SCOOP : le bilan anticipé du Sommet 2014 sur le climat

Dans ma boule de cristal je vois… je vois… le communiqué de presse à l’issue du Sommet 2014 sur le climat qui se tiendra demain 23 septembre. En voici le contenu en avant-première :

New York, 23 septembre 2014 (AFP) — Climat : l’urgence grandit, mais la mobilisation recule — Lors de son discours clôturant le sommet mondial sur le climat, le secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, a rappelé l’exigence d’une action mondiale massive et coordonnée pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi maintenir le réchauffement de la planète en-dessous du seuil critique des 2°C, seuil au-delà duquel un emballement climatique généralisé pourrait causer la ruine de la civilisation. Lors de ce sommet, des responsables politiques, économistes, ONG et dirigeants d’entreprises se sont succédés pour mettre la communauté internationale face à ses responsabilités devant ce péril planétaire qui menace à l’horizon 2050. De nombreuses propositions concrètes ont été formulées pour « sortir enfin du chemin qui nous mène vers le pire ».

Sécheresses, inondations, cyclones, canicules, désertification, chute de la biodiversité, hausse du niveau des mers, fonte de la banquise et du permafrost, recul des glaciers… plusieurs représentants ont rappelé les effets déjà perceptibles du changement climatique anthropique. Malgré ce message aux tonalités plus qu’alarmistes, la perspective d’un accord fin 2015 à Paris à l’occasion de la 21e Conférence des Parties (COP 21) semble toujours aussi lointaine, voire hypothétique. Selon un responsable, de nombreux pays ont choisi de se détourner du problème, davantage préoccupés qu’ils sont de leur situation économique ou de leur développement. De fait, rares sont les chefs d’État des principaux pays émetteurs à avoir fait le déplacement à New York, et certains pays n’ont même pas envoyé de représentant.

Plusieurs membres de l’OCDE qui comptent parmi les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre confessent à voix basse que leur présence à ce type de rendez-vous a désormais pour objet de chercher une porte de sortie d’un processus qu’ils jugent trop coûteux et aux résultats incertains. Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), parmi lesquels on trouve le premier et le troisième des plus gros émetteurs de la planète, expliquent quant à eux qu’ils n’ont pas l’intention de payer pour des erreurs qu’ils considèrent ne pas être principalement de leur fait. Aux courbes d’émissions actuelles de gaz à effet de serre qui désignent la Chine comme premier pollueur le représentant chinois a ainsi opposé les émissions totales depuis le début de l’ère industrielle pour pointer la « responsabilité historique » des États-Unis. Le représentant américain a répliqué qu’« il n’est pas possible de réduire les émissions passées mais seulement les émissions présentes » et que « la Terre se moque de savoir qu’une molécule de CO2 a été émise par tel ou tel pays. »

Plusieurs pays en voie de développement ont profité de la tribune que constituait ce somme pour accuser les grands pays émetteurs d’en faire trop peu alors que l’humanité s’approche du précipice. Les états insulaires se sont alliés pour demander une nouvelle fois la mise en place d’un mécanisme financier qui leur permettrait de faire face à la hausse programmée du niveau des océans. Les ONG qui avaient fait le déplacement ont fortement appuyé cette revendication.

La délégation française, particulièrement concernée par ce sommet qu’elle regarde comme préparatoire à la grande conférence de Paris de 2015, redoute que l’indifférence ambiante ne la force à revoir à la baisse ses ambitions pour la signature d’un traité contraignant qui pourrait constituer un digne successeur du défunt protocole de Kyoto. Devant l’impasse actuelle, les responsables de la COP 21 commencent prudemment à s’interroger sur la meilleure manière de préparer l’opinion à l’éventualité d’une nouvelle reculade de la communauté internationale.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s