Voyage en Chine chrétienne

La générosité de l’une de mes fréquentations m’a mis dans les mains un livre que je n’aurais probablement jamais eu l’idée de lire : Dieu est rouge, de Liao Yiwu (Books Éditions, 2014). Un livre profond et important, dont on ne ressort pas indemne.

Il s’agit pour une bonne part d’un recueil d’interviews de différents membres de la communauté chrétienne de Chine (le plus souvent dans la province du Yunnan). Chacun raconte sa propre histoire, ou celle d’un proche, faite d’emprisonnement et de torture physique et morale, avec pour toile de fond la misère économique à peine concevable qui était celle de la Chine des années soixante. Ce qui rassemble ces témoignages est la place qu’ils accordent au message évangélique, à un point tel que les pires sévices et la misère la plus effroyable semblent glisser sur eux comme l’eau sur les plumes d’un canard. « Je suis chrétien, je me moque de savoir qui gouverne sur terre », déclare l’un des interviewés (p. 50), expliquant ainsi pour partie cette relative indifférence aux pires exactions commises contre eux par le pouvoir politique. C’est armés de leur seule foi que ces hommes d’une trempe exceptionnelle ont franchi les épreuves les plus terribles, parfois même en en redemandant. Ainsi de ce croyant qui, libéré après des années d’incarcération dans des conditions épouvantables, est allé lui-même exiger d’être emprisonné à nouveau car, expliquait-il, ses juges s’étaient trompés en supposant qu’il avait renoncé à sa foi. (Il est allé jusqu’à faire la grève de la faim et camper aux abords de la prison pour obtenir gain de cause !)

Bravo aux traducteurs d’avoir si bien restituée la plume magnifique de Liao Yiwu. Celle-ci nous plonge en un clin d’œil dans cet oxymore d’une Chine chrétienne, au sein d’une communauté forte de plusieurs dizaines de millions de membres, qui traverse les épreuves en s’en remettant tranquillement à la bienveillance divine. Malgré la gravité de son sujet, l’auteur ne dédaigne pas d’user parfois d’un ton léger, surtout lorsqu’il se met lui-même en scène (le passage où il assiste à un banquet dans un village et où il est le seul à tenter désespérément de chasser les mouches qui l’assaillent est particulièrement drôle).

Un livre à lire avec le cœur bien accroché ; mais une fois lu, on n’est plus tout à fait le même.

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Voyage en Chine chrétienne »

  1. J’ai eu connaissance récemment du même echo, par un témoin qui rapportait exactement ces situations (je crois que c’est sur l’Internet que j’ai lu cela, mais je ne sais plus où ?)
    J’ai envie de lire ce livre, mais avec appréhension : je crois aussi que c’est une question de rester indemne devant des témoignages d’une telle intégrité de comportements.
    Je vais essayer de le lire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s