Météo France libère (un peu) ses données

Après la fessée qu’elle a reçue de la CADA, Météo France a finalement consenti à me communiquer aujourd’hui les données que je leur demande depuis plus de cinq mois. (Comme le temps passe…)

Je n’ai pas encore regardé les données, mais il y a d’ores et déjà un point intéressant dans l’envoi de Météo France, au sujet de la méthodologie. Rappelons que l’avis rendu par la CADA à ce sujet était que, d’une part, la Commission était « incompétente » pour juger du bien-fondé de cette demande, et d’autre part qu’on m’avait déjà donné ce qu’il y a avait à savoir. Sur ce dernier point, j’avais parlé de « gros bobard » de Météo France. En fait, c’était encore pire : non seulement, bien sûr, la méthodologie ne se réduit pas à une simple moyenne arithmétique (contrairement à ce qu’a prétendu MF à la CADA), mais cette méthodologie est expliquée en détails dans le numéro de novembre 2014 de La Météorologie (Gibelin et al., p. 45-53).

Ainsi donc, pendant qu’on me refusait cette méthodologie en septembre-octobre, on se préparait à la rendre publique en novembre. Pas mal, hein ? Évidemment, ça rappelle beaucoup l’épisode de l’indicateur de températures, qu’on m’avait refusé alors qu’il est disponible aussi bien sur le site de l’IPSL que sur celui du Ministère du dév’dur’. (Ah, mais ça me revient maintenant : sur ces sites, les données sont partiellement fausses, alors je suppose que ça ne compte pas.)

Tout ça conforte, je crois, que le refus de Météo France est plus pavlovien qu’autre chose. Le courrier de Météo France ne manque d’ailleurs pas, bien sûr, de me rappeler que les données qui me sont transmises sont top secrètes. (MF a mis un moment à mettre les données en forme, mais maintenant c’est fait, alors je suppose que si elle a d’autres demandes, elle devrait pouvoir les satisfaire avec diligence.) On les comprend, bien sûr : allez savoir si une boîte privée ne trouverait pas le moyen de faire de l’argent avec la température en Bretagne en 1924… Si ça se trouve, le simple fait que je donne la référence à La Météorologie va déjà être considéré comme une divulgation indûe : je devrais me méfier !

Je l’ai dit, la CADA ne forçait pas MF à me donner sa méthodologie. Je ne peux donc que supposer qu’au service juridique de MF, ils se sont dit qu’il y avait un risque que je porte l’affaire devant le tribunal administratif, ce qui les aurait encore plus couverts de ridicule au vu de la publication dans La Météorologie. (Et allez savoir si le tribunal administratif n’aurait pas décidé que, au vu de l’importance politique des données, il fallait les rendre publiques pour de bon. Ah, s’il y avait un juriste qui pouvait me renseigner…) S’ils se sont dit ça, alors voilà au moins un point sur lequel ils ont bien vu.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Météo France libère (un peu) ses données »

  1. ne nous envoyez pas trop de mails, je sens la lassitude poindre… celui-ci ressemble à un règlement de compte, ça m’ennuie, il y a sûrement mieux à faire! Vous pouvez supprimer…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s