué (à la différence de nombreux autres blogs) ; qu’il permet une interaction avec les internautes (à la différence de nombreux autres blogs) ; qu’il prend le temps de répondre à certains commentaires (à la différence …) ; qu’il ne censure pas les commentaires qui lui sont le plus défavorable (à la différence …).

        J'aime

  8. Bonjour,
    A la lecture de cet article lors de votre publication, même si je n’étais pas non plus d’accord avec tout le contenu, j’avais été intéressé de voir une initiative climato-sceptique se mettre en place dans le but d’essayer un minimum de contrer le rouleau compresseur de la COP (en complément de votre climathon bien sûr). Mais depuis le jour de votre publication, plus aucune évolution sur le site de l’AFCO, ou de nouveau communiqué, ou plan d’action, ou quoi que ce soit.
    Avez-vous connaissance d’évolutions sur le sujet, peut-être par des contacts directs ? Ou savez-vous s’il existe d’autres initiatives ?

    Juste un petit commentaire supplémentaire, à la lecture des commentaires précédents : bravo à vous pour tenir ce blog et prendre le temps de répondre à tout ! Visiblement, ce n’est pas facile à chaque fois.
    Merci

    J'aime

  9. Climarco @

    Aie la boulette à ne pas faire, citer Loehle 2007 et Moberg 2005 La courbe de Moberg présentée que ce soit sur PU, CO2science ou dans le NIPCC est tronquée, il manque la partie observations.

    Je mets le lein vers l’étude :
    http://stephenschneider.stanford.edu/Publications/PDF_Papers/MobergEtAl2005.pdf

    Autre boulette, citer Caillon et al 2003 et lui faire dire ce qu’elle ne dit pas. Les climatosceptiques ne s’encombrent pas d’un élément appelé honnêteté intellectuelle ou éthique scientifique.

    Lien vers l’étude :

    http://icebubbles.ucsd.edu/Publications/CaillonTermIII.pdf

    Je garde le meilleur pour la fin :le projet CLOUD qui met par terre la théorie de Svensmark et que les climatosceptiques dans leur aveuglement brandissent comme une victoire.

    http://home.web.cern.ch/fr/about/updates/2014/05/cern-experiment-sheds-new-light-cloud-formation

    J'aime

    • Pour Loehle, la courbe de 2008 avec les intervalles de confiance est parfaitement claire : l’optimum médiéval est du même ordre de grandeur que notre optimum à nous (en max comme en gradient).

      Pour Moberg, publié avant Loehle, la courbe se termine en 1979 (ou 80 peut être, de tête), Néanmoins, comme la température n’évolue plus depuis 1997 (au fameux IC près) et bien Moberg « prolongé jusqu’en 2015 » ne peut montrer qu’une différence de T° sur 18 ans entre 1980 et 1997. Bah, vu que vers l’an 1000, la courbe est forcément lissée, ça ne m’inquiète pas beaucoup.

      C’est marrant ce que vous dites pour Caillon, et je me trompe peut être, et j’espère que c’est le cas, mais j’ai bien l’impression que sur la fameuse courbe de T° corrélée au CO2 que montre Al Gore dans son film, et bien vous semblez encore croire que le CO2 est en avance sur la T° et que le CO2 contrôle la T°. Dans ce cas, posez vous une question : qu’est ce qui fait que tous les 100 000 ans environ, le CO2 dégaze de la mer, que cela dure environ 22 000 ans et puis que le CO2 se re-dissout dans la mer ? Bizarre ce phénomène ?? Sauf si, il est commandé par qq chose. Mais quoi …? Bon, et bien Caillon ou pas Caillon, c’est bien la T° qui augmente d’abord à cause des cycles de Milankovitch, permet au CO2 de dégazer de la mer, comme l’océan est immense, il y a énormément d’inertie thermique, et du coup le CO2 est en retard, d’environ 500 à 5000 ans par rapport à la T° . Et puis, quand les cycles de Milankovitch le commande, la terre se refroidie, et 500 à 5000 ans plus tard, toujours à cause de l’inertie thermique, le CO2 se re-dissout dans la mer. Quand j’ai compris ça, ça m’a fait très bizarre. Très !
      Alors on peut dire que oui mais ça c’était avant et maintenant, c’est bien le CO2 qui contrôle la T°. Effectivement, on a le droit de la dire, sauf qu’en science et bien il faut le prouver.

      Pour le projet CLOUD, votre lien me parait bon (même s’il ne fait pas référence à la première expérience publiée dans Nature), donc il doit y avoir une erreur de votre part …

      J'aime

  10. Climarco @

    Loehle a été réfuté :

    http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/12/past-reconstructions/langswitch_lang/in/
    https://strangeweather.wordpress.com/2007/11/19/the-loehle-reconstruction/
    http://ossfoundation.us/projects/environment/global-warming/myths/loehle-temperature-reconstruction

    Je vous offre des lunettes ? La courbe de Moberg (trait bleu) s’arrête en 1925. Quoi qu’il en soit les climatosceptiques présentent cette courbe amputée de sa partie finale qui les dérange et c’est ça qui est important, c’est un bidouillage de courbe.

    A propos de Caillon, je vois que j’ai affaire à un *spécialiste*. Pour commencer il faut savoir que les températures de l’atmosphère dépendent du taux de CO2 et la solubilité du CO2 dans l’océan dépend de la température de ce dernier. Qu’est ce qui s’est passé . Les cycles de Milanko ont provoqué un réchauffement de l’OCEAN ANTARCTIQUE ce réchauffement a provoqué un largage de CO2 comme ce largage ne s’est pas produit de manière instantanée, on trouve un délais de 800 ans (+- 200) dans les températures relevées dans les carottages (il faut au CO2 devenu atmosphérique le temps d’exercer son influence sur les températures) et ce CO2 devenu atmosphérique qui conduira au réchauffement du reste de la planète et à la fin de cette période glaciaire.

    A noter que la situation actuelle n’a rien à voir le CO2 ajouté dans l’atmosphère est d’origine anthropique et on en a les preuves.

    Maintenant si le CO2 dépend des températures j’aimerai qu’on m’explique pourquoi le taux de CO2 a grimpé de cette manière depuis 1998 alors que les températures selon les climatosceptiques eux même sont restées stables ?

    J’ajout que si on se place sur un plan relevant purement de la physique, le fait que le CO2 soit opaque au rayonnement IR terrestre, il ne peut pas dépendre de la température de l’atmosphère.

    Pour CLOUD, il n’y a aucune erreur de ma part, vous interprétez ces résultats de manière erronée. Lisez l’article de nature en entier.

    J'aime

    • Robert, inutile d’insister, plus vous apporterez de preuves et plus vous vous ferez contrer avec des arguments au niveau des pâquerettes.

      Contentez-vous comme moi de lire les âneries dispensées dans les blogs « sceptiques » afin d’être bien informé du niveau auquel les désinformateurs peuvent s’abaisser.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s